Une Ripoublique irréprochable

Décidemment, ce gouvernement nous accable chaque jour un peu plus et  si ça continue, les casseroles risquent de manquer, tant ils sont nombreux en son sein, à être menacés, voire condamnés par la justice.

On se souvient que Brice Hortefeux a été condamné le 4 juin 2010 pour injure raciale, (une première dans cette République), après avoir affirmé : « Quand il y a en un, ça va, c’est quand il y a en a beaucoup qu’il y a des problèmes », en évoquant les Arabes…après avoir essayé en vain de faire croire qu’il s’agissait d’auvergnats, mais la justice l’a condamné à 750 euros d’amende et 2000 euros de dommages et intérêts (lien) ce qui ne l’a pas empêché de faire appel de la décision, au mois de juin dernier (lien) provoquant l’intervention de Benoit Hamon qui réclame au nom du PS, sa démission.

Ça tombe plutôt mal pour cette république que le Chef de l’Etat voulait irréprochable. vidéo

D’autres ont été plusieurs fois dans la tourmente, comme Frédéric Mitterrand : Alors qu’il était directeur de la villa Médicis, il s’était proposé comme « témoin de moralité » pour soutenir 3 hommes accusés de viol collectif sur une jeune fille de 15 ans.

Bien sur, Il n’a pas défendu les accusés, mais s’était engagé « personnellement à faciliter toute mesure de réinsertion » proposant des stages à la Villa Médicis. lien

Il y avait eu auparavant l’affaire de « la mauvaise vie », son livre dans lequel il décrit le commerce des jeunes gens que l’on peut se payer sans risquer le refus :

« L’argent et le sexe, je suis au cœur de mon système, celui qui fonctionne enfin, car je sais qu’on ne me refusera pas » lien

Sur ce lien, les passages du livre qui ont été l’objet du scandale.

Il se défendra plus tard disant qu’il a été mal compris, « qu’on ne fait pas de la littérature avec de bons sentiments (…) qu’il s’agit d’une description qu’il a voulu littéraire », il reproche « les citations tronquées » accusant ses détracteurs de « faire des amalgames »…le lecteur jugera. lien

Rachida Dati, accusée par le « Canard enchainé »  d’avoir triché sur son C.V. affichant un diplôme qu’elle n’a pas obtenu, (lien) n’a pas été condamnée pour autant, alors que la loi prévoit qu’un CV mensonger doit provoquer l’annulation du contrat de travail. lien

Elle est pourtant restée ministre à l’époque.

Son frère Jamal a eu moins de chance : il vient d’être condamné à 2 ans d’emprisonnement dont 1 ferme pour violence sur son ex-compagne. lien

Michelle Alliot Marie, a senti passer à plusieurs reprises « le vent du boulet », notamment lorsqu’elle avait demandé à Dati d’intervenir pour sauver la tête de Fabien Chalandon, le fils de l’ancien ministre, (lien) lequel avait été mis en garde à vue dans une affaire de bornes internet  qui dissimulait des paris clandestins. lien

Puis il y a eu l’affaire des voyages tunisiens en pleine révolution, et du jet prêté par  Aziz Miled, proche de Ben Ali, et dont les avoirs ont été bloqués par la Suisse.

MAM ne s’en est pas sortie grandie, ayant mis un certain temps « a faire son mea culpa » ce qui a fait dire à François Baroin, le porte parole du gouvernement, « l’affaire est close ». lien

L’ami de MAM, Patrick Ollier, ministre aussi, était dans la même galère, mais aux dernières nouvelles il est toujours en place.

Chargé des relations avec le Parlement., après avoir été  membre du groupe d’amitié parlementaire France-Tunisie chère à Ben Ali, (lien) il a été président du groupe d’amitié franco-libyen de l’assemblée nationale. lien

Lui qui disait en 2007 « Kadhafi n’est plus le même qu’il y a vingt ans et a soif de respectabilité. Il lit d’ailleurs Montesquieu » (lien) affirme maintenant « je lui avais offert l’esprit des lois de Montesquieu, (…) je pense qu’il ne l’a pas lu ». lien

Il faudrait demander à Kadhafi ce qu’il pense de cette amitié, manifestement fragile.

Quittons ce couple blanc comme neige et attardons nous à Roselyne Bachelot soupçonnée de conflit d’intérêt avec « Big Pharma » pour avoir gommé de son CV (entre 1969 et 1989) une partie de son activité de lobbying de l’industrie pharmaceutique. lien

Une fois Ministre, on lui doit le gaspillage de 2 milliards d’euros, avec le scandale du H1N1, un vaccin inutile aux dires du Professeur Bernard Debré, (lien) gaspillage épinglé par la Cour des Comptes et le Sénat. lien

Les conflits d’intérêts sont nombreux dans ce domaine comme le constate le blog « pharmacritique » qui évoque les liens entre la famille de Nicolas Sarközi, impliquant Guillaume et François Sarközi, la firme nationale Sanofi-Aventis, avec «des imbrications parfois directes, parfois par maillons interposés». lien

Quelques épisodes cocasses sont a relever, comme par exemple le jour où Bachelot évoquait « le bon temps ou elle travaillait dans l’industrie pharmaceutique » tout en remettant le prix Galien 2007 au Gardasil, ce médicament dont les effets secondaires dangereux ont provoqué son interdiction aux USA (lien) et qui est maintenant sur la liste des médicaments dangereux. lien

Cerise sur le gâteau, elle a fait nommer son fils Pierre à la direction de l’INPES (institut national de prévention et d’éducation pour la santé) alors que celui-ci, seulement diplômé de l’institut supérieur des Arts de Paris, n’a manifestement pas les compétences pour occuper pareil poste. (lien) et  elle  a engagé Isabelle, ex épouse de Michel Barnier, dans son ministère. Lien

Impossible de faire l’impasse sur Eric Woerth, soupçonné, alors qu’il était trésorier de l’UMP, d’avoir accepté des enveloppes remplies d’espèces sonnantes et trébuchantes pour financer la campagne du candidat à la présidentielle 2007 de son parti.

C’est l’ex-comptable des Bettencour qui a révélé ces cadeaux, évoquant un certain 26 mars 2007, lorsqu’une enveloppe de 50 000 lui était remise afin de financer la campagne de Nicolas Sarközi. lien

Elle a aussi précisé que lorsque ce dernier était maire de Neuilly, celui qui allait devenir président de la république, était habitué a  recevoir son enveloppe, ce que l’Elysée a démenti avec la plus belle énergie.

L’affaire est toujours en cours, et on ne désespère pas qu’elle finisse par aboutir un jour.

On ne peut écarter de cette liste l’ex ministre  Christian Estrosi, surnommé « bébé Médecin », en raison de sa filiation avec l’ex maire de Nice plusieurs fois accusé, toujours blanchi, alors que de nombreuses affaires n’ont jamais été élucidées. lien

Un autre, Gérard Longuet, est cité, sans être nommé par Martin Hirsch dans son livre « Pour en finir avec les conflits d’intérêts » (Stock) mais il est facilement reconnaissable comme l’affirme le quotidien « le Monde », et même si le ministre dément : il aurait acheté sa maison avec d’étranges timbres de collection.  lien

Sa fille, Aurore , travaille au secrétariat d’état au commerce, Consuelo Remmert, demi sœur de l’épouse du président, est à la cellule diplomatique de l’Elysée, Thomas, fils de Patrick Devedjian travaille à la direction du fonds stratégique d’investissement, Ludivine Olive, nièce de MAM est chef de Cabinet au ministère de celle-ci, (lien) Olivier, fils d’Alain Marleix , tout comme Sébastien, petit fils de Simone Veil, sont conseillers à l’Elysée, François, fils de Claude Géant est directeur de cabinet des Chambres de Commerce, Laure Darcos, est directrice adjointe du cabinet de son ministre de mari, prouvant avec l’affaire de l’EPAD et la nomination de Jean,  fils du président, que le népotisme a encore de beaux jours devant lui. lien

Passons rapidement sur Alain Joyandet qui a fait des faux pour agrandir sa propriété, (lien) et qui, comme Estrosi, (lien) s’offre des jet privés à plus de 100 000 euros aux frais de la princesse. Passons aussi sur Fadela Amara qui logeait ses frères dans un appartement de fonction de l’Etat, avec Maîtres d’hôtel et cuisiniers compris, (lien) et passons sur les 12 000 euros de cigares de Christian Blanc. (lien)

François Fillon n’est pas exempt de gaspi : en utilisant un Jet, il dépense chaque mois  27000 € pour faire les 250 km qui l’emmène chez lui, à Sablé, au lieu de prendre un billet de 1ère Classe TGV qui ne couterait que 90€, soit prés d’un million d’euros gaspillés en 4 ans. lien

Et si nous parlions de Bernard Tapie, qui même si apparemment il n’appartient pas à l’UMP, a des liens prouvés avec Nicolas Sarkösi, (lien) et vient de recevoir une généreuse compensation de 285 millions d’euros.

a son sujet, la nouvelle présidente du FMI, Christine Lagarde, est menacée par la justice: décidemment le FMI joue de malchance avec les candidats français.

En effet, les 7 hauts Magistrats de la CJR (Cour de justice de la République) ont décidé le 4 août dernier de transmettre le dossier Christine Lagarde à leurs collègues de la commission d’instruction.

Les faits reprochés à Christine Lagarde sont graves : complicité de faux, complicité de détournement de fonds publics et pourraient couter à l’ancienne ministre 150 000 euros d’amende, et 10 ans de prison. lien

La presse française voit derrière tout ça le rôle de l’Elysée, (lien) mais, comme l’écrit Corine Lepage,  « le signataire est responsable de ce qu’il signe, même si il le fait à la demande du Président de la République ». lien

L’affaire ira-t-elle à son terme ?

Pour Eva Joly, remplaçant pour une fois mon vieil ami africain: « il y a en France une justice de classe, dure pour les faibles, et laxiste pour le pouvoir ». lien

L’image illustrant l’article provient de « le-sabre-et-le-goupillon.skyrock.com »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *