La prise d’otages permanente

Voilà de longs mois que je prévois le défaut de paiement grec. Les marchés, eux, l’anticipent depuis près d’un mois. Cette tragédie est bien grecque, je le crains, dans le sens où – à l’instar des pièces de théâtre classiques – il importe peu que l’identité de celui (ou de celle) qui sera tué ou […]

Lire la suite