La laïcité instrumentalisée

 

Par Renart Léveillé

Contrairement à moi, certains trouvent la laïcité trop stricte. Elle devient alors la laïcité ouverte. Mais en y accolant l’adjectif « ouverte », elle perd tout son sens. Il n’est plus tellement question de laïcité, mais bien seulement d’une version fade d’elle-même qui, si ça lui était possible, l’empêcherait de se regarder dans le miroir…

C’est une manière comme une autre d’instrumentaliser un concept pourtant clair : séparation de l’État et de la religion, avec tout ce que cela implique au niveau des institutions, particulièrement au niveau de l’éducation. Et il y a l’interculturalisme, comme le décrit Louise Mailloux, « Professeure de philosophie au Collège du Vieux Montréal, intellectuelle athée, féministe et laïque », dans son billet « L’interculturalisme: une imposture anti-laïque » :

En mars 2011, dans une entrevue au journal le Devoir, Gérard Bouchard affirmait que le débat sur la laïcité piétine, qu’un consensus semble impossible et qu’il conviendrait d’élargir ce débat en parlant d’interculturalisme. Deux mois plus tard, lors du Symposium international sur l’interculturalisme organisé par Gérard Bouchard et son église, ce dernier réclamait du gouvernement, une loi sur l’interculturalisme. Coïncidence ou non, les jeunes libéraux, réunis en congrès au mois d’août, réclament pour leur part, une loi pour définir la laïcité ouverte et demande à Jean Charest de créer un Office québécois d’harmonisation interculturelle.

La pilule de la laïcité ouverte ne passant pas dans la population, il faut donc l’enrober d’une gélatine afin qu’elle glisse tout en douceur. Une loi-gélatine sur l’interculturalisme, votée par l’Assemblée nationale, qui servirait  à imposer une politique de laïcité ouverte. Parce qu’ici, il ne faut pas s’y tromper, l’ouverture à la culture de l’autre, c’est l’ouverture à sa religion. Et que le respect de la diversité culturelle, c’est le respect de la religion.

Là où le bât blesse, c’est que deux blogues qui ont diffusé des extraits de ce billet l’ont introduit avec un texte où se trouvent ces mots, qui portent vraiment à confusion :

Leur seul travail consiste à infiltrer la religion des Autres dans nos institutions

Y a-t-il derrière ça le message que la religion catholique a sa place dans nos institutions, puisqu’elle ne vient pas « des Autres »? Si la laïcité sert seulement à repousser les autres religions pour laisser le champ libre au catholicisme, elle est aussi instrumentalisée. Et les deux blogues en question, ce sont « Poste de veille » et « République de Bananes », tous deux dans le même conglomérat de droite que « Pour une école libre au Québec », clairement pro-religion (en tout cas occidentale), pro-famille (je suis parent et je suis plutôt pro-choix de vie – et le nom de Jeff Plante derrière tout ça en dit déjà beaucoup) et soutenant la cause de la liberté d’expression sans limites des homophobes. Et sa participation à la campagne CLÉ montre clairement son parti-pris antilaïque, puisque cette coalition ne vise pas seulement le retrait de l’imposition obligatoire du cours « Éthique et du culture religieuse » aux jeunes, mais bien aussi à défendre certains parents et « leur indignation face à la perte de leur droit de choisir pour leurs enfants un enseignement moral ou religieux à l’école en accord avec à leurs croyances et leurs convictions. »

Il faut être logique. La laïcité va de pair avec l’idée d’État, qu’il soit minimal ou éléphantesque. On ne peut pas d’un côté défendre l’évacuation du religieux en appuyant les laïques et de l’autre participer au maintient de l’enseignement religieux dans les écoles, qui sont encore du ressort de l’État. C’est un double discours franchement tordu.

Et il y a une grosse différence entre avoir un parti-pris laïque et être contre l’islam (ce qui ressort clairement du blogue « Poste de veille »). Ce que les deux ont en commun, c’est d’être contre les tentatives de la religion d’entrer dans l’espace commun. Le premier met toutes les religions sur le même pied d’égalité. Le deuxième vise une religion en particulier, et c’est selon, tente par cela de magnifier les autres religions, du moins de leur redonner un peu de lustre.

Pour ma part, étant pro-laïcité, je suis également interpellé par toutes les tentatives d’intrusions de la religion dans la société, qu’elles viennent d’une ou l’autre. Étant donné que l’islamisme est en soi plus combatif, c’est tout à fait normal que ses tentatives d’intrusions soient plus évidentes, voire même spectaculaires : regardons l’exemple des dossiers de la charia ainsi que celui des voiles islamistes. Pour ce qui est du judaïsme, c’est beaucoup plus subtil, et ça semble se retrouver surtout du côté politique (le judaïsme ne cherchant pas à convertir). Pour ce qui est du catholicisme (et du protestantisme, par extension), la question ne se pose même pas, il a ici ses bases et joue de sa survie. Son combat est ainsi omniprésent.

La difficulté du laïcisme dans les débats publics, et surtout politiques, c’est que la guerre entre la gauche et la droite repose en partie sur des partis-pris religieux, même si pour certains c’est surtout en surface. Pour aller au plus simple, la droite se rallie au judaïsme et au christianisme, alors que la gauche se rallie à l’islamisme. Alors, un laïque qui pourfend l’islamisme se voit placé dans la case droite, et s’il pourfend quoi que ce soit en lien avec les deux autres, c’est dans la case gauche qu’il atterrit, nonobstant de sa réelle position. Rien pour simplifier le débat… Ma vision : la droite se sert de la laïcité comme je l’explique plus haut, la gauche s’aveugle des débordements de l’islamisme avec les bons sentiments, quelque chose qui ressemble à de la fraternité, de la solidarité, et où l’humain et sa religion sont à tort entremêlés (par exemple : supporter la cause de la Palestine et des habitants de la bande de Gaza — que l’on ne peut séparer de l’islamisme au niveau religieux — ne devrait pas pour autant donner le feu vert à leurs coreligionnaires…). Ainsi, dans le cas de la gauche, la laïcité est à la carte (une autre manière de dire « laïcité ouverte »).

Quoiqu’il en soi, la laïcité devrait servir à faire table rase des différences ethno-religio-culturelles, afin de mettre l’emphase sur le respect global. S’en servir pour mettre de l’avant ses intérêts, ce n’est pas très loin de l’ignominie.

VIDÉO. SARKOZY-LIBYE: Mouammar Kadhafi a bel et bien financé sa campagne de 2007

 

Mouammar Kadhafi et Nicolas SarkozyMouammar Kadhafi et Nicolas Sarkozy

Sarkozy se plaignait, après l’assassinat macabre du frère Guide Mouammar Kadhafi dont il était soupçonné d’être le commanditaire, qu’on l’accuse d’être…ingrat. Or, au fil des jours, selon des personnes proches du dossier comme l’intermédiaire en armements Zied Takieddine, le  franco-libanais mis en examen dans l’affaire Karachi, le régime libyen de Mouammar Kadhafi s’est montré particulièrement généreux envers Nicolas Sarkozy lors de sa première campagne présidentielle, mais aussi après son accession à l’Élysée. On connaît la suite.

C’est devant le juge Renaud Van Ruymbeke que Zied Takieddine a fait ses révélations, affirmant entre autres que, Claude Guéant, l’ex ministre de l’Intérieur a aussi bénéficié des largesses du régime de Mouammar Kadhafi. Le cas du Guide libyen devrait être un exemple à méditer pour tous les dirigeants des pays dits petits car, en face d’eux, ce sont des montres froids. Des personnages, héritiers d’Hitler qui n’hésitent pas à vous poignarder dans le dos, une fois que vous ne leur servez plus à rien.

Comment douter de la sincérité de Zied Takieddine qui a indiqué au juge qu’il a les preuves de ce financement ? D’ailleurs, ici même, nous reproduisions un courrier confirmant la forfaiture de Nicolas Sarkozy qui avait osé affirmé que ces accusations étaient « grotesques ». C’est plutôt lui qui est un personnage grotesque, prêt à tuer pour se sentir bien. Pourquoi il n’y a jamais eu d’enquête sur le financement libyen de la campagne de Sarkozy ? Mystère et boules de gomme !

Quand on pense que le conflit libyen pouvait se régler à l’amiable (politique) et que c’est le même Sarkozy qui a opposé un non catégorique à ce règlement, on peut, à juste titre d’ailleurs, dire que cet homme savait ce qu’il faisait en allant détruire la Libye et instaurer un climat de terreur dans le sahel. Parce que, le Mali, c’est aussi lui…

Alors que les juges français sont prompts à entretenir des menaces injustifiées sur les soi-disant biens mal acquis par des fils « de », pourquoi n’ouvrent-ils pas une enquête contre Sarkozy qui menace de tuer des chefs d’Etat africains ? Dans quel monde vivons-nous ? Est-ce acceptable que cet homme ne croupissent pas un jour dans une cellule VIP de la prison de la Santé après tous ses méfaits ? Ah, j’oubliais, on peut tuer ou faire assassiner un chef d’Etat africain sans qu’on ne soit inquiété outre mesure !

Share this:

Kadhafi a bien donné 50 millions d’euros à Sarkozy : dégage !

« Je confirme qu’il existe bien un document signé par Moussa Koussa et qu’un financement a bien été reçu par M. Sarkozy. » L’ancien chef du gouvernement libyen, Baghdadi Ali al-Mahmoudi, actuellement écroué à Tunis, confirme à Mediapart via son avocat, Me Béchir Essid, l’existence de la note publiée par Mediapart et le déblocage d’une somme de 50 millions d’euros en 2007 par le régime Kadhafi pour l’actuel chef de l’État français. La note a été rédigée sous son autorité directe. » Après l’affaire Karachi et le financement illégal de sa campagne de 2007 par Liliane Bettencourt, sur des fonds provenant de l’évasion fiscale, cela ne fait-il pas beaucoup pour le psychopathe qui prétend se faire réélire à l’Élysée ? Quelle est donc cette « démocratie » qui lui permet encore d’espérer l’emporter dans ces conditions ? Sans compter son bilan : saccage de l’Education nationale, du système de santé, privation de la police de moyens comme d’hommes – et il prétend lutter contre l’insécurité ! -, anéantissement du service public en général, expulsions de quotas d’immigrés comme autant de têtes de bétail, avec démembrement de familles, les enfants étant séparés de leur père ou de leur mère, chasse aux Roms, banalisation du racisme et xénophobie d’État – préparant le terrain à la fille du borgne -, politique judiciaire ultra-répressive avec des prisons pleines à craquer, dans des conditions de détention innommables, sans baisse de la délinquance pour autant, justice asservie comme jamais au pouvoir, cadeaux fiscaux aux super-privilégiés et au Medef, histoire de bien vider les caisses pour ensuite se désoler : « les caisses sont vides », justifiant ainsi toujours plus de régressions sociales, la montée insupportable du chômage – aggravée par sa défiscalisation des heures supplémentaires et l’état exsangue de Pôle emploi -, l’augmentation de la précarité, de la misère et des inégalités… Aucune augmentation du Smic en cinq ans et le vol de nos plus belles années de retraite, et il se dit avec tout ça le candidat du peuple ? Imposteur ! Il prétend en outre aujourd’hui rassembler, après avoir systématiquement « clivé », dressant les Français contre les immigrés, les fonctionnaires contre le secteur privé, les smicards contre les chômeurs, les grévistes (et les syndicalistes) aux non-grévistes… Ce qui ne laisse pas d’étonner, c’est qu’autant de Français votent encore pour lui, les moutons, les amnésiques, les cyniques et les abrutis ! Non, vraiment, un seul mot s’impose, emprunté aux révolutions arabes : dégage !

Sarkozy, de plus en plus acculé, se ridiculise (une nouvelle fois)

A la suite de l’article du Monde daté d’aujourd’hui (mais publié hier), qu’a répondu Nicolas Sarkozy à l’insolent confrère qui a osé l’interroger sur le sujet du financement de sa campagne de 2007 ? « Aucun commentaire à faire. Le Monde fait campagne pour François Hollande. » Un peu court. Comme nous l’indiquions hier matin, c’est le Journal du dimanche qui a le premier relancé l’affaire. Le quotidien de son « frère », Arnaud Lagardère, ferait-il lui aussi campagne pour le socialiste ? En outre, il est question d’éléments précis, de témoignages concordants et de découvertes faites en Suisse… Mais qu’eût pu répondre le sortant candidat, « Oui, c’est vrai, j’ai triché pour me faire élire » ? Alors il botte en touche avec une énorme mauvaise foi. Et se ridiculise dans la foulée une nouvelle fois : après « Y’a un moment aide-toi, le ciel t’aidera« , « Si y’en a que ça les démange d’augmenter les impôts« , « On se demande c’est à quoi ça leur a servi »  ou encore « héritation » à la place d’héritage, entre autres exemples, le voilà qui nous offre une nouvelle perle. Régalez-vous, c’est cadeau : « Alors oui, je veux apporter des réponses. Oh, des réponses qu’on ne comprendra pas dans certains cercles dirigeants, des réponses qu’on va regarder avec cette méprisance, cette attitude hautaine… » Dégage, l’analphabète !

Question de tirer au fusil sur les subventions publiques aux partis…

Durant cette campagne électorale, il y a deux thèmes chers aux conservateurs qui me font tiquer : la promesse de Stephen Harper d’abolir une grande partie du registre des armes à feu et son voeu de couper les subventions publiques aux partis politiques.

Pour ce qui est des armes à feu, il y a quelque chose qui me semble contradictoire. N’est-il pas celui qui donne beaucoup d’importance à la lutte contre la criminalité (à sa manière) en allongeant « les peines minimales pour les crimes graves commis avec des armes à feu »? N’est-il pas celui qui a fait augmenter les dépenses dans les services correctionnels « de près de 80 % »?

Il ne veut pas améliorer le registre, mais bien l’abolir, enfin, « abolir l’obligation d’enregistrer les armes longues, comme les fusils de chasse » (lire : faire plaisir aux chasseurs). Ça dépasse l’entendement quand on ne comprend pas ce que cela signifie entre les lignes. ll y a un lien à faire avec ce satané désir de liberté calqué sur nos voisins du sud, comme quoi l’État ne va pas nous dire quoi faire (je suis d’accord en partie avec ça, mais il y a des limites : posséder une arme n’est pas la même chose que faire ce qu’on veut dans notre chambre à coucher). Pourtant, ça prend un permis pour conduire une voiture et il faut qu’elle soit enregistrée (même que le coût de tout ça n’est jamais remis en question). On parle d’armes, pas de jouets pour les enfants. Et quand on sait que les « corps de police canadiens, dont la SQ et la GRC, sont contre l’abolition », c’est encore plus absurde.

D’un côté, on amplifie la répression alors que le taux de criminalité baisse (au Canada — et aux États-Unis, où « on incarcère cinq fois plus qu’au Canada »). Et de l’autre on veut laisser libre court à la liberté des armes de chasse, celles-là mêmes qui peuvent autant tuer des humains que les autres. C’est là où le bât blesse. Parce qu’en soi, une arme, c’est un condensé de possibilités de meurtres. Le seul fait qu’elle existe crée un danger qu’il faut au moins baliser. C’est la moindre des choses. Et puis, je ne comprends tout simplement pas ce qu’il y a de si excitant pour les chasseurs et agriculteurs dans cette promesse électorale. Est-ce vraiment une si grande insulte à leur intelligence que de leur demander d’inscrire leurs armes dans un registre? À moins que cette obligation ne soit prise comme une injure, l’injure d’être mis dans le même panier que les membres des clubs de tirs…

Pour ce qui est de la question de couper les subventions publiques aux partis politiques, elle est très certainement partisane. C’est bien connu, le parti conservateur n’a pas trop de problèmes, comparativement aux autres partis, à remplir ses coffres. Il ferait ainsi une pierre deux coups! Couper l’herbe sous le pied de ses adversaires et, pour l’avenir, s’installer comme nouveau parti naturel de gouvernance du Canada « (Natural Governing Party) ». Mais, globalement, le plus grave dans tout ça, c’est que ce possible abandon des subventions aux partis ouvre toute grande la porte à une augmentation du pouvoir des plus riches, à une ploutocratie. Déjà que la démocratie comme on la vit est déjà bien malmenée.

Dans le fond, il n’y a rien de plus simple comme calcul. Ce ne sont pas les pauvres ni même la classe moyenne qui ont les moyens d’encourager les partis politiques. Quel que soit le parti qui donnera le plus de bonbons à la classe riche, il obtiendra le plus d’argent. Oublions alors l’idée même d’équité en politique et quelque chose qui ressemblerait un peu à l’équilibre des chances. Encore plus loin, imaginons tous les partis tentant de séduire la classe riche dans le but de simplement survivre. Pour contrer cela, il faudrait un puissant mouvement populaire qui ne semble pas près de poindre à l’horizon.

Certains argueront qu’il est question de liberté individuelle versus de la mainmise de l’État, mais ils oublieront de dire qu’au final cette idée de liberté se monnaye. Dans ce cas, peut-on encore parler de liberté?

 

(Photo : roel1943)

Question de tirer au fusil sur les subventions publiques aux partis…

Durant cette campagne électorale, il y a deux thèmes chers aux conservateurs qui me font tiquer : la promesse de Stephen Harper d’abolir une grande partie du registre des armes à feu et son voeu de couper les subventions publiques aux partis politiques.

Pour ce qui est des armes à feu, il y a quelque chose qui me semble contradictoire. N’est-il pas celui qui donne beaucoup d’importance à la lutte contre la criminalité (à sa manière) en allongeant « les peines minimales pour les crimes graves commis avec des armes à feu »? N’est-il pas celui qui a fait augmenter les dépenses dans les services correctionnels « de près de 80 % »?

Il ne veut pas améliorer le registre, mais bien l’abolir, enfin, « abolir l’obligation d’enregistrer les armes longues, comme les fusils de chasse » (lire : faire plaisir aux chasseurs). Ça dépasse l’entendement quand on ne comprend pas ce que cela signifie entre les lignes. ll y a un lien à faire avec ce satané désir de liberté calqué sur nos voisins du sud, comme quoi l’État ne va pas nous dire quoi faire (je suis d’accord en partie avec ça, mais il y a des limites : posséder une arme n’est pas la même chose que faire ce qu’on veut dans notre chambre à coucher). Pourtant, ça prend un permis pour conduire une voiture et il faut qu’elle soit enregistrée (même que le coût de tout ça n’est jamais remis en question). On parle d’armes, pas de jouets pour les enfants. Et quand on sait que les « corps de police canadiens, dont la SQ et la GRC, sont contre l’abolition », c’est encore plus absurde.

D’un côté, on amplifie la répression alors que le taux de criminalité baisse (au Canada — et aux États-Unis, où « on incarcère cinq fois plus qu’au Canada »). Et de l’autre on veut laisser libre court à la liberté des armes de chasse, celles-là mêmes qui peuvent autant tuer des humains que les autres. C’est là où le bât blesse. Parce qu’en soi, une arme, c’est un condensé de possibilités de meurtres. Le seul fait qu’elle existe crée un danger qu’il faut au moins baliser. C’est la moindre des choses. Et puis, je ne comprends tout simplement pas ce qu’il y a de si excitant pour les chasseurs et agriculteurs dans cette promesse électorale. Est-ce vraiment une si grande insulte à leur intelligence que de leur demander d’inscrire leurs armes dans un registre? À moins que cette obligation ne soit prise comme une injure, l’injure d’être mis dans le même panier que les membres des clubs de tirs…

Pour ce qui est de la question de couper les subventions publiques aux partis politiques, elle est très certainement partisane. C’est bien connu, le parti conservateur n’a pas trop de problèmes, comparativement aux autres partis, à remplir ses coffres. Il ferait ainsi une pierre deux coups! Couper l’herbe sous le pied de ses adversaires et, pour l’avenir, s’installer comme nouveau parti naturel de gouvernance du Canada « (Natural Governing Party) ». Mais, globalement, le plus grave dans tout ça, c’est que ce possible abandon des subventions aux partis ouvre toute grande la porte à une augmentation du pouvoir des plus riches, à une ploutocratie. Déjà que la démocratie comme on la vit est déjà bien malmenée.

Dans le fond, il n’y a rien de plus simple comme calcul. Ce ne sont pas les pauvres ni même la classe moyenne qui ont les moyens d’encourager les partis politiques. Quel que soit le parti qui donnera le plus de bonbons à la classe riche, il obtiendra le plus d’argent. Oublions alors l’idée même d’équité en politique et quelque chose qui ressemblerait un peu à l’équilibre des chances. Encore plus loin, imaginons tous les partis tentant de séduire la classe riche dans le but de simplement survivre. Pour contrer cela, il faudrait un puissant mouvement populaire qui ne semble pas près de poindre à l’horizon.

Certains argueront qu’il est question de liberté individuelle versus de la mainmise de l’État, mais ils oublieront de dire qu’au final cette idée de liberté se monnaye. Dans ce cas, peut-on encore parler de liberté?

 

(Photo : roel1943)

La pollution visuelle et mentale des pancartes électorales

 

En 2008, lors de la campagne électorale fédérale qui a mené Stephen Harper au pouvoir, j’ai fait à ma façon et à mon humble niveau la promotion de l’absence de pancartes électorales dans les rues. Comme je l’écrivais autrement, ces pancartes sont une grosse nuisance à l’esthétisme de l’environnement urbain et rural, en plus d’être un gaspillage de ressources. Ça ne s’arrêtait pas là :

Et question marketing, je me disais qu’un parti qui aurait eu le courage de me pas embarquer dans cette pollution visuelle aurait pu utiliser cet argent pour faire un beau coup de pub. Imaginez combien l’absence de pancarte d’un parti politique dans le paysage aurait eu d’impact si une pub avait réussi à lier fortement cette absence et ce parti.

Ce parti se serait retrouvé nulle part et partout à la fois.

Sans faire de lien de causalité, il s’est avéré qu’en 2009 Union Montréal et Vision Montréal ont décidé de ne pas s’afficher dans la ville pendant la campagne électorale municipale. On arguait que la raison principale était les coûts énormes de ce genre de campagne publicitaire. Question de mononcliser, dans mon livre à moi, c’est une autre bonne raison d’abandonner cette pratique.

Malgré cet exemple, il semble que tous les partis fédéraux vont placarder nos horizons de leurs slogans et autres sourires en plastique quand même. À notre grand dam. Alors, j’aimerais trouver une autre bonne raison de plus pour que l’avenir nous réserve un ciel plus monochrome…

Parce qu’il faut se le dire franchement, les pancartes électorales titillent tout sauf l’intelligence des gens. Elles ont peu à voir avec l’essence même de la démocratie représentative. On y présente les couleurs des partis, des slogans (l’antithèse du développement d’une idée) ainsi que des gueules figées dans le sens du plan de marketing choisi (même si la plupart du temps c’est d’un sourire plus ou moins réussi dont il s’agit). En gros, nous sommes dans le royaume des apparences, de la représentation. Ce qui est juste bon pour voter pour les mauvaises raisons.

Donc, voilà, j’accuse les pancartes électorales d’encourager la paresse intellectuelle auprès de ceux qui sont paresseux de nature. Pour qui va voter pour un candidat surtout parce qu’il a un air rassurant, nonobstant de ce qu’il prône réellement. Pour qui va voter pour cet autre parce qu’il le conforte dans ses préjugés physionomiques, avec tout ce qui vient avec : genre, origine. Sans oublier ceux qui n’iront pas voter en réaction de cette agression visuelle, quand c’est tout ce qu’ils peuvent retenir de la politique (contrairement à mes amis anarchistes abstentionnistes).

Dans ces conditions, la politique devrait se tenir aussi loin que possible de ces techniques publicitaires, qui sont par nature tapageuses, racoleuses, parfois même mensongères (et je ne me pencherai pas ici sur les messages publicitaires télé et radio). Puisqu’il n’est pas question de « vendre » quelque chose, mais bien de se choisir un moyen d’avancer. Et la meilleure façon de faire un choix de véhicule éclairé est sans conteste de faire fi des apparences et d’aller creuser, même si ça demande un effort. Qui achète une voiture en se basant seulement sur le design de la carrosserie?

Je pourrais continuer sur cette lancée en tentant de détruire aussi le traditionnel serrage de mains et même l’idée du porte-à-porte, mais bon, une chose à la fois…

(Photo : sashamd)

Quand le PLQ se déguise en défenseur de la langue française

Par Renart Léveillé

La Presse Affaire titre « Offensive pour franciser les petites entreprises » et on se demande franchement si le terme « offensive » a perdu du mordant! La très crédible ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Charte de la langue française Christine St-Pierre nous a concocté un plan tout à fait emballant pour « convaincre les 2400 petites entreprises de Montréal employant moins de 50 personnes qu’elles brasseront de meilleures affaires si elles se mettent au français ». Aurais-je besoin de spécifier qu’il faut lire la phrase précédente avec autant d’ironie que le suggère cette idée?

Et comme l’écrit bien justement Lou Skannen sur Buffet complet à ce sujet :

les anglos n’ont pas fini de se foutre de notre gueule.

En effet, surtout quand on poursuit sa lecture :

le gouvernement Charest met en place un site internet et il annonce que cinq «démarcheurs» se consacreront à ce travail de persuasion.

Dans l’optique où le prochain Bye Bye parlerait de ça, les scénaristes n’auraient même pas besoin de rien changer, tellement c’est drôle à la base! Et imaginez comment la visite de ces « démarcheurs » sèmera le rire où ils passeront! On se croirait revenu à l’époque de l’annonce des clowns pour les personnes âgées!

Trêve de badineries, cette annonce est carrément une sorte de campagne marketing pour redorer l’image extrêmement assombrie de ce parti. C’est seulement de la partisanerie qui ne donnera aucun résultat. Le PLQ le sait, ce qu’il leur reste de partisan le sait, c’est un piège pour ceux qui ne vont pas politiquement plus loin que les gros titres. Et en ce début d’hiver, c’est se donner faussement des airs de Père Noël…

Il y a dans l’article relatant cette « offensive » un passage assez représentatif du problème que Christine St-Pierre ne veut surtout pas régler :

Seront aussi visés par cette campagne les étudiants d’universités anglophones qui décrochent souvent des petits boulots sans pour autant avoir une connaissance minimale du français.

Madame la ministre a beau penser que « la situation, loin d’être désespérante, est encourageante », son enthousiasme ne se rendra pas par magie jusqu’aux étudiants en question, pas même avec l’aide d’un « démarcheur », ce qui n’est pas synonyme de magicien…

Ce qu’elle n’a pas l’air de comprendre, c’est que le problème de la défense de la langue française au Québec ne peut pas se régler autrement que par la coercition ou l’accession du Québec à la souveraineté, deux solutions hors de question pour elle et sa famille de pleutres. Et on ne peut pas non plus compter sur une bonne partie des francophones pour donner l’exemple en insistant pour parler français le plus possible, ils sont aussi pleutres! Et avec la pression mondialisante anglophile, où tout anglo dans les parages est une bonne occasion de pratiquer, il peut bien alors y avoir une multitude d’unilingues anglos et d’allophones pour se foutre de connaître notre langue, car nous sommes loin d’être un exemple de fierté!

Si c’est la bonne manière de protéger le français, aussi bien distribuer des condoms troués pour contrer les grossesses non désirées…

(Photo : johncappiello)

Mais où diable est passé ce H1N1 à la con??!

François Marginean

(Photo flickr: ????)

C’est bizarre. Nous avons assisté, l’automne dernier, à la PLUS GRANDE campagne de vaccination de l’histoire du Québec, un moment HISTORIQUE, nous disait-on. Comme tout moment historique, normalement, on en entendrait parler abondamment, surtout s’il s’agit d’un succès. Faites-vous vacciner, pour l’amour de votre prochain, pour les protéger, qu’ils disaient. La campagne de vaccination contre le A/H1N1, avec tout son penchant des relations publiques et publicitaires, aura coûté $146 millions à la province de Québec.

Mais il se trouve qu’une des plus grandes menaces de l’humanité qui promettait de tuer des millions de personnes autour du globe s’est évanoui comme une ombre dans la nuit. Passé le 25 décembre, comme si le Père Noël l’avait éliminé d’un tour de magie comme lui seul sait le faire, le méchant virus A/H1N1 est disparu. Pas seulement disparu du terrain, mais surtout, des médias et de la bouche des autorités et des annonceurs de malheur qui distribuaient hors et déjà sacs à mort pour se préparer à l’hécatombe. La seule solution et la meilleure, nous disait-on, était de se faire vacciner avec des produits à moitié testés et contenant de nombreux ingrédients douteux et potentiellement toxiques pour lesquels les compagnies pharmaceutiques avaient reçu l’immunité judiciaire.

Mais où diable le H1N1 est t-il passé?

Plus personne n’en parle, c’est comme si cette hystérie du H1N1 n’avait jamais existé; mais qu’elle s’était vaporisée!

Même en France, où seulement 7% de la population a décidé de se faire vacciner contre le A/H1N1, pratiquement rien ne s’est passé. Pas de mortalité catastrophique, même chez les non-vaccinés. En fait, autour de 17 000 personnes en seraient décédées, sur la planète entière. C’est environ dix fois moins que la grippe saisonnière normale. Dix fois moins. La grippe saisonnière peut aisément tuer un quart de million (250 000) d’individus par année.

Serait-ce que premièrement, nous avons été terrorisés par des campagnes de peur par les autorités et les compagnies pharmaceutiques pour un virus qui était dix fois moins dangereux que la grippe saisonnière normale et que, deuxièmement, nous avons gaspillé des centaines de millions de dollars pour des vaccins complètement inutiles et potentiellement nocifs? Où sont passé ceux qui nous poussaient à se faire vacciner et qui nous traitaient de tous les noms pour refuser de le faire?

Les détracteurs silencieux

L’article qui a suscité le plus de visiteurs ainsi que de commentaires sur Les 7 du Québec est le Front commun contre les vaccins A/H1N1. Et pour cause. Beaucoup se posaient des questions face à cette hystérie et capharnaüm causés par les autorités de la santé, mais bien peu d’information complète était disponible dans les médias traditionnels et de la part de ces autorités. On n’entendait qu’une chose: allez vous faire vacciner au plus vite. Mais pas ou peu d’information sur les ingrédients de ces vaccins, sur les tests effectués, sur la gravité réelle du virus, sur les risques encourus en se faisant vacciner, sur des méthodes alternatives pour se prémunir de ce virus et pour renforcer son système immunitaire. Qu’une ligne officielle: le virus H1N1 est mortellement dangereux et il faut courir pour aller chercher une dose de la seule solution valable, selon les autorités et les compagnies pharmaceutiques, un vaccin.

Sous cet article ci-haut mentionné, un peu moins de 1000 commentaires ont été enregistrés. La plupart étant des plus enrichissants, mais beaucoup d’autres aussi qui venaient dénigrer et ostraciser quiconque se posait des questions, comme nous le savons maintenant, tout-à-fait légitimes et saines.

Un commentateur disait « on s’en reparle dans un an ou plus, étant donné que le Québec aura prouvé ou invalidé vos inquiétudes avec sa campagne de vaccination à vaste échelle ». Et bien parlons-en immédiatement, puisque le H1N1 a mystérieusement disparu aussi vite qu’il était apparu. Mieux vaut faire l’exercice de retourner en arrière pour éviter de répéter les mêmes erreurs. Voyons comment certains individus se comportaient, en plein milieu de la campagne de terreur contre la population. Ceci n’est pas fait dans l’esprit de se moquer de quiconque, ni de prouver quoi que ce soit, si ce n’est de mettre en lumière la radicalisation d’une frange de la société à l’encontre de ceux qui ont osé se poser des questions légitimes et de refuser de se faire inoculer des produits à l’innocuité et efficacité douteux. Il est important de le faire parce que ces personnes qui ont décidé de juger par elles-mêmes, d’être critiques face au tapage médiatique et à la sévérité prétendue du virus de la grippe porcine, se sont fait qualifié d’irresponsables, de paranoïaques, de complotistes, de dérapage, de mettre en danger les autres et j’en passe, tandis que les détracteurs pro-vaccination sont carrément disparus dans la brume.

Alors la prochaine fois qu’une telle hystérie se déclarera, nous serons peut-être un peu plus lucides et chercherons plus objectivement à savoir ce qu’il en est réellement. De faire les bilans nous permettra peut-être aussi d’éviter de dépenser des millions de dollars inutilement, de mettre en danger la santé des gens, mais aussi de tenir pour responsables ceux qui nous manipulaient sentimentalement pour nous faire vacciner, en jouant avec notre culpabilité et insécurité. Ce n’est qu’en informant une population adéquatement qu’on en arrive à faire des choix éclairés.

Parce qu’en attendant, j’ai toujours l’impression qu’en plein milieu d’un feu de broussaille, on nous a poussé à paniquer et à courir en tout sens, comme une poule sans tête.

Quelques commentaires de détracteurs pro-vaccins H1N1 et mes annotations mesquines!

- » Tapez dans un moteur de recherche
« bienfaits de la vaccination »
41 000 liens, vous aurez un autre son de cloche.
Vous ne cherchez que d’un coté…..alors ça invalide pas mal l’objectivité…
Ce n’est pas parce qu’il y a beaucoup de liens anti-vaccin ici que l’argument a plus de force….l’objectivité ne fonctionne pas comme cela…
Ce n’est pas en citant toute les horreurs passés des autorités qu’on avance non plus…
Ce n’est pas non plus parce que seulement ***** et moi pensons autrement que ça vous donne plus raison..
En tout cas, moi je reste en observation sereine, si la pandémie s’avère dangereuse, j’irai me faire vacciner sinon, je verrai, contente que les pharmacos aient mis au point ce vaccin.
La vérité on la saura bientôt, ceux qui auront écrit n’importe quoi ici, on s’en souviendra, leur crédibilité en prendra un coup. »

Ouch! Leur crédibilité va en prendre un coup! La vérité, on la connait maintenant. Nous savons aussi qui a écrit n’importe quoi. Comment fonctionne l’objectivité déjà??

- «l’histoire démontre que la science n’est plus nécessairement gage de vérité»
Vérité est un mot vide de sens et religieux.
La science peut être détournée à des fins non éthiques, mais les études scientifiques doivent passer par un comité d’éthique pour être approuvées dans la plupart des pays.
Il peut y avoir des erreurs scientifiques (l’erreur est humaine).
Mais dans l’immense majorité des cas, la science est rigoureuse, contrairement au charlatanisme comme les naturopathes, homéopathes, chiropraticiens et ostéopathes, etc et autres arnaques. »

Il semble que les plus grands charlatans furent les compagnies pharmaceutiques, l’OMS et les autorités de la santé… et leur parole ressemble plutôt, aujourd’hui, à du vide et basé sur une croyance plus que de la science…

- « On se base sur les vaccins antigrippaux précédents qui montraient qu’à ce titre d’anticorps, le vaccin est efficace. 95% des gens ont développé ce titre d’anticorps dans les études sur le présent vaccin antigrippal. Mais vous avez raison, seules les études post-vaccination diront avec certitude le véritable taux d’efficacité de ce vaccin-ci.
Et un vaccin moins efficace l’est plus dans une population majoritairement vaccinée. »

Alors, était-ce un test de laboratoire sur la population, finalement? La France, avec son 7% de vaccinés, n’a pas connu de catastrophe. Serait-ce que nos systèmes immunitaires soient assez forts pour combattre et qu’il y ait eu une nette exagération des dangers du H1N1?

- « Seconde anecdote. Ma petite nièce de moins de trois ans s’est fait vacciner il y a plus de huit jours, ce qui signifie qu’elle est maintenant immunisée contre cette sale grippe. Ça aussi me comble d’aise. »

Immunisée pour rien, un risque d’effet secondaire pour rien et même pas de sale grippe à l’horizon! Ce n’est pas très rassurant pour une fillette de trois ans.

- « J’étais au courant de la méfiance des infirmières française. Même que c’est une maudite bonne raison pour un Français de pas vouloir se faire vacciner! Nous, ici, au Québec, on a été clair avec nos infirmières: vous vous faites vacciner ou vous restez la maison sans être payée. Disons que ça encourage le consentement… »

C’est de la coercition criminelle, contre le consentement et la liberté d’un individu, que de les forcer à se faire vacciner. Qui sera tenu comme responsable de ce fait? Où est Yves Bolduc?

- « … j’admire ton courage de continuer à souligner les paralogismes, les erreurs de raisonnements, les faussetés et les mythes que l’on retrouve parmi les billets et commentaires de ce site anti-vaccination et qui montrent bien l’invalidité de leurs thèses. Tes arguments et les contradictions nombreuses que tu remarques chez ces gens (qu’ils ne tiennent malheureusement pas en considération) auront-ils raison de la foi anti-vaccinale ?… »

Invalidité de nos thèses? Paralogismes, erreurs de raisonnements, faussetés et mythes? La prochaine fois, il faudra peut-être être plus objectif et comprendre que les autorités ne sont pas souvent aussi compétents qu’ils n’apparaissent, qu’il faut juger par soi-même, à la lumière des informations qu’on dispose, sur tous les tableaux. Je me demande si la réalité a eu un quelconque effet sur la foi des pro-vaccins.

- « Chers amis et amies,
Je vous sollicite pour faire tous ensemble un Front commun contre le virus A(H1N1).
Tous contre le virus de l’influenza A(H1N1)! Tous pour la santé citoyenne !
Freinons la propagation du virus !
La vaccination : une action citoyenne concrète. Soyons blogueurs-citoyens-solidaires et encourageons-la. »

Une action citoyenne. Manipulation et démagogie. Soyez patriotes et ne trahissez pas la patrie. Relevez votre manche et faites vous vacciner (pour rien).

- « Je te prie de pas embarquer dans les conneries de ***** et de te souvenir que nous parlions de chiffres et des raisons pour lesquelles je me ferai vacciner. Mon propos n’était certainement pas que ce qui se passe ailleurs au monde nous concerne pas, ni que les Polonais et les Ukrainiens peuvent bien crever. Mais que je fais confiance aux autorités publiques de mon pays. Je peux quand même avoir la même confiance pour des pays où j’ai jamais mis les pieds!? »

Faites-vous toujours aussi confiance aux autorités publiques de votre pays? $146M de dollars plus tard et aucune pandémie en vue?

- « Schizo, schizo par ci, schizo, schizo par là… (sur l’air des peintures SICO des années 1980).
Ces gens anti-vaccination ont la foi, si ce n’est pas du délire. Ils agissent exactement comme des religieux. Tenter de les raisonner avec les meilleures preuves scientifiques est malheureusement vain. L’expérience, peut-être, leur redonnera un jour confiance en ce qui a fait ses preuves…
Leur caverne est bien profonde.
Quelque fois, j’aimerais entendre un Nietzsche moderne aphoriser au sujet de ces nouveaux religieux… »

Schizo. Voilà de quoi on traitait les gens qui refusaient de se faire vacciner ou qui posaient simplement des questions critiques face à la campagne de vaccination. Délire, foi, religieux, caverneux, etc. Saurons-nous éviter de telles tactiques de dénigrement la prochaine fois?

- « Ma conclusion: les gens qui sont contre le vaccin essaient de convaincre les gens de ne pas se faire vacciner car ils veulent leur bien. Et vice-versa.
Qui a raison? Trop tôt pour le savoir. On s’en reparlera peut-être au printemps prochain. Cependant, peu importe ce qui arrivera au cours des prochains mois, les « conspirationnistes » continueront de dénoncer ce qu’ils appellent des complots et les pragmatiques continueront de croire aux bienfaits de la science tout en étant d’accord avec les premiers quant aux nombreux dérapages de pharmaceutiques et des gouvernements. »

C’est le printemps. Parlons-en. Les « conspirationnistes » avaient raison et sont en santé, alors que les pragmatiques continuent toujours de croire aux bienfaits de la science (corrompue par les intérêts financiers), mais qui ne font toujours rien pour relever et combattre les nombreux dérapages de pharmaceutiques et des gouvernements et s’amender eux-mêmes. Est-ce que je me trompe?

- « J’ai donc choisi l’approche pragmatique en pesant les pour et les contre. Primo: la très grande majorité des scientifiques et des médecins reconnaissent le danger potentiel du virus A(H1N1). Secundo, la très grande majorité de ces experts recommandent la vaccination. Tertio, j’écoute les gens en qui je fais confiance, soit pour leurs connaissances scientifiques ou peur leur authenticité. J’ai donc fortement apprécié la recommandation du docteur Amir Khadir et j’ai la chance d’avoir un ami qui est chercheur scientifique. Les deux recommandent le vaccin. Ça m’a convaincu. »

Primo: La très grande majorité des scientifiques et des médecins étaient dans le champs à propos du danger réel du virus A(H1N1). Secundo, la très grande majorité de ces experts ont recommandé la vaccination pour rien, avec son lot de risque d’effets secondaires potentiellement graves et parfois mortels. Tertio, il faut faire confiance à soi-même et aux bonnes personnes. Amir Khadir a fait parti du problème et n’a pas su donner de bons conseils. Pourquoi?

- « Tu as aussi écrit un truc qui est complètement faux, chiffres encore à l’appui. Les campagnes de vaccinations sont une vraie manne pour tous les labos, et celle ci l’est en tous cas au moins pour Roche qui fabrique le Tamiflu
Hein? Regarde, jusqu’ici j’ai pris le temps de te répondre, mais si tu commence à me faire dire n’importe quoi, ça va s’arrêter net. J’ai jamais nié que les producteurs de vaccins feraient de l’argent. C’est s’en méfier parce qu’il font de l’argent qui est très très simpliste.
Pour le bénéfice des lecteurs québécois, je vais t’en sortir un chiffre, le seul, que j’ai entendu jusqu’ici, pour le coût des vaccins au Québec: 200 millions de dollars. Même si ça risque d’être plus, et qu’on ne parle bien que des vaccins, ce n’est vraiment pas la mer à boire. »

Une vraie manne, oui. Des centaines de millions de dollars. Pour une pandémie inexistante. N’y a-t-il pas lieu, maintenant, docteur, d’ouvrir une enquête publique et indépendante? Simpliste de se méfier de l’appât de l’argent pour ces multinationales? Ce n’est pas la mer à boire, $146 millions? Pourtant, on ne cesse de nous casser les oreilles ce printemps avec le Québec qui est dans le rouge. Il faut couper, couper, couper partout et taxer, taxer taxer encore plus pour balancer les budgets. Mais ce n’est vraiment pas la mer à boire…

- « De la paranoïa, certains n’aiment pas ça se le faire dire, mais il y en a ici. C’est un site de paranos, je le répète sans me cacher.
Par contre, je ne dis pas que tout le monde ici est parano. Si ça se trouve, plusieurs visiteurs sont débarqués ici seulement à cause du sujet de la vaccination, auquel il est normal et sain de s’intéresser. À ceux là, je dis: si vous voulez avoir peur, vous êtes à la bonne place.
Effectivement, je me suis mal exprimé. Je ne voulais surtout pas dire que le risque de contagion dure six mois. »

Et oui, nous souffrions alors de paranoïa aiguë. Mais ça va mieux maintenant. Dès qu’on questionne la ligne de pensée unique, certains paniquent rapidement et manquent de se questionner eux-mêmes avant de se lancer dans la chasse aux sorcières et aux hérétiques. À éviter comme comportement. Soyons lucides. Il n’est pas paranoïaque ni anormal de se questionner et d’être critiques envers les autorités et les compagnies privés.

- « Je voulais simplement dire que quelqu’un qui reste chez lui les six prochains mois peut bien se câlisser de tout et ne pas se faire vacciner. Il risque peu de l’attraper et de la transmettre. Et dans ce cas-là, oui, ça ne concerne que lui! Mais peu de gens sont dans cette situation. Les gens doivent travailler.
Les médias de masse ne sont pas exempts de défauts, mais croire qu’un journaliste de Radio-Canada ne serait pas fou comme de la marde à l’idée de débusquer un scandale sur les vaccins, un vrai, c’est prouver sa méconnaissance du milieu. Voyons donc! Les « scandales » qu’on aime imaginer ici, sur ce genre de blogues, c’est le wet dream de tout journaliste. Mais encore faut-il des preuves… »

Où sont ces journalistes, alors? Il y a pourtant un scoop juteux ici! Un scoop que nous avons débusqué il y a plus de 5 mois maintenant!

- « C’est bien évident que des gens refusent ou refuseront de se faire vacciner parce qu’ils ont peur! Et si les autres font pression, c’est certainement par peur aussi. L’erreur c’est d’alimenter les peurs avec des fausses informations. Le problème est de discerner les bonnes informations des fausses. Excusez-moi, mais j’aime mieux croire que le Directeur de la Santé publique, mon oncle médecin et les journalistes scientifiques de Radio-Canada que vingt ***** cachés dans l’anonymat et prétendant en savoir plus que des gens qu’il ne connaît même pas! Come on! C’est croire des gens comme ça qui serait complètement irrationnel!
Le problème aussi est que le mal à combattre est un virus contagieux, donc par définition ça concerne tout le monde. La décision de se faire vacciner ou pas ne peut être réduite à une seule préférence individuelle, elle a un impact sur la santé publique. »

L’erreur c’est d’alimenter les peurs avec des fausses informations. Le problème est de discerner les bonnes informations des fausses. Voilà, en effet, l’erreur. Je vous laisse le soin de réévaluer la pertinence du reste de vos croyances, à la lumière de la réalité post-fausse-pandémie… et des leaders de l’OMS qui avouent maintenant avoir eu tort d’agir de la façon dont ils l’ont fait.

- « Et je comprends le principe d’une vaccination massive visant 80% de la population. »

…les Français aussi, à 7% de vaccinés. Ça ne change rien!

- « Ce qui est fascinant chez les conspirationnistes et tous les gens anti-vaccins, c’est de constater à quel point c’est la peur qui les gouverne, et c’est la peur qu’ils propagent… La peur est leur carburant, l’énergie centrale de tout leur système de pensée.
Paranoïa, cela sonne assez proche de « peur », mais l’étymologie signifie « à côté de l’esprit », ce qui est tout aussi significatif…
Cette histoire des vaccins et le site des 7 du Québec m’ont fait découvrir à quel point la paranoïa est présente partout sur Internet et à quel point Internet entretient cette paranoïa… C’est d’intérêt sociologique, par contre. Très intéressant pour une thèse de doctorat en sociologie. »

Et bien il semble que l’Internet nous a mieux servit que toutes les autorités qui ont, elles, généré et joué avec la peur, la culpabilité, la paranoïa pour pousser les gens à se faire vacciner dans cette campagne de vaccination « historique » au Québec et au niveau mondial.

- « Ce n’est pas à moi de fournir ces chiffres, mais à ceux qui se lancent dans une analyse comme l’auteur de ce billet et les commentateurs qui l’appuient.
Tous ont une seule caractéristique :
un énorme biais de sélection des informations. Ça ne vaudrait pas cher dans un mémoire ou une thèse de doctorat… Où est passée l’immense majorité des sources et des études qui sont favorables à la vaccination ? Aucune trace dans les propos intempestifs des interlocuteurs antivaccination.
C’est de la pure propagande idéologique. Rien de scientifique. Pourtant, ils utilisent des arguments qui citent des scientifiques, ce qui montre encore plus leur volonté de tromper les gens : d’une part, ils nient la science, d’autre part, ils veulent nous faire croire des choses avec des arguments d’allure scientifique… Ça pue l’idéologie tout ça. Ça pue l’entrave à la liberté de penser. »

Remarquez encore ici les mots employés: « un énorme biais de sélection des informations », « pure propagande idéologique », « leur volonté de tromper les gens », « ils nient la science », « Ça pue l’idéologie tout ça. Ça pue l’entrave à la liberté de penser ». Qu’en pensez-vous aujourd’hui? N’est-ce pas la vaccination pour de fausses pandémies qui pue l’idéologie et la propagande? Soyons honnêtes et discutons-en, ça en vaut la peine, surtout qu’on a dépensé $146M sur cette campagne!

- « C’est un site satirique, les 7 du Québec, n’est-ce pas?
Le plus drôle en tout cas !
Ha!Ha!Ha!
J’attends les chiffres ! Vous esquivez la question, vous vous ridiculisez chers amis. Vos théories complotistes s’écroulent sous ces données scientifiques et vous en tremblez de peur. C’est votre idéologie propagandiste qui vole en éclats, votre idéologie de l’opinion et du je-suis-certain-de-posséder-la-vérité-cachée ! Voilà pourquoi vous refusez de les révéler ici au grand jour. Ce serait tout votre discours, votre argumentation, votre pensée qui se révélerait à vous comme étant tordue, et cela vous angoisse…
À bon entendeur »

Parlant de se ridiculiser et de théories… quelle version des faits s’est écroulée? C’est avec des arguments comme ceux-là qu’on a tenté de convaincre qu’il était inapproprié de questionner la réalité perçue et véhiculée par les autorités, les médias et les compagnies pharmaceutiques, sans oublier les zélés pro-vaccination. En fait, il semble que la preuve soit faite que les vaccins n’ont PAS éradiqué les maladies qui ont pesé sur l’humanité, mais bien les conditions sanitaires et d’hygiène qui ont prévenu la propagations des maladies.

- « PPS : à part moi, personne ici ne remet en question tout ce que vous vous complaisez à dire dans votre petit groupe . Ce n’est que moi qui crée le débat et devant mes critiques et questionnements, vous démissionnez. Vous préférez avoir raison coûte que coûte plutôt que de confronter vos croyances opiniâtres et admettre que la vaccination est bénéfique et que les bénéfices dépassent les risques comme le prouvent les nombreuses études que vous omettez volontairement dans votre thèse exposée ici (ou que vous ne vous donnez pas la peine de consulter par crainte ou par paresse, c’est selon).
À bon entendeur »

Même si la vaccination était bénéfique et que les bénéfices dépasseraient les risques – chose qui demeure toujours à démontrer -, qu’elle en est l’utilité s’il n’y a pas de pandémie ni de danger réel d’un virus? Là est la question.

- « Vive la liberté de choisir la vaccination !
Vous me faites penser aux anti-abortionnistes, chers conspirationnistes anti-vaccination.
Soyons pro-choix ! Laissons l’humain libre de choisir ou non la vaccination en en discutant avec des professionnels qualifiés. La santé, c’est l’affaire de chaque individu. Pas de groupes de pression comme vous, pas de lobbyistes comme vous qui veulent passer leur idéologie et qui n’ont aucune compétence en la matière.
Cessez cette propagande conspirationniste et parlez à votre professionnel de la santé. »

Tel est pris qui croyait prendre. Sans rancune, mais la plupart des professionnels de la santé comme les infirmières refusaient de se faire vacciner, autant en France qu’au Québec. Ici, les hautes autorités ont menacé et réduit au silence ces courageuses et honnêtes infirmières. Parlez-moi de lobbyistes qui veulent passer leur idéologie!

- « Ça dérape ici. »

Je ne saurais dire mieux…

========================

Pour de plus amples informations et sources:

Front commun contre les vaccins A/H1N1

Front commun pour les vaccins A/H1N1

Métier: Dealer de drogue et manipulateur professionnel

Gouvernements et politiques pour et par les intérêts financiers privés

Front commun pour les vaccins A/H1N1

Photo : Flickr lu_lu

Photo : Flickr lu_lu

Rendons à César ce qui lui appartient. Nous devons nous incliner bien bas de respect et d’admiration devant une des plus impressionnante campagne de relation publique menée au Québec. Ce n’est plus qu’une simple campagne de vaccination que nous vivons, mais bel et bien un moment historique hors pair. Tel qu’annoncé partout dans les médias du Québec, nous sommes témoins de LA plus grande campagne de vaccination de l’histoire du Québec, un évènement à célébrer, un moment historique magique à vivre. D’ailleurs, apparemment que le comité qui rédige le Livre de record Guinness ait été contacté pour homologuer ce record inédit qui nous rend si fier.

Bien que le gouvernement du Québec se disait inquiet des très bas taux d’intention des gens de se faire vacciner il y a quelques semaines, ce problème est dorénavant chose du passé grâce à cette campagne de relation publique du tonnerre. Il aura suffit de montrer à la population toujours proie facile de la peur et la panique quelques images d’un jeune garçon de 13 ans qui aurait été foudroyé par le virus H1N1. Génial. Peut importe si le garçon n’était pas réellement mort du virus H1N1, mais bien d’une méningite, comme le rapportait le Dr Alain Poirier quelques jours plus tard, lors de l’émission 24 heures en 60 minutes, animée par Anne-Marie Dussault.

Superbe travail encore une fois de la part des médias qui ont été rapides pour semer la panique, mais bien lents à rectifier la réelle cause de la mort. Peu importe, comme le disait le père des relations publiques et de la publicité, Edward Bernays, on ne convainc pas les gens avec des discours rationnels, mais bien par les émotions, ce qui est de loin le plus efficace. Un coup l’image imprimée dans l’esprit des gens, entourée d’une aura de peur et de panique, même une admission de la part des médias que le garçon n’était pas mort du H1N1, mais bien d’une méningite, n’arrivera pas à déloger la première impression qui est pourtant fausse.

Résultat: plus de 80% de la population québécoise dit maintenant vouloir se faire vacciner. Cela ne s’appelle pas du contrôle des masses, mais bien une campagne de protection de la population par des autorités extrêmement soucieuse de notre santé. Nous devrions en être reconnaissant. Devant l’ennemi, nous devons être des patriotes et prendre une injection au nom de la nation, peut importe nos soucis et préoccupations concernant l’innocuité de ces vaccins.

De toute façon, merci encore une fois aux médias et aux autorités, nous savons maintenant que la question de l’innocuité et de l’efficacité des vaccins A/H1N1 est réglée une fois pour toute. Si on nous dit qu’ils sont sécuritaires et la seule façon de combattre le virus extrémiste, nous devrions nous la fermer et faire tout ce que les autorités nous disent de faire.

Qui suis-je pour décider de ma propre santé et celle des autres? Je ne suis pas un médecin, ni un expert. Je n’ai pas un mot à dire concernant ce qui entre dans mon corps. Si le gouvernement et l’OMS disent qu’il y a urgence, il est bien normal que le bien public passe en premier de tout, quitte à devoir injecter des substances toxiques dans mon corps, sans mon consentement et octroyer des pouvoirs inédits aux autorités, allant même jusqu’à contrevenir à la Charte des droits et libertés. C’est pour notre bien, pour nous protéger. C’est par amour des autres qu’on doit prendre une chance de jouer à la roulette russe avec sa santé. Il serait bien narcissique, ultra individualiste et égoïste de refuser. Et j’aime jouer. Surtout qu’avec les vaccins H1N1, nous avons 14 fois plus de chance de gagner qu’à la 6/49! On peut se mériter un superbe syndrome Guillain Barré à cette loterie toute spéciale. À gagner: effets secondaires RARES dû à des ingrédients de vaccin que les autorités ont approuvés.

En fait, la question cruciale dont on devrait tous se préoccuper jour et nuit est de savoir comment mettre les mains sur une de ces doses de super protection contre le virus envahisseur. Mais Yves Bolduc, a déclaré qu’il n’y aurait plus de passe droit au Québec, il faudra attendre son tour. À nous de gérer notre sentiment d’insécurité si on a la sensation de rareté des vaccins et d’avoir à attendre son tour. C’est un mal pour un bien; cela augmente notre désir d’avoir notre dose. Notre tour viendra. C’est comme si c’était « une chance », de gagner le gros lot. L’effet de « rareté » est donc une autre superbe facette de cette campagne de vaccination (la plus grande de l’histoire du Québec, faut-il le répéter). Peu importe que le Globe and Mail ait révélé que des millions de doses du vaccin H1N1 dorment dans des entrepôts.

Et des chanceux, il va y en avoir. Rien à voir, cependant, avec le fait qu’on vaccine les gens depuis environ deux semaines puis que tout d’un coup, comme par enchantement, les urgences sont débordées de cas de grippe H1N1. Ne soyons pas paranoïaques et comme les complotistes, que nous suspectons d’ailleurs d’être des extrémistes affiliés avec l’Al Qaïda.

Si vous entendez de la bouche d’un de ces extrémistes anti-vaccins que les effets secondaires du vaccin H1N1 commencent à sortir suite aux débuts de la vaccination de masse, nous pouvons nous rassurer car les autorités nient que le vaccin puisse être en cause. Ils nous expliquent que c’est le virus A/H1N1 qui tue, puisque le vaccin n’est pas effectif avant au moins 10 jours. Cela n’est pas une raison de croire que c’est une manière de masquer les effets dévastateurs qui pourraient survenir après vaccination.

Ne croyez pas à tout ce qui est écrit sur Internet. Ce n’est pas parce qu’on vous montre des vidéos YouTube d’une jeune meneuse de claques, par exemple, qui a eu des effets secondaires graves après la vaccination contre la grippe, que cela signifie que ce sera pareil pour nous ou que ce soit réellement relié aux vaccins. Notre confrère a dû se méprendre lui aussi; il n’y a certainement pas lieu de s’inquiéter.

Il faut le faire pour protéger la santé des autres.

Ce n’est pas les morts et les effets secondaires qui se multiplient en Suède qui vont nous arrêter dans cette campagne historique de vaccination de masse dont nous sommes si fiers.

Nous devons aussi souligner l’effort extraordinaire que cette centaine d’employés d’un centre d’hébergement ont déployé pour la protection du public, en dépit d’avoir été victimes d’une erreur dans la préparation du vaccin qu’ils ont reçu qui contenait deux doses d’adjuvant. Deux fois plus de squalène que la dose admise. Sans broncher, ces employés seront revaccinés avec le mélange adéquat pour protéger leur santé et celles des autres.

L’erreur est humaine. C’est exactement ce que les onze enfants de l’Ontario qui ont reçu le double d’une dose recommandée de vaccin H1N1 par une infirmière devront comprendre. Cette dernière continue toujours à ce jour de “protéger” la population.

Voilà que de bonnes nouvelles.

Et il a été confirmé, une fois qu’il a été documenté que ce virus A/H1N1 avait un taux très bas de mortalité, que l’OMS a changé sa définition d’une « pandémie » au mois de mai 2009, pour laisser tomber le besoin d’avoir un haut taux de mortalité et ainsi déclarer la pandémie de toute façon un mois plus tard, en juin. Et oui, cela leur donne le pouvoir de donner des ordres aux autorités de la santé de tous les pays membres de l’ONU pour des vaccinations obligatoires avec des amendes punitives et des quarantaines pour les extrémistes anti-vaccins. Mais ce n’est que par amour, pour nous forcer à protéger notre santé. Quel autre motif un organisme comme l’OMS pourrait possiblement avoir? Au lieu d’être parano, on devrait être plein de gratitude, cesser tout ce questionnement et faire tout ce qu’ils disent.

Et lorsqu’en janvier dernier, un manufacturier officiellement désigné pour fabriquer des vaccins contre le H1N1 admettait avoir fait une erreur ayant résulté en la production et livraison de larges quantités de matériel pour fabriquer des vaccins contre la grippe saisonnière qui s’était avéré mortel dans des tests sur animaux et contenait des virus vivants hautement contagieux, cela n’était qu’un exemple isolé d’une erreur. Il n’y a absolument rien là d’inquiétant. Il n’y a pas de temps à perdre pour se demander comment une telle « erreur » a pu se produire sous le protocole de sécurité le plus avancé qui existe, mis en place exactement pour rendre ce type d’erreur complètement impossible. On fait tous des erreurs, n’est-ce pas? Pardonner et oublier. Je suis certain que rien de tel ne se reproduira.

D’accord, peut-être bien que les gouvernements ont octroyé une complète immunité juridique aux manufacturiers pharmaceutiques, les protégeant de toutes poursuites judiciaires en cas de dommages et d’effets secondaires indésirables, les ont laissé utiliser des additifs non testés et les ont exemptés des tests usuels d’innocuité. Mais ils ne prennent de tels risques que parce qu’ils nous aiment tellement et qu’ils veulent se précipiter pour nous protéger contre cet horrible virus de l’influenza terroriste que la vaste majorité du monde prend quelques jours d’inconfort pour s’en remettre.

Si le seul moyen de nous protéger est de nous exposer à tous ces ingrédients qui peuvent nous endommager de façon permanente et même nous tuer, et bien, les autorités ne vont pas laisser ces inquiétudes pour la vie humaine être dans le chemin de notre protection. On est prêt à prendre la chance de nous rendre malade et nous tuer pour nous sauver la vie.

Alors, quelle différence cela fait-il de savoir ce qu’il y a dans ces vaccins ou pas; ou s’ils ont été testés ou pas? L’important est d’avoir une entière confiance envers le gouvernement pour prendre soin de nous.

Cela rend humble de savoir que tant de personnes puissantes sont si intensément concernées à propos de notre santé et notre bien-être qu’ils ne laisseront aucune loi les empêcher d’assurer notre protection.

Donc, entre les pouvoirs confiés à l’OMS durant une pandémie déclarée et les pouvoirs spéciaux conférés à la branche exécutive du gouvernement durant un « état d’urgence » déclaré, la population du monde entier a toutes les raisons de se sentir *super en sécurité*. Je partage certainement ce sentiment.

Pas même besoin de savoir que la vitamine D se révèle être la pierre angulaire pour combattre les rhumes et grippes saisonnières. Santé Canada va probablement perdre son temps à enquêter sur le rôle de la vitamine D dans la protection contre ces problème de la santé qui nous affectent tous chaque hivers, alors que nous sommes majoritairement déficient en vitamine D, qui est produite dans la peau avec l’action du soleil.

Je ne peux qu’espérer et prier, alors que cette merveilleuse machine de protection nationale et globale pour « prendre soin de nous » se met en route, que les hurluberlus de théoriciens du complot ne vont pas tout ruiner avec leurs outrageuses fantaisies paranoïaques. Donc, sentez-vous libres de faire circuler ce message rassurant autant que possible.

Nous sommes tous ensembles dans cette galère!

François Marginean

Image Flickr: Michæl Paukner

Questions d’habitudes

Hier, ma conjointe m’a posée une question et il s’en est suivi une bonne discussion à laquelle je me réfère pour écrire ce billet. À la base, cela est en lien avec une dame de l’âge d’or que l’on connaît bien, et qui a de gros problèmes de santé. Elle souffre de maux en rapport avec ses poumons et elle est branchée continuellement sur une machine à oxygène. Son médecin lui a sommé d’arrêter de fumer, elle a tenu le coup pendant un certain temps, a recommencée, mais hier elle est repartie à l’hôpital pour une deuxième fois depuis qu’elle a recommencée…

Alors, la question c’est de savoir si on devrait commencer à faire payer les gens pour les soins de santé, dans le cas où ce sont de mauvaises habitudes qui les rendent malades. Subjectivement, nous avons arrêté de fumer et changeons nos habitudes alimentaires, entre autres, pour améliorer nos chances d’être en santé le plus longtemps possible, et pour minimiser les chances d’être un poids pour la société, etc., mais objectivement, on ne peut pas le regarder de cette manière.

Ce que j’ai toujours pensé, c’est que le tabagisme est un problème culturel, point. Alors, comment pointer du doigt quelqu’un qui est pris par une addiction physique et psychologique, même si aujourd’hui les campagnes de dénigrement de cette culture vont bon train? Il n’y a que la bonne volonté comme moteur de changement, et ce n’est pas donné à tout le monde de voir le changement d’habitude comme un défi positif. Et encore moins de voir d’un bon oeil l’hypothétique, l’incertitude, dans cette quête de l’amélioration de sa santé.

Ça me fait penser à un reportage au Téléjournal. On y présentait une étude scientifique qui démontre un « lien entre la consommation de viande rouge et l’accroissement du risque de mortalité. » Au début, on voit un homme, bien joufflu, répondre à une vox populi :

— La viande rouge c’est bon en maudit. Je pense que ça fait partie de notre quotidien. Je changerai pas à cause des études… c’est plein d’études anyway astheure!

C’est écrit dans le ciel que cette personne avec cette attitude — et possiblement fumeur, se gavant sûrement de sel et de sucre — va nous coûter la peau des fesses collectivement pour ses soins de santé à la brunante de sa vie — et peut-être même bien avant. Et c’est à la vue de ce genre d’individu que me vient le désir de le voir payer de sa poche, de nous voir donner complètement le système public de santé aux dents du loup privé!

Mais non, on ne peut pas se baser là-dessus pour faire cette réflexion, parce que, tout comme le tabagisme, ces habitudes sont très culturelles, surtout ici, en Amérique, dans le cas de la viande rouge. Si on extrapole, est-ce que c’est trop fort de penser que toutes ces habitudes, qui nous paraissent aujourd’hui majoritairement mauvaises, viennent du fait de la conservation des aliments qui, anciennement, passait par le sel, le sucre et le gras? Sans oublier les traditionnels repas hyper caloriques qui servaient bien nos ancêtres ruraux. Donc, des habitudes qui étaient bonnes et qui sont devenues mauvaises avec le temps. Et même, encore plus que la donnée culturelle, que ces goûts sont inscrits en nous génétiquement? Surtout quand on remarque les avancées scientifiques dans le domaine de la génétique et les preuves que les gènes sont modifiées en cours de vie par les interactions avec l’environnement, tant du côté physique que psychologique.

C’est comme si notre culture, nos moeurs n’étaient pas en phase avec la réalité, qui est aussi le résultat d’un amalgame d’évolution culturelle. En regard de tout ça, toute la propagande en matière de santé me semble plus acceptable malgré le fait qu’elle est irritante, autant pour ceux qui l’acceptent positivement que négativement : quand tu fais déjà des efforts, ça devient lassant de te le faire répéter, et encore plus quand tu t’en contrefous… Sinon, comment s’y prendre personnellement, comme avec l’homme cité plus haut, pour influer sur l’attitude? Pour le cas de la dame dont je parle en début de billet, nous n’y sommes jamais résolus… En espérant que l’espoir de moins de souffrances lui donnera le coup de pouce pour suivre les conseils de son médecin. S’il n’est pas déjà trop tard.

(Image : David Asch)

Pot particulièrement pourri électoral

pot-pourri-des-chefs

Petite chronique électorale que je vais démarrer en citant un billet de Burp :

Jean Dussault, journaliste politique, était invité hier midi à […] Radio-Canada pour discuter des élections provinciales. Dussault a alors affirmé que, des 41 députés adéquistes élus lors des dernières élections, 28 n’avaient pas fait campagne. Ça veut dire qu’ils n’ont pas ouvert de bureau, n’ont pas installé de ligne téléphonique, n’ont pas dépensé un sou, ne sont jamais sorti de leur maison.

Voilà bien la preuve flagrante que la vieille façon de faire est complètement inutile. Les élections se font médiatiquement. Même si je hais les pancartes électorales, je pense qu’elles influencent plus que le tripotage d’épiderme, que le becquetage de poupons. Au moins, elles rappellent d’aller voter… Et les rassemblements ne servent que de décor pour nourrir le factuel si cher au journalisme. Wow! des gens se sont déplacés pour aller écouter des politiciens!

La politique devrait être le royaume des idées, mais tout est axé sur le paraître. C’est le concours à savoir comment diriger la perception de la population. À la télé, Mario Dumont a misé sur la variété où il avait plus de chance de la contrôler cette perception. Mais son problème, c’est qu’il n’a pensé qu’à court terme…

À ce sujet, j’aimerais citer un excellent commentaire de Noisette Sociale laissé sur le blogue Le Satellite Voyageur :

Les téléspectateurs du dimanche soir ont deux choix devant eux. TLMEP ou Dieu Merci. TLMEP n’est pas une émission intellectuelle à proprement parler mais elle l’est certainement beaucoup plus que Dieu Merci. Les gens qui regardent TLMEP se soucient nécessairement un tant soit peu de l’actualité politique.

Je crois sincèrement que plus le public est intello, moins il est réceptif à l’ADQ.

Par contre, le public qui préfère Dieu Merci à TLMEP est probablement beaucoup plus réceptif au discours populiste de l’ADQ. Une bonne partie de ce public doit être du genre à trouver ça important qu’on voit nos politiciens dans des contextes moins sérieux. Mario Dumont est probablement au courant que ça. Il sait qu’avec sa performance, il va sûrement aller chercher des votes de sympathie. C’est son électorat-cible.

Rien à rajouter.

Autre sujet, le blogueur de Scotch et Sloche se pose la question à savoir comment démêler la promesse de Charest d’abolir la taxe de vente sur les produits culturels Québécois. Parce qu’il y a réellement des cas dilemmatiques, comme « Arcade Fire ou Celiiiiine, Québécois signés sur un label » états-unien, pour ne nommer que ceux-là.

Les élections, du côté des citoyens, serait-ce beaucoup l’art de séparer le bon grain de l’ivraie?

Coups de théâtre pour le PLC

Avec la gaffe monumentale de Stephen Harper qui disait « que la chute des bourses était l’occasion pour les investisseurs de faire de bons achats », une autre nouvelle est venue donner à Stéphane Dion des munitions et, de ce fait, l’aura tant espéré d’hypothétique futur Prime Minister. Il s’agit d’« une lettre ouverte qui doit être dévoilée mardi » prochain, signée par « quelque 230 économistes [qui] exigent l’imposition d’une taxe sur le carbone », car ils pensent qu’on ne peut « soutenir une économie saine sans un environnement sain ».

Ce groupe se réclame de ne pas faire dans la partisanerie, un peu comme les artistes… mais il est clair que ces voix vont de pair avec le programme libéral, d’autant plus que ces « économistes proposent de redistribuer les sommes engrangées par la taxe en baisse d’impôt ».

Le vent de cette campagne, qui pourtant pointait une défaite majeure des Libéraux, semble depuis quelque temps se retourner. Même avec l’entrée en scène de Jean Chrétien, Chantal Hébert donne cet avertissement :

Mais ne sautez pas à la conclusion que c’est un signe indéniable de ce que les libéraux sont en voie de renverser la vapeur et de gagner les élections.

L’avenir se chargera de nous le dire.

Deux solitudes, deux campagnes

En regard de la campagne électorale qui approche de la fin, et de la différence notable entre comment ça se passe au Québec et comment ça se passe dans le ROC, permettez-moi de soulever un peu le tapis décoré de l’unifolié et de scruter la souveraineté qui y a été balayée, bien mystérieusement. Pourtant, il est clair à mon avis que, et l’allure, et les résultats de cet exercice démocratique creusent encore plus le fossé entre les deux solitudes.

De un, le parti conservateur avait deux plans distincts, de deux, là où la question de la culture a faire bouillir le débat ici — et le fait bouillir encore, au grand dam de plusieurs —, ça été très secondaire ailleurs. Mais, le plus important, si on regarde les sondages (donc un peu l’avenir au travers d’une boule de cristal), le ROC aura beaucoup plus un gouvernement qui le représente que le Québec. Donc, si les résultats reflètent les pronostics, faire partie de ce pays représentera pour les Québécois un déficit démocratique quasi complet.

Voilà, c’est court comme réflexion, mais ça veut tout dire.

Quand est-ce qu’on va sortir de notre statut de sous carpette?

Le contraire de vert se nomme Harper

Dans cette campagne, le sujet environnemental semble important, mais quand on sait que Stephen Harper a refusé, selon une dépêche de Radio-Canada, de se joindre aux autres chefs de parti en payant « afin de compenser pour [ses] émissions carbone », il y a un signal contradictoire, et malheureusement, en même temps très clair.

Celui qui voudrait que son parti se fasse réélire majoritaire sait très bien que cette position je-m’en-foutiste ne lui fera pas de tort auprès de son électorat déjà gagné, et on se doute qu’il pense que cela sera bon aussi pour ses candidats du côté des indécis, enfin ceux qui penchent plus de son côté idéologique. Surtout, nous le savons assez calculateur pour avoir bien réfléchi au désaveu que représenterait son adhésion à un système de crédit carbone, le désaveu étant bien entendu en lien avec sa position sur Kyoto. Est-ce que je froisserais quelqu’un si j’écrivais que rien n’est quand même impossible avec un politicien?

Mais encore plus, ce qui pourrait faire changer la donne, et rendre caduque mon analyse précédente, c’est qu’on apprend aussi, via Cyberpresse, qu’en plus d’enquêter sur la légalité du groupe Facebook «Anti-Harper Vote Swap Canada» («Echange de votes anti-Harper»), que Élections Canada enquête « sur les achats par les partis de crédits d’émissions de gaz à effet de serre. [… ] M. Mayrand a indiqué que les crédits de carbone pourraient être enregistrés comme dépenses de campagne et entrer dans l’équation des dépenses limites d’environ 20 millions $ par parti. »

Quelle ironie du sort si ces partis étaient obligés de déduire ces dépenses comme étant électorales! Ça ferait cher pour appuyer une importance marquée envers l’environnement… Si je puis me permettre, si j’avais à juger de cette problématique, je la rangerais plus du côté technique, dans le sens où ça devrait être « normal » de compenser pour la pollution qu’une campagne provoque dans un si grand pays comme le Canada. (Petite pensée parallèle : juste pour cette raison, un Québec souverain serait électoralement beaucoup moins polluant…)

Alors, en somme, est-ce que cela serait trop prétendre d’écrire ici, au-delà du choix idéologique, que le Parti Conservateur était peut-être au courant du risque que représentaient ces dépenses « vertes »? Nous le verrons bien, dans le cas où ces dépenses ne sont finalement pas handicapantes pour les autres, si effectivement le chef du PC s’y inscrit sur le tard. Calcul, calcul et encore calcul!

Aussi, pour terminer, encore au sujet de l’environnement, je vous suggère grandement de consulter le nouveau site Materre.ca que j’ai découvert récemment et qui regroupe des nouvelles environnementales de différents médias (c’est là-bas que j’ai trouvé la première dépêche relatée plus haut), un blogue, des opinions et des initiatives.