Unité !

Olivier Besancenot adresse une jolie lettre à ses camarades du Nouveau parti anticapitaliste pour leur annoncer qu’il choisit de ne pas se présenter à la présidentielle, pour la principale raison qu’il explique ici : « Le jeune travailleur parti à l’assaut de la politique en 2002 est inéluctablement devenu, en 2007, celui qui « fait de la politique tout en continuant à travailler » et probablement quelqu’un qui « fait de la politique tout court » en 2012. Militant je suis, militant je veux rester ». Saluons cette décision : en l’état actuel des rapports de force politiques, une candidature Besancenot eût divisé les timides forces de la gauche radicale. Nous formons le voeu que Jean-Luc Mélenchon soit en position de la rassembler. Les militants du NPA et ceux du Front de gauche portent en réalité les mêmes valeurs sur l’essentiel. Ainsi, nous avons choisi un autre extrait du texte de l’ex porte-parole qu’eût pu signer n’importe quel citoyen authentiquement de gauche : « Nous militons quotidiennement, dans nos entreprises, dans les luttes, au moment des élections, pour défendre la perspective d’une société enfin débarrassée de l’aliénation, de l’exploitation et de l’oppression. L’affranchissement vis-à-vis des servitudes contemporaines implique obligatoirement une rupture avec le système actuel. Cette rupture présuppose une implication populaire croissante dans la vie politique. Autant que faire se peut, cette rupture doit intervenir ici et maintenant, sans la remettre à demain et à ses bouillonnements révolutionnaires prometteurs. Cela signifie qu’ici et maintenant, nous appelons, sans relâche et en conscience, tous les anonymes à s’approprier leur destinée. Voilà pourquoi nous exaltons systématiquement les classes populaires à faire irruption sur la scène politique en brisant les enceintes dressées par les politiciens dans le but de nous tenir à distance de l’arène, là où se jouent nos vies. Partout où nous intervenons, nous portons ce message original et subversif : dans les quartiers populaires, les entreprises, les lycées, les facs, sur les marchés, dans les manifs, pendant les élections. » Quel beau programme pour la gauche ! Appelons les camarades du NPA, du PG, du PC, des Alternatifs, de la Gauche unitaire, de la Fédération pour une alternative sociale et écologique, du M’pep, mais aussi les Verts qui ne veulent ni du libéral Cohn-Bendit ni de l’escrologiste Hulot, sans oublier les militants socialistes qui réprouvent la dérive droitière de leur parti, à unir leur forces pour exiger cette rupture avec la dictature de la finance qui martyrise les peuples au profit exclusif d’une minuscule oligarchie. Tous ensemble pour la justice sociale, arc-boutés sur la vraie seule fondamentale revendication : une meilleure répartition des richesses entre ceux qui les produisent et les capitalistes qui les confisquent à leur(s) profit(s).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *