Spécialiste de la désinformation

UNE PROFESSION DE PLUS EN PLUS EN VOGUE

Le temps où il suffisait de dire « je l’ai lu dans le journal, je l’ai entendu à la radio, vu à la télévision » pour faire taire tous les incrédules est désormais dépassé. Ce qu’on écrit dans le journal, ce que l’on dit à la radio, ce qu’on nous montre à la télévision n’a plus la crédibilité d’antan. Une nouvelle profession s’y est taillé une place pour en faire le lieu privilégié de la désinformation aux allures de ce qu’il y a de plus vrai et de plus convaincant. Un métier qui se vend aux plus offrants. Des vendeurs d’images et d’opinions qui savent se vendre ainsi que ce qu’ils produisent. Ils ont tous et toutes l’allure de personnes qui ne sauraient mentir ou tromper leur public.

Déjà, nous connaissons les fonctions des attachés de presse des ministres et des représentants des grandes institutions nationales et internationales. Ils ont pour tâches de mettre en évidence tous les beaux et bons côtés de leurs patrons tout en faisant apparaître subtilement tous les mauvais côtés de leurs adversaires. Qu’il en soit ainsi dans le cadre d’une institution ou d’un ministère gouvernemental, ne surprends personne et c’est normal qu’il en soit ainsi. On se souviendra du spécialiste en communication que le nouveau maire Labaume de la ville de Québec avait fait venir de France pour lui confier le mandat de lui assurer une bonne image publique devant à ses électeurs et électrices. Dans ce cas précis, ce fut un grand fiasco, puisque le maire a dû le remercier de ses services peu de temps après l’avoir engagé, ses compétences n’étant pas à la hauteur des attentes.

Dans le cas de la presse écrite et des bulletins d’information nationales et internationales, la situation est différente et la profession qui en assure la crédibilité est celle de journaliste. Le public s’attend à ce que ces grands réseaux d’information leur fournissent des faits, des analyses qui permettent de mieux comprendre ce qui se passe dans telle ou telle région du monde. C’est là la seule façon pour plus de 80 % de la population de se faire un jugement sur ces faits et d’exprimer leurs attentes par rapport aux engagements de leurs gouvernements respectifs. Des dizaines de milliards de dollars sont engagés chaque année en armements et en interventions militaires dans divers pays du monde. Les dirigeants politiques et les médias de communication qui leur sont soumis en arrivent à convaincre par divers montages les citoyens et citoyennes de la justesse de ces dépenses et de ces interventions.

Au cours des dix dernières années, nous avons vécu une sorte de sommet dans la mise en place des moyens permettant de tromper carrément les auditeurs et auditrices sous le couvert d’une présentation erronée de faits et d’analyses, fabriquées à dessein pour qu’elles soient reprises par tous les médias officiels (meanstream). Souvent, ce ne sera que plus tard que les langues se délieront pour mettre au grand jour la tricherie.

On nous a  convaincus qu’il y avait en Irak des armes de destruction massive, qu’il était urgent d’intervenir avant que Saddam Hussein ne vienne nous empoisonner tous. Ce n’est que plus tard que nous avons appris que ce n’était qu’un grand mensonge soutenu par nos médias.

On nous a également convaincus qu’en Libye, Kadhafi bombardait des populations civiles entières comme par plaisir de tuer. Ce fut là également  un grand mensonge, entretenu par nos médias. Le chef de la fausse révolution libyenne admet que Kadhafi n’a pas tué de manifestants.

En Syrie que n’a-t-on pas dit pour que le monde sache que le président Al-Assad est un dictateur sanguinaire qui n’a aucun respect pour les droits humains, prenant  plaisir à tuer d’innocentes victimes. Encore là, le mensonge et les demi-vérités ont fait leur travail auprès de l’opinion publique.

Que dire de ce qui se passe en Ukraine? Depuis des mois on nous dit que l’ex-président ne répondait plus à ses obligations et que le peuple ukrainien ne pouvait plus le supporter. Il fallait donc se porter au secours de ce peuple pris en otage par un Président sans conscience. Les faits nous révèlent de plus en plus qu’on nous a menti pour mieux agir dans le sens d’intérêts qui vont bien au-delà de celui de se porter à la défense d’un peuple.

Ce même stratagème s’applique à Cuba et à Fidel Castro depuis plus de cinquante ans. Que n’a-t-on pas dit sur Fidel et que n’a-t-on pas fait pour le faire disparaître. L’homme qu’on cherche à détruire moralement et physiquement est toujours là, vivant simplement dans une demeure sans luxe et sans éclat. La dernière manipulation à paraître en fait un pacha milliardaire dont la fortune serait cachée dans une île secrète. Un autre grand mensonge, présenté comme la pure vérité.

Au moment d’écrire ces lignes, le gouvernement du Venezuela révèle le plan mis en place par la droite vénézuélienne et Washington pour assassiner le président Maduro. Depuis plusieurs mois, une véritable campagne de dénigrement du Président et de la révolution bolivarienne est largement entretenue et soutenue par nos médias officiels. On dit de Maduro qu’il est un dictateur, qu’il opprime les étudiants qui manifestent pacifiquement, qu’il ne respecte pas les droits de la personne, etc. Encore là, des mensonges plus que nécessaires. Ces derniers sont mis à jour par le gouvernement avec des preuves qui en démontrent la grande tricherie.

Plus les évènements avancent dans le temps, plus nous découvrons les mensonges mis à la disposition d’une manipulation machiavélique de l’opinion publique. Des spécialistes de la désinformation se consacrent comme de véritables artistes à créer l’illusion et la ressemblance avec la vérité pour mieux assurer les interventions militaires et autres à des fins qui n’ont rien à voir avec les intérêts des peuples visés.

Sur l’ensemble des questions relatives aux interventions des États-Unis dans le monde, je vous réfère à cet article portant sur la guerre asymétrique et la violence des États-Unis. Je ne crois pas que vous trouverez cet article dans les journaux qui servent le système.

Pour terminer, je vous laisse avec le témoignage d’une journaliste, Sharyl Attkisson, qui a démissionné pour des raisons professionnelles après avoir œuvré dans les plus grands réseaux d’information des États-Unis, dont CNN et CBS. Elle nous dit comment ça se passe dans le milieu de la désinformation.

http://www.dailymotion.com/video/x1yiuex_sharyl-attkisson-ex-journaliste-a-cbs-explique-son-depart-de-la-chaine-et-parle-des-medias-de-masse_news#from=embediframe

Pour le moment le père du mensonge arrive encore à s’imposer comme le père de la vérité, mais il est possible que ses heures soient comptées. Les langues se délient et les consciences s’éveillent.

Oscar Fortin

Québec, le 11 juin 2014

http://humanisme.blogspot.com

Rien de caché qui ne soit révélé

OSCAR FORTIN : Personne ne peut prétendre couvrir entièrement tout ce qui a marqué l’année 2013. Tout bilan demeurera partiel et partial en fonction des préoccupations et des intérêts de son auteur.  Bien conscient de ces limites, je me risque à faire mon propre bilan de cette année qui prendra fin le 31 décembre 2013 à 24 h. 

La vérité est en marche et ne pourra pas être arrêtée (E.Snowden) 

Un des évènements des plus transcendants de cette année 2013 est sans nul doute l’ampleur qu’a prise la divulgation des documents secrets des États-Unis couvrant toutes ces communications des chefs d’État et de gouvernements. Ce qui me frappe le plus, dans toutes ces opérations de divulgation des secrets d’État, ce sont les auteurs de ces fuites. Des jeunes, fin de la vingtaine, début de la trentaine, qui ont décidé d’agir par motifs de conscience. Je vous invite à lire sur chacun de ces auteurs dont la feuille de route a de quoi impressionner.

Le premier à s’être manifesté est ce jeune militaire, Bradley Manning, qui aurait refilé à WikiLeaks des informations, entre autres, sur les tueries gratuites de civils effectuées par des soldats en Afghanistan. Fait prisonnier, torturé, il fut finalement accusé, quelques années plus tard, soit en 2013, d’aide à l’ennemi. Il sera condamné à 35 ans de prison. Voici ici le commentaire qu’a fait Julian Assange en référence à cette sentence. 

Le second est justement Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks. Mieux connu pour avoir fait à plusieurs reprises la une des médias. Réfugié, depuis 2012, à l’ambassade de l’Équateur à Londres, il y est toujours, le gouvernement d’Angleterre lui refusant un saufconduit pour se rendre dans son pays d’adoption qu’est devenu l’Équateur. De là, il poursuit ses activités. Il aura suivi et accompagné de très près les activités et les déplacements d’Edward Manning.

   Le troisième est précisément Edward Snowden qui a fait les manchettes pendant une bonne partie de l’année. Il est celui qui a donné, pour ainsi dire, une âme, une direction à cette grande opération de mise à jour de ce qui se passe derrière les rideaux de ceux et celles qui parlent au nom des peuples tout en ayant toujours plus à leur cacher qu’ils en ont à leur dire. Il a exprimé cette âme et cette direction dans une phrase prophétique « la vérité est en marche et ne pourra pas être arrêtée ». 

La quatrième personne, beaucoup moins connue, mais combien importante pour cette grande opération de mise à découvert de l’hypocrisie et des mensonges qui se cachent derrière ces gouvernements aux visages angéliques. Elle s’appelle Sarah Harrison. Elle est la spécialiste au service des lanceurs d’alerte. Une femme qui agit dans l’ombre, mais dont l’instinct et l’intelligence lui ont permis de déjouer les services secrets de Londres pour conduire Julian Assange à l’Ambassade de l’Équateur. Elle en fit tout autant avec Edward Snowden, déjouant les services d’intelligence étasuniens pour le conduire jusqu’en Russie. 

Là où les consciences s’éveillent, les peuples se prennent en main 

On ne peut passer sous silence le décès d’Hugo Chavez, ce président à la stature d’un Bolivar, d’un Marti. Sa grandeur, comme homme et chef d’État, est inversement proportionnelle à la haine qu’ont mise ses ennemis pour le diaboliser et s’en débarrasser. À moins de 40 minutes de son décès, le 5 mars 2013, j’avais eu ces mots qui m’étaient venus comme une source jaillissante. Pendant plus de trois jours, des millions de personnes ont défilé devant son cercueil pour lui dire tout leur amour. Le passage de Chavez au milieu de son peuple et sa présence dans cette humanité débordant les frontières de son pays n’était pas le fruit du hasard ou d’une propagande bien orchestrée. Chavez cumulait en lui un engagement radical pour la justice au service des plus démunis, des plus pauvres, des plus dominés et exploités. Chavez a donné un sens à cette marche des peuples pour leur libération. Son successeur, Nicolas Maduro, poursuit sous cette même lancée.

Il en va de même pour cette victoire éclatante de cet autre grand leader de l’Équateur et de l’Amérique latine, Rafael Correa. En dépit des 80 millions de dollars investis par Washington et d’autres dizaines de millions par des multinationales pétrolières désireuses de se débarrasser des poursuites contre elles, Correa remporta la présidentielle avec une forte majorité et une participation record de l’électorat équatorien. Le pape François au sortir de sa rencontre avec le président Correa lui dit : je vous vois comme une laitue fraîche. Correa porte en lui, entre autres, la fraîcheur, l’intelligence, le courage, la détermination. 

Que dire maintenant, d’Evo Morales, président de ce petit pays, la Bolivie, dont une grande partie de sa population vit sur les hauts plateaux de la cordillère des Andes, pendant longtemps, le plus pauvre de l’Amérique latine? Voilà qu’il vient de mettre en orbite le premier satellite « Tupac Katari ». Un évènement transcendant pour ce pays des Mayas qui passe aux technologies de l’espace pour ses télécommunications avec le monde. À ceci s’ajoute, au niveau de son économie interne, une croissance qui atteint 6,5% pour 2013.

L’Afrique vient de perdre son icône, en la personne de Nelson Mandela et le monde, une référence, utilisée selon les convenances de chacun. Sa mort, au-delà de la couverture mondiale qui le plaça au sommet, a donné lieu, également à un examen de conscience de tout ce qu’a vécu cet homme avant, pendant et après ses 26 années passées en prison. Je voudrais attirer votre attention sur trois interventions qui m’apparaissent particulièrement significatives. La première est celle de son grand ami, Fidel Castro. La seconde celle de Luis Basurto qui se demande pourquoi l’Occident adore Mandela. La troisième, parle de la seconde mort de Mandela. Des points de vue critiques que nos médias se sont bien gardés de relever. Je vous laisse le soin d’en apprécier vous-mêmes la valeur.

L’État du Vatican et l’Église avec la démission de Benoît XVI et l’arrivée du pape François sont soumis à de fortes bourrasques. Le nouveau pape a laissé de côté les apparats royaux pour se rapprocher de plus en plus des humbles et des pauvres de la terre. Il a également choisi de placer en toute première ligne l’esprit du message évangélique, le substituant à celui de la doctrine qui y occupait pratiquement toute la place. Ces changements d’attitudes sur la forme et les contenus réjouissent la grande majorité des croyants. Si le mouvement poursuit sa route en ce sens, le peuple de Dieu y retrouvera sa liberté et redeviendra un signe vivant des nouveaux paradigmes du règne du Père sur terre. Je vous réfère à un article récent sur le regard du pape François en relation à l’Église et au monde.

Des négociations de paix qui révèlent la tricherie des uns et la bonne foi des autres 

Depuis 2012, des négociations de paix sont entamées tant pour la Syrie que pour la Colombie. Dans ce dernier pays, le conflit dure depuis plus de 50 ans. En Syrie, le conflit est tout récent et de nature fort différente. Je voudrais relever, sans m’y étendre, les comportements des divers acteurs, parties au conflit, dans ces négociations.

En Colombie, Les forces armées révolutionnaires et le gouvernement ont convenu d’une feuille de route et d’un encadrement pour amorcer et mener à bien ces  ces négociations. Les partis se rencontrent en territoire neutre, Norvège et Cuba, et sont assistés par des conseillers de pays de l’Amérique latine, le Chili pour les négociateurs colombiens et le Venezuela pour les négociateurs des FARC-EP.  Dès les premières rencontres les représentants des FARC-EP ont demandé au gouvernement un cesser le feu complet de part et d’autre pour la durée de ces négociations. Cette offre a été rejetée par le gouvernement qui a même promis d’accentuer sa lutte contre ces terroristes. N’empêche ce refus, la FARC-EP a décidé par la période des Fêtes de Noël et du Jour de l’An, un cessé de feu unilatéral.  Les revendications des révolutionnaires ne portent pas sur le départ du président Santos, mais sur les conditions de vie des paysans et des victimes du saccage des terres et de leurs villages. Ils réclament une nouvelle constitution du peuple pour le peuple à travers les institutions démocratiques existantes.  Cette négociation de paix occupe très peu de place dans les médias meanstream. La bonne volonté des négociateurs FARC-EP n’est jamais relevée, par plus que la nature de leurs revendications.  Le président Santos demande à ses collègues latino-américains de ne pas s’immiscer dans ce processus de paix qui doit trouver sa solution à l’interne.  

En Syrie, la situation est toute autre. Le conflit est apparu dans la foulée des révolutions arabes dont nous connaissons maintenant les principaux promoteurs et acteurs. Ce qui s’était passé en Libye devait surgir en Syrie. Bien que ces conflits aient eu des composantes internes au pays, les principaux acteurs étaient surtout de l’extérieur. Ce ne sont plus des luttes pour assurer plus de justice, de démocratie, de liberté, mais des luttes pour le pouvoir et les richesses.  Dans ces révolutions arabes, les principaux protagonistes sont les États-Unis avec l’OTAN, étroitement associés, en cela, avec les pays arabes qui partagent avec eux les mêmes objectifs. Ils apportent financement, armes, manipulation de l’opinion publique et tout ce qui va avec : mensonges, hypocrisies, tricheries, etc.  La Russie avec plus d’insistance et la Chine en appui ont favorisé le respect du droit international ainsi que celui de la Syrie dans ses prétentions de pays indépendants et souverain.  Les premières demandes de ces révolutionnaires ont été la démission immédiate du Président Al Assad et le cesser le feu unilatéral de la part du gouvernement.  Nous sommes évidemment dans un contexte bien différent de celui qui prévaut dans les négociations de paix entre le Gouvernement colombien et les FARC-EP. Dans le premier cas, ce sont des forces externes bien définies et des forces internes plutôt indéfinies regroupées dans une armée appelée « armée syrienne de libération » qui veulent tout décider, sans le peuple, tant du gouvernement en place que de la gouvernance à venir. Dans le second cas, celui de la Colombie, il s’agit d’un groupe révolutionnaire interne au pays, bien défini qui réclame une nouvelle constitution à l’image du peuple colombien et une démocratie qui en reflète les volontés. 

Le président Bachar al Assad a fait parvenir tout dernièrement une lettre au pape François. Question de nettoyer le paysage de l’information du brouillard dont il peut être enveloppé.  Je termine ce survol bien subjectif de ce qui m’a particulièrement marqué tout au long de cette année 2013. 

IL ne me reste plus qu’à vous souhaiter une Bonne et Heureuse Année 2014 avec un regard toujours plus critique sur les évènements qui viennent à nous au quotidien. 

Oscar Fortin Québec, le 31 décembre 2013  http://humanisme.blogspot.com   

L’information existe encore, mais pas chez nous

 

Voyez ceci.
C’est en español bien sûr, mais vous pouvez tout de même traduire les titres et voir les images.
C’est Telesur (télésour) ou TéléSud.

Telesur (Télésour), ce canal d’information continue d’Amérique latine dont le siège social est à Caracas au Venezuela. Et pour cause, c’est le regretté Hugo Rafael Chávez Frias qui en a été le principal instigateur.  En 2005, la chaine est née un jour symbolique, le jour anniversaire de Simón Bolívar, soit le 24 juillet. 

Hier sur la page d’accueil de Telesur, 80% de la Une était en relation avec les discours se déroulant au siège des Nations Unies à New York.  Les gens du Sud savent ce qui se passe et se dit à New York pendant cette semaine de grand rendez-vous des dirigeants des Pays souverains du monde entier.

Les gens du Sud entendent les déclarations fracassantes et sont conscients de cette lutte pour en arriver à un monde multipolaire.  Ils ont la chance de voir tous les côtés de la médaille.  Leur information est un contraste marqué à la nôtre.  Chez-nous on nous sert du cirque médiatique.
En voici un exemple.  Écoutez la converse que l’animateur Jean-Sébastien Bernatchez a avec le jeune journaliste Yanik Dumont-Baron.
On nous livre du scénario, de la mise en scène, du vrai théâtre.  Cette fois-ci, c’est la scène du théorique rapprochement entre l’Iran et les États-Unis.   Un jeu médiatique théâtral depuis l’élection d’un nouveau président iranien.  Un jeu servant à classer dans l’Histoire Ahmadinejad comme étant «LE» méchant et Rohani, le nouveau plus ouvert, plus conciliant, plus coopératif.  On nous joue de la fausse réalité pour tenter de mettre en place une ambiance soit pour sauver la face, soit pour préparer un prochain coup médiatique de dénigrement d’un dirigeant ou d’un Pays en particulier.   

Il faut bien écouter ce journaliste (sic) scénariste Dumont-Baron (et il n’est pas le seul, tout le bataillon médiatique nous a joués la scène et continue de nous la jouer) et voir la suite de la réalité.  En effet, «Une rencontre Rohani-Obama «pas à l’ordre du jour», «La rencontre entre Rohani et Obama n’aura pas lieu».

Ce n’est qu’un exemple.  Celui qui a cours présentement.  Ces saynètes sont constantes.  On nous offre toujours une déformation de la réalité.  On nous « l’adapte » afin de faire ressortir soit le leadership US ou la détermination (sic) du «grand bien» occidental ou encore la méchanceté folle des dirigeants de l’axe du mal ou des désignés dictateurs sanguinaires. 
Nous n’avons jamais une image «OBJECTIVE» de la situation. On nous sert du maquillage d’information et parfois même de grossiers mensonges ou d’odieuses diffamations.  Notre information (sic) est en fait, très généralement, une intoxication servant à nous faire percevoir une réalité déformée.  Ce qui nous entraîne à accepter des guerres dites «humanitaires», des assassinats de «méchants» (sic) dirigeants, etc. etc..

Prendre un peu de temps pour écouter les dirigeants du monde que l’on n’entend jamais est un exercice salutaire pour resituer la réalité réelle du monde (pléonasme volontaire).

Pour la survie de la démocratie et pour parvenir à se doter de gouvernements au service des Êtres Humains plutôt qu’au service d’un système économique dont seulement quelques privilégiés profitent, il faut remettre en fonction le quatrième pouvoir qui a été neutralisé (acheté).  Il faut démolir cette arme de manipulation massive que sont nos médias de masse.

Hugo Chávez était un homme brillant de la trempe du Général de Gaulle.  Il savait voir les choses, les situations et les rouages mettant en péril les principes démocratiques. La création de Telesur n’est pas anodine.  C’est grâce à cette arme de communication qu’il a pu sensibiliser et «INFORMER» sa population.  Il a su réveiller les gens et leur faire prendre conscience de la réalité qu’il subissait.  Nous devons trouver le moyen de parvenir à nous faire un Telenord pour nous informer de la réalité du monde et nous soustraire à cet endoctrinement quotidien que nous subissons.

Serge Charbonneau

Quand on perd la réalité !

 

La pression médiatique nous fait perdre la réalité.
Il y a des spécialistes qui nous font perdre la réalité.

La réalité est pourtant bien là.

Les États-Unis, la France, le Canada, le Royaume-Uni veulent faire la guerre à la Syrie.

La Syrie combat depuis plus de deux ans un terrorisme incroyable.
Nous avons vu des attentats à répétition dans la capitale Damas.
Des attentats bien plus meurtriers que celui de Boston.
L’attentat de Boston a ému le monde entier.
Les attentats de Damas pires que celui de Boston n’ont ému personne.
C’est une réalité.

Depuis la Libye, puis au Mali et en Syrie, nous avons vu des atrocités incroyables.   Des atrocités telles qu’on s’interdit de les décrire et pourtant ce sont des atrocités à mettre en première page des journaux, parce que c’est une réalité.

À Boston, on a fermé une grande ville, coupé sa circulation et mis 9000 hommes en armes dans les rues pour capturer un jeune homme de 19 ans blessé.
À Damas l’armée syrienne combat des terroristes fanatiques qui égorgent et décapitent.
C’est la réalité.
Comment réagiraient nos gouvernements si nous étions confrontés à de tels barbares ?

En Syrie on voit que le gouvernement a un fort appui de la populationDès le début nous pouvions voir des manifestations massives dénonçant les mensonges des médias occidentaux.
C’est une réalité:  des dizaines et même des centaines de manifestations importantes pour appuyer le gouvernement Assad.

Et la guerre…
On nous pousse vers la guerre.
On nous dit qu’Assad est un dictateur « sanguinaire » qui a gazé sa population.
On nous disait que Saddam avait des armes de destruction massive.
On nous disait que Kadhafi donnait du viagra à ses troupes et bombardait sa population pacifique avec des avions de chasse.
On nous disait que les soldats irakiens jetaient sur le plancher des nourrissons qu’ils sortaient de leur couveuse.
C’était des mensonges, La réalité c’est qu’on nous ment effrontément.

Lorsqu’on affirme qu’Assad a utilisé des armes chimiques, la réalité veut qu’on le prouve. 

Et si Assad était le monstre que l’on dit, comment peut-on penser l’attaquer sans penser que le monstre va gazer massivement si on le pointe avec des missiles et qu’il sent sa fin prochaine ?   La punition risquerait de couter la vie à des milliers de gens.  Pourquoi donc le monstre hésiterait-il à lancer son stock de gaz s’il se voyait sur le point d’être tué ?  
La réalité c’est que peu importe le scénario, une intervention militaire coutera des milliers de vies innocentes.  La réalité c’est que la guerre tue.  Même la guerre des bons, même la guerre dite «humanitaire» (sic).
Les bombes n’ont rien ni de «chirurgical», ni «d’humanitaire».

Les fous vont-ils faire leur guerre ?

Serge Charbonneau

Le cirque du mensonge

La guerre…
Le mensonge pour la guerre…

C’est fou l’énergie que certains odieux dirigeants déploient pour en arriver à déclencher une guerre !

Le terme «fou» est faible.  C’est renversant, hallucinant, incroyable!  Aucun terme ne parvient à être à la hauteur de la situation, à la hauteur de l’hypocrisie, à la hauteur de la cruauté et de l’inhumanité de ces dirigeants n’ayant aucune considération pour la vie et la détresse humaine.

Tous ces gens qui veulent la guerre devraient être mis en première ligne sur le front.  Ils verraient que la mort existe et qu’il ne s’agit pas d’un jeu vidéo. 

Et que dire de ces journalistes incapables de poser les bonnes questions !
Toujours à considérer que les menteurs disent vrai !
Ce sont des criminels qui nient les faits et cachent la réalité.

Ces ordures de journalistes qui ne demandent pas à voir les «PRÉSUMÉES» preuves attestant que le gouvernement Assad aurait employé des armes chimiques. 

Ces journalistes sont soient des criminels ou soient des imbéciles.
Nos journalistes sont-ils totalement dénués de la plus élémentaire des intelligences ? 
Ils régurgitent constamment que le gouvernement Assad a employé des armes chimiques sans qu’aucune preuve ait été donnée. 

Ces journalistes sont-ils tous trop jeunes pour se souvenir de la présentation des fausses preuves faites à l’ONU par le menteur Colin Powell ?

Il est à souhaiter qu’on nous joue un grand cirque pour éviter de perdre la face. Si ce n’est que pour sauver leur réputation, il n’y a aucun problème, nous pouvons tous jouer le jeu et faire semblant d’être déçus avec eux.

Mais ces gens peuvent être sérieux.  On les sait capables de tuer massivement.  Ils nous l’ont tristement démontré à plusieurs reprises.
Espérons que ces ignobles hypocrites ne soient pas assez fous pour déclencher l’irréparable. 

Il faut que les mensonges soient vertement dénoncés et il faut préserver les Syriens et Syriennes ainsi que le monde entier d’une guerre hors de prix et humainement désastreuse.

 
Serge Charbonneau

Sur le même thème:

Doit-on aller tuer Assad ?

Les bons veulent désespérément la guerre

LE DESSOUS DES CARTES EN SYRIE MEURTRIE

ÉCHEC À L’HYPOCRATIE ?

Ces criminels qui cachent la réalité (reprise nécessaire)

La réalité écrase la propagande – Une première

2013 : Les citoyens d’internet ont empêché la guerre.

Journalistes ou politiciens, qui sont les pires criminels ?

Occident : le désir du monopole de la violence

Journalistes ou politiciens, qui sont les pires criminels ?

  

Qui sont les pires criminels ?
Ces fous qui bombardent ou ceux qui véhiculent le mensonge cautionnant ces odieux bombardements ?

Criminels, ils le sont tous, mais qui sont les pires ?
Qui sont les pires criminels?

Dans quelle position se retrouveraient nos dirigeants criminels qui veulent la guerre si on démontrait leur hypocrisie et surtout leurs mensonges ?

Ils seraient dans une position insoutenable.  La population serait massivement dans les rues pour dénoncer leur massacre envisagé. 

Si le quatrième pouvoir servait la Paix plutôt que ces fous de la guerre, ces politiciens véreux et criminels seraient désarmés malgré leur armement.  On peut alors dire que les pires criminels sont ceux qui calment l’opinion publique et endorment les cerveaux.

Les pires criminels sont ceux qui nous cachent délibérément la réalité.
 

La réalité !

La réalité c’est qu’il n’y a absolument aucune preuve que le gouvernement de Bachar al-Assad ait utilisé des armes chimiques.

Il est évident que l’utilisation d’armes chimiques par le gouvernement syrien aurait entraîné cette attaque imminente contre son Pays. 

La réalité c’est que Bachar al-Assad et l’armée arabe syrienne défendent de leur mieux leurs concitoyens contre le terrorisme depuis près de trois ans.  Le gouvernement Assad défend sa population et son Pays exactement comme la défendraient tous nos gouvernements contre un tel terrorisme.

Nous pouvons tous, sans même avoir suivi le cours de stratégie 101, être conscients qu’une utilisation d’armes chimiques par le gouvernement syrien entrainerait un soulèvement international.  Nous savons tous que l’emploi d’armes chimiques était la signature de l’arrêt de mort du gouvernement syrien.  Bachar al-Assad et les stratèges syriens qui sont doués d’une intelligence au moins égal à la nôtre le savent tout autant que nous.  On peut aussi dire avec certitude que ces gens ne sont pas ni des fous ni des suicidaires.   Ils n’ont donc, de façon évidente, pas utilisé d’armes chimiques contre leur propre population.  Une population d’ailleurs qu’ils défendent courageusement contre des fanatiques terroristes.  Le terrorisme islamique est flagrant en Syrie et la lutte du gouvernement syrien pour le contrer est aussi une évidence qui crève les yeux.

Le mensonge est toujours utilisé pour justifier (sic) la guerre.

La réalité c’est qu’on se prépare à bombarder la Syrie en utilisant un autre odieux mensonge.  Cette fois-ci on soutient «sans l’ombre d’un doute» (comme pour le mensonge irakien ou le mensonge koweïtien) que le gouvernement Assad a utilisé des armes chimiques.  C’est, jusqu’à preuve irréfutable du contraire, un odieux mensonge. 

Nos journalistes criminels ne questionnent personne pour les pousser à démontrer clairement leurs fameuses preuves.  Ils formulent leurs nouvelles comme si la démonstration de cesdites preuves avait été faite.

Hier, la guerre a été retardée !  La réalité a été plus forte que la propagande.

Hier on pensait nous jouer le grand coup médiatique de l’éprouvette.  La grande scène n’a pas été jouée.  Hier matin on annonçait qu’on allait présenter « la preuve » (sic) que Bachar el-Assad était le responsable de ladite attaque chimique.  On disait avoir la preuve sur un enregistrement audio !  Une sorte de scénario à la Colin Powell à la veille du massacre irakien. Il nous avait montré théâtralement des preuves fictives.  On se souvient de l’éprouvette spectaculaire, mais on a oublié le fameux message audio (à 40 sec. du début) comme quoi, on ne renouvelle pas beaucoup les méthodes.

En 2003, tout ce cirque onusien et très médiatique n’était qu’un odieux tissu de mensonges.  Nous le savons tous maintenant et, bien sûr, les hypocrites le savaient tous en 2003 au moment même des présentations médiatisées.

La présentation du même type prévu hier n’a pas eu lieu.  On ne l’a sans doute que reportée.  Dans quelques jours, on va probablement nous servir ce genre de scène de la preuve.  On peaufine sans doute le scénario.  L’exhibition de la preuve (sic) se fait normalement dans une ambiance spectaculaire.  Ensuite le bataillon médiatique prend la relève et nous sert le mensonge sur un plateau de convictions. 

Nos journalistes criminels se garderont bien de demander des précisions.  Ils se garderont aussi de scruter trop à fond cesdites « preuves » (sic).  Cette bande audio arabe présentée comme preuve sera probablement de mauvaise qualité.  En plus, nous n’aurons qu’un court extrait et on nous dira que le reste est un secret d’État.

Aucun journaliste n’insistera pour obtenir l’enregistrement complet et aucune expertise journalistique sérieuse de l’enregistrement ne sera faite.  En plus, aucun journaliste ne soulignera que c’est un jeu d’enfant de falsifier des bandes audio.

Rien n’est plus facile que de créer de toutes pièces un enregistrement audio par montage, mixage et par clonage du timbre de la voix  (exemple de logiciels amateurs).

Pourquoi donc nos journalistes criminels mettront-ils ainsi l’épaule à la roue pour nous faire avaler cette simili-preuve ridicule ?  Mystère.

En réalité il n’y a aucune preuve.

Absolument aucune preuve n’existe concernant ces allégations calomniatrices contre ce gouvernement syrien qui lutte depuis près de trois ans contre de dangereux fous du «allah wakbar». Des fous dont nous avons tous vu les agissements.

Ces accusations mensongères d’utilisation de gaz ne servent qu’à justifier (sic) cette immonde invasion que l’on désire faire depuis que la destruction de la Libye a été complétée.   Une invasion meurtrière et sanglante qui coutera des milliers de vies.
L’OTAN se prépare à refaire couler comme en Libye, des rivières de sang
Du sang que nos criminels des médias nous cacheront.

Ces fous qui, pour tuer, déploient leurs bombes ainsi que ces criminels journalistes qui nous présentent la tuerie comme un jeu anodin, devraient être jugés pour crime contre l’humanité parce que la guerre est un crime contre l’humanité.

 
Serge Charbonneau

P.S.:  Cette chronique d’actualité qui parfois a des saveurs éditoriales, n’engage que l’auteur et ne représente nullement une quelconque ligne éditoriale des 7 du Québec.

Doit-on aller tuer Assad ?

 
Le titre est cru, mais il reflète l’émotion collective.   Émotion voulue par le bataillon médiatique qui a bien mis en valeur ces photos que nous avons tous vu défiler à la première page de plusieurs journaux.

Des enfants beaux et propres, inanimés, tous bien alignés.  On dit qu’ils ont été gazés par Assad. 
« Des dizaines de corps sans une goutte de sang gisent alignés sur le sol dans les hôpitaux de fortune des localités de la Ghouta orientale, dans la banlieue de la capitale. »
Le Devoir indique que la photo est de l’AFP.

La légende de la photo dans Libération dit:
« Des victimes de la présumée attaque au gaz, dans un hôpital de campagne de la Ghouta orientale. L’image a été rendue publique hier par le média rebelle Shaam News Network. (Photo AFP) ».

La photo a-t-elle été prise par les rebelles ou par AFP ?  Pourquoi tous notent que la source est AFP alors que l’image a été rendue publique par le média rebelle Shaam News Network ?
Il y a confusion sur la source.  Aussi personne ne peut non plus vérifier la véracité de cette photo.  Ces beaux enfants, bien propres et bien alignés, certaines fillettes exposées en tenue légère dans ce Pays musulman, ces beaux enfants qui nous émeuvent sont-ils gazés ou endormis ?

Vous vous souvenez de ceci ?
Ce qu’on a pu pleurer de rage !   Il s’agissait aussi d’enfants, des nourrissons !  Le récit était l’équivalent de la photo.  Nous voulions tous alors la guerre pour aller tuer ces ordures qui tuaient des bébés.  La guerre a eu lieu, nous n’avons jamais su vraiment combien de destruction de vie et de morts il y a eue. 

Cette jeune femme de 15 ans qui disait (à 25 secondes) être infirmière et avoir vu des monstres irakiens sortir les bébés des couveuses pour les laisser mourir sur le plancher froid n’a jamais été infirmière, elle jouait magnifiquement la comédie.

On oublie toujours beaucoup trop rapidement que la première victime de toutes les guerres c’est la Vérité. 
Pensons à ce grand mensonge des Armes de destruction massive qu’aurait eu Saddam !   Tout le monde le connaît le mensonge, mais étrangement on dirait qu’il est oublié ou que c’est l’histoire fictive d’un bon (sic) film US.

Oui, doit-on aller tuer Assad, sa femme et ses enfants ainsi que leurs amis et leurs partisans comme on a déjà fait dans un autre Pays il y a deux ans où si nous devons contrôler notre émotion trop facilement manipulable et rationaliser les faits pour tenter d’y voir la réalité ?

Assad qui recevait des inspecteurs de l’ONU à Damas dimanche en aurait profité pour gazer des enfants !   Pour faire la Une de cette presse qui fait la promotion de l’invasion de son Pays depuis deux ans !   Assad serait donc, en plus d’être un monstre, un imbécile, ou un méchant fou comme on en voit dans les bandes dessinées, une sorte de «Joker» qui sourit de toutes ses dents en gazant !

Il faut revenir sur terre.
Cette fabuleuse nouvelle des enfants gazés nous est racontée par Mme Hala Kodmani

Cette dame a été collaboratrice du délégué de la Ligue arabe à Paris.
Nous connaissons tous la croisade que fait depuis trois ans la ligue arabe contre le gouvernement Assad.  
De plus, Mme Kodmani, auteur de cet article fracassant et remuant est la sœur de  Bassma Kodmani, cofondatrice du Conseil national syrien (organe de l’opposition syrienne basé à Paris).
Hala Kodmani a fondé en mai 2011 et préside toujours l’association française Souria Houria (Syrie Liberté) qui milite pour le renversement du régime de Bachar el-Assad !

Doit-on accorder une totale crédibilité à cette « journaliste » de circonstance ?
Il serait peut-être préférable de bien analyser les faits et d’analyser l’impact pyramidal que peut avoir ce type d’information pouvant sérieusement être une pure désinformation, une pure propagande. 

Il ne faut jamais oublier tous ces mensonges qui nous ont tant émus et qui ont permis que l’on cautionne tant de massacres. 

 
Serge Charbonneau

P.S.:  Cette chronique d’actualité qui parfois a des saveurs éditoriales, n’engage que l’auteur et ne représente nullement une quelconque ligne éditoriale des 7 du Québec.

Jessica Lynch: le parti de ne pas mentir… sans trop en dire…

YSENGRIMUS   Il y a dix ans avait lieu le «sauvetage» de la soldate américaine Jessica Lynch en Irak. Va alors se mette en place un exercice très étrange –parfaitement inouï, en fait– de désamorçage de la machine-spectacle de propagande de guerre américaine. Et, comme toutes les démarches engageant une modestie authentique, le tout laissera finalement bien trop peu de traces utiles sur nos mémoires et sur notre pensée. Rappelons les faits.

Été 2000: Jessica Lynch, 17 ans, s’engage dans l’armée américaine. C’est une des nombreuses personnes de condition modeste que l’armée arrive à embringuer pour des raisons plus économiques que patriotiques. Aspirant à payer ses études universitaires et percevant l’entrée dans le service comme une sorte de gestus bureaucratique sans danger réel (c’était avant le onze septembre 2001), la jeune étudiante de secondaire originaire de Palestine (Virginie Occidentale) se «spécialise» dans le travail d’entretien. Elle sait abstraitement qu’une guerre est toujours possible mais ne croit pas vraiment qu’elle se retrouvera un jour au front.

23 mars 2003: Jessica Lynch est au front. Elle fait parti d’une équipe d’entretien rattachée au service d’une batterie texane de missiles Patriotes. Elle prend place, en compagnie de la petite équipe de la 507ième compagnie d’entretien, dans un long convoi de six cent (600) véhicules qui s’étale dans le désert, lors de l’avancée sur Bagdad au sein de l’opération Iraqi Freedom. Son segment du convoi prend un mauvais tournant et se retrouve sur la route menant à Nasiriyah. La bataille de Nasiriyah fait rage et les troupes américaines sont concentrées sur la prise de la ville. Le convoi dans lequel prenait place Jessica Lynch tombe dans une embuscade. Onze soldats sont tués et six sont fait prisonniers, dont Lynch. Le véhicule dans lequel elle prenait place a fait une embardée et la soldate est gravement blessée. Son arme s’étant en plus «enrayée», elle n’a tout simplement pas pris part aux combats.

Entre le 23 mars et le premier avril 2003: Jessica Lynch, gravement blessée aux jambes et à une hanche, est soigné par du personnel irakien à l’hôpital de Nasiriyah. Le témoignage ultérieur de la soldate est très explicite, ferme et limpide sur le fait qu’elle fut traitée avec humanité par un personnel soignant manquant de ressources mais faisant tout son possible pour la réconforter et réduire sa douleur. Le 30 mars, une tentative aurait même été faite de conduire Jessica Lynch en ambulance au camp d’occupation américain voisin mais il aurait fallu renoncer à mener cet effort à terme, les soldats américains ayant tiré sur l’ambulance irakienne. Un certain nombre de citoyens irakiens (le Pentagone les décrira ultérieurement comme des informateurs irakiens) font éventuellement savoir à l’occupant américain les détails de la localisation de la soldate Lynch et des cinq autres prisonniers. Il est clair qu’on cherche à régler cette affaire assez délicate sans y surajouter de complications supplémentaires.

Premier avril 2003: Dans une opération filmée, dont il est reconnu aujourd’hui qu’elle procédait plus de la mise en scène que de l’action réelle (certains observateurs affirment même que les flingues étaient chargés à blanc), des fusiliers marins, des membres du groupe tactique SEAL et des Rangers procèdent au «sauvetage» de Jessica Lynch. En un de ces implicites dont seules les armées en campagne ont le feutré secret, les militaires irakiens s’étaient repliés la veille, laissant le champ libre, dans l’hôpital de Nasiriyah et ses alentours, aux militaires américains. Dès le lendemain (2 avril), une bande vidéo du «sauvetage» est émise par les services de relation publique de la défense américaine. On y raconte notamment que la soldate Lynch a été blessée par balles. Cette affirmation sera plus tard infirmée par le personnel soignant de l’hôpital de Nasiriyah, par les soigneurs de Jessica Lynch et par Jessica Lynch elle-même. Elle ne souffre en fait que des séquelles d’un grave accident de voiture.

27 août 2003: Après plusieurs opérations chirurgicales et au milieu de la mise en place d’un long programme de réhabilitation physique, Jessica Lynch, âgée maintenant de vingt ans, est démobilisée. On la chamarre des décorations suivantes: l’étoile de bronze, le Purple Heart, la médaille des prisonniers de guerre, la médaille du service national, la médaille de la guerre contre le terrorisme et le ruban du service militaire. Le gouverneur de Virginie Occidentale lui alloue une bourse d’étude. Entre son «sauvetage» et sa démobilisation, l’histoire d’une héroïque combattante tirant du flingue sur l’ennemi et se battant sans peur a eu le temps d’être mise de l’avant par le Pentagone puis complètement éventée par les différents observateurs et par le public. Le Pentagone est donc forcé d’émettre des communiqués de presse niant ouvertement sa propagande initiale et adhérant à l’idée acceptée aujourd’hui d’un accident de voiture au cours de l’offensive et d’une soldate n’ayant absolument rien pu faire pour se défendre. Aussi, ultérieurement, Jessica Lynch n’avait plus vraiment besoin de s’échiner à éventer le mensonge propagandiste de son «héroïsme» car c’était déjà fait (et lui valait même déjà de recevoir un certain nombre de lettres haineuses, dans le flot débordant de la correspondance que lui avait valu sa mésaventure). Restait, par contre, le mythe de son «sauvetage»…

Automne 2003: Jessica Lynch commence à parler et à donner sa version des faits. Elle ne se gênera pas pour bien cogner sur le clou déjà enfoncé. Elle niera tout héroïsme, toute implication dans la moindre action de combat. Elle insistera sur le caractère humain et respectueux de son «incarcération» à l’hôpital de Nasiriyah. Elle parlera, toujours en termes très sobres et modestes, de ses compagnons et compagnes, morts au combat. Ses vues, discrètement critiques, s’exprimeront avec la même cohérence lors de sa collaboration à l’ouvrage racontant son histoire, paru fin 2003. To Jessi and the soldiers of the 507th, it was like trying to run in the rain without getting wet. Where were the happy, liberated people they were supposed to meet, those who would throw flowers, not grenades. Jessi had not bought that line completely, but she had hoped it was true. [Pour Jessi et pour les autres soldats et soldates du 507ième, ce fut comme tenter de courir sous la pluie sans se mouiller. Où donc était ce peuple heureux, ce peuple libéré, qu’ils étaient sensés rencontrer, ces gens qui devaient leur lancer des fleurs, pas des grenades. Jessi n’avait pas cru complètement à cette version des fait mais elle espérait quand même un peu que ce fut vrai.] (Rick Bragg, I am a soldier too – The Jessica Lynch Story, 2003, pp 71-72). Mais le plus loin où Jessica Lynch ira, en direction de la remise en question de la réalité effective de son «sauvetage», ce sera quand elle se demandera ouvertement pourquoi ils ont bien pu aller filmer toute cette affaire? Autrement, elle se cantonnera dans l’idée qu’elle n’est pas une héroïne, qu’elle est juste une survivante. Il est aussi important de noter, pour la bonne compréhension du tableau, que Jessica Lynch ne basculera pas dans le petit vedettariat de tabloïds. Elle restera discrète, presque secrète, et ne deviendra aucunement la Roxie Hart du conflit irakien. Certes, elle fera la première page du Time au moment des événements (il s’agissait de rétablir la vraie histoire… si tant est), mais ensuite, elle verra à pudiquement retourner à sa vie anonyme.

La VRAIE histoire de Jessica Lynch

La VRAIE histoire de Jessica Lynch

24 avril 2007: Quatre ans après les évènements, Jessica Lynch témoigne devant un comité statutaire du Congrès américain sur les négligences administratives et la réforme du gouvernement (United States House Committee on Oversight and Government Reform) et, une fois de plus, elle déplore fermement qu’on aie tenté de la faire passer pour la Rambo de Virginie Occidentale. Sa déposition se concentre cependant strictement sur le fait qu’on a menti en cherchant à faire d’elle une héroïne et qu’elle ne comprend pas ce qui a pu «les» motiver à fabriquer de la propagande fallacieuse à partir de son histoire sans gloire, en négligeant les vrais actes héroïques de nos glorieux soldats. Témoignage léché, soigneusement scripté. Art de la litote… Dire moins pour faire entendre plus. Dire: on a menti… on a menti… on a menti sur moi. Voilà, tsoin-tsoin, ouvertement je vous le dis: le Pentagone a indubitablement dit des fausseté au public me concernant… Et tout le monde au Congrès de tirer une tête catastrophée, et la galère de continuer de voguer…

Aujourd’hui: Comme le montre bien cet entretien accordé par Jessica Lynch à CNN en 2011 (en anglais), on continue d’avoir affaire au profil bas d’une blessée de guerre qui ne tire absolument aucune joie (patriotique ou autre) de sa traumatisante équipée. Aujourd’hui mère d’une petite fille et diplômée, Jessica Lynch redit mollement ses lignes désormais convenues. Elle n’a toujours pas ouvertement nié avoir été «sauvée» d’éventuels geôliers irakiens, par ses jeunes collègues de l’armée américaine, en ce fameux premier avril 2003. Discrète, presque sibylline, prudente, américaine aussi, elle a pris le parti de ne pas mentir sans trop en dire. Sauf que, une fois de plus, la preuve est faite et refaite que le grand ennemi de la société civile ment au public, qu’il y a effectivement une chose qu’il faut continuer d’appeler propagande de guerre. Jessica Lynch est officiellement la seule et unique prisonnière de guerre, depuis la Seconde Guerre Mondiale, à avoir été «sauvée» dans une opération s’étant déroulée avant la fin du conflit (d’habitude on libère les prisonniers de guerre après la conclusion effective des hostilités). Alors, bon, sur ce «sauvetage» d’il y a dix ans, dont on ne nous dit plus rien, conclueurs, concluez…

VIDÉO. Libye-Syrie : Dans les circonvolutions et la trituration du droit international

 

Kadhafi et AssadKadhafi et Assad

Pour se plonger dans les méandres de l’injustice internationale, après le cas libyen, en Afrique, celui Syrien, au Proche-Orient, montre très bien dans quelle direction certains veulent conduire le monde. De savoir que des juristes ne sont plus capables d’avoir leur mot à dire face à des faits sans précédent qui ont poussé au chaos, notamment en Libye, est la pire des choses qui pourra arriver au monde dorénavant, avec d’un autre côté des personnes qui n’auront pour seule « issue de secours » que le terrorisme. Est-ce le but, cette arrogance ?

Le droit international est écrit. Pourquoi les « grands » pays refusent-ils de l’appliquer et exigent que les petits pays le fassent ? Les « qui » rédigent ces lois ? C’est autant de questions qui se posent avec acuité et que personne ne tente d’éclaircir en mettant sur la table les contrevérités des puissances, en démêlant le bon grain de l’ivraie. Si les relations entre pays ne sont basés que sur des rapports de force, pourquoi certains chefs d’État acceptent d’être des caniches, au service des autres ?

Dans une société occidentale qui est en pleine perdition, entre les valeurs d’antan bafouées, la propagande et le mensonge comme ultime mode d’expression, comment est-il possible d’évoluer. En Syrie, le pragmatisme russe n’est pas celui décrit par la presse « mainstream » mais bien un recours aux valeurs morales et surtout au respect du droit international. Aller faire la guerre en Libye en se cachant derrière l’Organisation des Nations Unies, ce machin qui ne sert qu’à l’oppression des plus faibles. En Libye, sa résolution, la 1973, a été violée. Elle s’est transformée en « il faut tuer Kadhafi ». Et l’ONU a-t-elle condamné ? Non…

Avec la puissance médiatique d’un pays comme le Qatar, qui, avec sa chaîne de propagande Al Jazeera où, les journalistes restant (beaucoup démissionnent) sont des esclaves, il peut se permettre de demander aux autres de faire ce que lui-même ne commencera jamais, c’est à dire de mettre en place la démocratie. Alors, comment comprendre que des pays dits démocratiques puissent s’aligner avec Belzébuth alias Qatar ? Mammon, Mammon, et encore Mammon. C’est le règne de l’argent-roi et, les soi disant grands du monde ne résiste pas à la tentation.

Mais, où le bât blesse, au-delà même des mensonges sans vergogne proférés hier contre le frère Guide Mouammar Kadhafi, et aujourd’hui contre Bachar al-Assad, il y a une violation manifeste du droit international mais nul ne lève le petit doigt pour dire non ou stop. Les pays occidentaux se moquent du droit et le violent outrageusement lorsqu’ils demandent ouvertement le départ d’un dirigeant politique d’un autre pays. Pire, lorsqu’ils soutiennent ouvertement une rébellion, c’est le bouquet. Des juristes respectables devraient poursuivre ceux qui ont adoubé le CNT libyen et aujourd’hui la « rébellion » syrienne qui s’apparente simplement au terrorisme.

Ne l’avoir pas fait pour le cas libyen c’est faire preuve de faiblesse, de racisme et surtout de complice de génocide. Sur le cas syrien, on voit bien que l’organisation du génocide des chrétiens et des autres minorités religieuses est en marche. Avec le silence assourdissant des Occidentaux face aux exactions des terroristes sur les minorités pré-citées, il n’y plus de doute à avoir, à moins d’être autiste et porter des œillères. Ne pas soutenir Bachar al-Assad c’est soutenir le terrorisme international, antithèse du droit international…

————————————————– —————————————————————————————————–
Alep: Une prière pour la paix en Syrie a été dite dans l’église Marjuds d’al-Sulaimania.

1 janvier 2013 17:52

————————————————– ——————————————————————————————————
Damas (banlieue): 30 terroristes ont été tués à al-Buhdulia, après une offensive de l’armée arabe syrienne. D’autres, à Ziabia et al-Husseinia ont été tués après une opération spécifique.

1 janvier 2013 17:48

————————————————– ——————————————————————————————————-
Damas: Des obus de mortier ont (encore) été tirés sur le camp palestinien de al-Yarmouk, ce qui a provoqué la mort d’un homme, et blessés d’autres.

1 janvier 2013 15:59

————————————————– ——————————————————————————————————–
Damas: Une vaste opération de ratissage a été lancée par l’armée syrienne dans les localités de Douma, Zamalka, Erbin et Mdeira.

1 janvier 2013 15:48

————————————————– ——————————————————————————————————–
Alep: Un obus de mortier a été tiré sur al-Serian al-Qadeema, occasionnant des blessures sur 4 personnes.

1 janvier 2013 14:40

————————————————– ——————————————————————————————————–
Edlib: De nombreux terroristes ont été tués dans la périphérie d’Edlib, à al-Hamama, Darkoush et Ein al-Bardeh.

1 janvier 2013 14:19

————————————————– ——————————————————————————————————–
Edlib: L’armée arabe syrienne déjoue une nouvelle attaque armée contre l’aéroport militaire Taftanaz.

1 janvier 2013 14:18

Journal de Syrie 01.01.2013

Le déneigement sociétal prendra plus de temps que prévu

Le déneigement prendra plus de temps que prévu. Oui, on s’en doutait.  Lisez l’article en lien et qui explique tout.

http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201212/30/01-4607479-le-deneigement-prendra-plus-de-temps-que-prevu.php

Tout, sauf  pourquoi on ne prévoit jamais correctement. Tout prend toujours plus de temps que prévu. Pourquoi ?  Depuis le temps qu’il neige tous les ans, est-ce qu’on ne commence pas a savoir combien de temps il faut à N travailleurs avec A équipement pour enlever une quantité Q de neige des rues de Montreal ?  Bien sûr, il y a des imprévus, mais le biais est systématique et, avec ce qu’on connait désormais en meteorologie, on devrait pouvoir prévoir presque pile. Pourquoi on ne le fait pas ?

On ne le fait pas pour ne pas nous faire de la peine. On ne veut pas nous décourager… alors on dit 2  jours, puis 4 puis 6… On SAIT que la population ne veut pas la vérité, mais un encouragement.   Alors on laisse à ceux qui ne sont pas trop naïfs le soin de corriger eux-memes les petits mensonges… blancs.

Est-ce bien le role de l’État de nous mentir pour nous faire plaisir ?   De nous faire croire au Père Noël ? Ce n’est pas une question frivole, car nous avons aussi une société à « déneiger ». Il y a des amas  de mensonges qui encombrent notre société et on y circule de plus en plus mal.  On nous dit que la Commission Charbonneau ira au fond des choses, mais ne sentez-vous pas que ça « prendra plus de temps que prévu » ?  Comme s’il y avait un biais, systémique celui-ci, qui fera que finalement rien ne se fera ?

Le Parti Libéral du Québec va bienôt se choisir un chef… et vouloir nous faire croire que c’est NOUS qui l’avons choisi !  Peut-on imaginer un mensonge plus éhonté ?   Si on veut de la démocratie, qu’on demande a toute la population de nommer en ligne QUI elle voudrait au timon à Québec, Libéral ou non.

Que l’on garde les 10 plus populaires, qu’on fasse voter un premier tour entre eux pour garder les deux preferés, puis, après un débat télévisé, un deuxiéme tour qui déterminera le gagnant.   Efficace et gratuit.

Que les instances du PLQ entérinent ce choix.  Ne croyez-vous pas que le candidat ainsi choisi gagnerait les prochaines elections ? Et la démocratie aussi…

Pierre JC Allard

Dans notre rubrique « Ferme ta gueule ! », François Fillon

« François Fillon, candidat à la présidence de l’UMP, a estimé lundi que les Français devaient « travailler plus » afin de « sauver l’économie française », s’en prenant une nouvelle fois aux 35 heures, rapporte Challenges. (…) « Il n’y a aucune chance de s’en sortir en étant le pays au monde avec le temps de travail le plus faible », a-t-il ajouté, demandant une remise à plat des 35 heures. » Alors là, mon coco, tu vas y avoir droit : direct pour notre rubrique Ferme ta gueule ! Faisons une nouvelle fois oeuvre de pédagogie, en citant un article de 20 minutes de janvier 2010« Avec le débat très polémique autour des 35h, les travailleurs français sont souvent perçus comme ceux qui travaillent le moins. Mais ils sont pourtant loin d’être une exception en Europe, selon la dernière étude de l’Insee publiée mercredi. Depuis soixante ans, tous les pays développés ont connu une baisse moyenne de 25% de leur temps de travail, selon l’Institut, en raison notamment de la salarisation croissante de la population active, de gains de productivité et du développement du temps partiel. Avec 1 559 heures passées au bureau en 2007, la France se situe au niveau de la moyenne des principaux pays de l’UE étudiés par l’Insee (1 564 heures). « Il n’y a pas d’exception française du temps de travail, nous ne sommes pas du tout ceux qui travaillent le moins dans le monde », affirme Mathieu Plane, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques de Sciences-Po (OFCE).«  Mais décidément, cent fois la droite remettra-t-elle le même mensonge sur le tapis. La suite de l’article est savoureuse :  » (…) l’Allemagne, pourtant souvent citée comme un exemple de compétitivité économique, est en deuxième position, juste devant la France. En 2007, les Allemands ont travaillé 1 432 heures, soit 127 heures de moins que les Français. »

Pour la bonne bouche ajoutons que François Fillon, comme le révèle Le Lab Europe 1, fait campagne pour la présidence de l’UMP aux frais de l’Assemblée nationale, donc du contribuable. Exactement comme l’a fait Lou ravi de Nice, Christian Estrosi, au profit de l’association « Les amis de Nicolas Sarkozy ». Un Estrosi rallié à Fillon, justement. Comme son ancienne ennemie la poissonnière Morano. Ou l’insupportable Pécresse. Et du côté du terrifiant Copé, ce n’est évidemment pas mieux. Bon sang, mais qu’ils dégagent tous !

 

« Les amis de Sarkozy » volent l’argent public et multiplient par quatre leur assistance réelle

Trouvé sur Rue89 : « Nous sommes plus de 3 000, et je vois ceux qui ne cessent d’affluer de minute en minute », poursuit Christian Estrosi. Plus tard, il annoncera même qu’on « atteindra les 4 000 ». On regarde autour de nous. Petite estimation à vue de nez : une trentaine de rangs de chaises occupées, une centaine de personnes debout… On semble plus proche du millier de participants. » Rien de nouveau, l’ex président n’ayant eu de cesse de gonfler de façon grotesque l’assistance à ses meetings… Le mensonge est dans leurs gènes. Comme la malhonnêteté« 32 000 euros de timbres aux frais du contribuable ? L’Association des Amis de Nicolas Sarkozy, qui tient le 24 et 25 août à Nice son premier rassemblement autour de Christian Estrosi et Brice Hortefeux, n’a pas de fonds propres de l’aveu même de Hortefeux. Un handicap surmonté grâce à l’Assemblée nationale à en croire une enquête de Mediapart publiée fin juillet et peu relayée par la presse à l’exception de L’Humanité et du Lab d’Europe 1. De quoi s’agit-il ? Le 9 juillet 2012, Christian Estrosi envoie un courrier aux électeurs de la 5e circonscription des Alpes-Maritimes pour les remercier de l’avoir réélu député. Dans l’enveloppe que s’est procuré Mediapart, Estrosi y a également glissé un bulletin d’inscription pour recevoir des informations sur l’Association des Amis de Sarkozy et le cas échéant, recevoir un bulletin d’adhésion. Or, le pli a été affranchi aux frais de l’Assemblée nationale d’après les scans réalisés par Mediapart« .

Syrie – Le massacre de Homs: vérité et indignation suspecte des prédateurs


En choeur, comme un seul homme, sans aucune enquête ni retenue, feignant d’ignorer ce que dit le rapport impartial de la Liguee arabe, les fossoyeurs sont de sortie. En parcourant les médias “mainstream”, tous commencent leur daube avec:  ”La Russie et la Chine ont opposé leur véto, samedi 4 février, à un projet de résolution de l’ONU condamnant la répression en Syrie et demandant le départ du président syrien Bachar Al-Assad”

Avec la même malhonnêteté intellectuelle, Barack Obama le président américain a encore une fois demandé le départ de Bashar al-Assad. Au nom de quoi ? Des allégations mensongères de l’opposition syrienne tueuse ? En se basant sur du vide, de Washington à Londres en passant par Paris, c’est le même refrain. Les leçons de Libye ont servi de détonateur car, ce crime contre l’humanité en toute impunité a fait pousser des ailes aux prédateurs, convaincus qu’ils pouvaient faire du monde ce qu’ils voulaient. 

Échaudées par le perpétuel mensonge des Occidentaux et des pays du golfe, la Russie et la Chine ont dit NON. Quoi de plus logique et normal ? C’est aux Syriens de régler leur problème. Mais, quand la partialité guide la logique morbide de ceux qui veulent finir avec la Syrie, on se rend bien compte qu’un rapport de force est engagé. La puissance chinoise et celle des russes font que personne ne peut oser dire que la prochaine cible sera ces pays. Question d’armes de dissuasion. L’Iran a donc intérêt à s’en doter, pour que ces prédateurs se taisent et que l’équilibre mondial se fasse.  

Aux Etats-Unis, les indignés, aux mains nues, sont matraqués. Qu’en serait-il s’ils étaient armés ? Je vous laisse deviner. Pourquoi Bashar al-Assad ne devrait-il pas utiliser la force légitime pour raser la vermine ? Ces gens nous prennent pour des cons. Vous remarquerez qu’ils ne condamnent toujours pas les terroristes syriens.

Les “pro-démocrates” comme les surnomment les médias “mainstream” tuent, pillent, et se rendent comptent que rien n’y fait. Alors, tous leurs crimes voulus sont incriminés au régime. C’est leur seule issue: la violence. De mémoire d’homme, jamais, oh que jamais, un démocrate ne peut prendre d’assaut une ambassade. Ce que ces renégats ont fait à Tripoli, avec la complicité de leur pendants libyens du CNT prouve que ces gens ne sont pas des démocrates, mais des fossoyeurs de la démocratie…

L'Autre Monde 21 novembre 2011: Fukushima, Goldman Sachs s'empare de l'Europe et la guerre se prépare contre la Syrie et l'Iran


L’Autre Monde 14 novembre 2011: Fukushima & l’élite financière fracasse et prend contrôle de l’Europe

Pour écouter, ou pour télécharger, simplement cliquer sur le lien ici:


L’Autre Monde 21 novembre 2011
120 min / Radio de l’UQAM, CHOQ FM

 

 

 

Au programme cette semaine:

- Actualité mondiale – suivi de la situation avec l’Iran, Israël, la Syrie et le développement vers un conflit majeur

- Économie – Goldman Sachs prend contrôle de l’Europe avec le reste des banquiers privés internationaux.

- Fukushima et le nucléaire.

 C’est en rendez-vous le lundi dès 15h pour l’émission la plus écoutée de CHOQ FM, la radio officielle de l’Université du Québec à Montréal !

 

***Hyperliens vers les sources des informations discutées sur l’émission***

CHOQ.FM – François Marginean pour l’Autre Monde – 21 Novembre 2011 – L’intégrale

Retrouvez tous les liens sur le blog « Les Nouvelles Internationales » ici :
http://lesnouvellesinternationales.blogspot.com/2011/11/l…

L’Autre Monde du 21 Novembre 2011 découpé par sujets traités c’est ici :
http://www.youtube.com/playlist?list=PL842FCB5BABF7EDA3&a…

Télécharger l’émission intégrale du 21 Novembre 2011 pour une écoute audio au format mp3 ici :
http://archives.choq.fm/2011-11-21/128_129.mp3

Le blog de l’Autre Monde c’est ici :
http://lesnouvellesinternationales.blogspot.com/

François Marginean sur les 7 du Québec :
http://les7duquebec.wordpress.com/category/francois-margi…

François Marginean sur Centpapiers :
http://www.centpapiers.com/author/fran%C3%A7ois-marginean

Pour vous abonner en Podcast à l’Autre Monde, utilisez ce lien :
http://archives.choq.fm/xml/lautremonde.xml#

Pour vous abonner aux tweets de l’Autre Monde c’est ici :
http://twitter.com/choqlautremonde

La chaine principale Youtube de l’Autre Monde :

www.youtubeuserstef2892

La chaine de secours N°1 :

www.youtubeuserchoqlautremonde

La chaine de secours N°2

www.youtubeuserchoqfmlautremonde

 

L’Autre Monde 21 novembre 2011: Fukushima, Goldman Sachs s’empare de l’Europe et la guerre se prépare contre la Syrie et l’Iran


L’Autre Monde 14 novembre 2011: Fukushima & l’élite financière fracasse et prend contrôle de l’Europe

Pour écouter, ou pour télécharger, simplement cliquer sur le lien ici:


L’Autre Monde 21 novembre 2011
120 min / Radio de l’UQAM, CHOQ FM

 

 

 

Au programme cette semaine:

- Actualité mondiale – suivi de la situation avec l’Iran, Israël, la Syrie et le développement vers un conflit majeur

- Économie – Goldman Sachs prend contrôle de l’Europe avec le reste des banquiers privés internationaux.

- Fukushima et le nucléaire.

 C’est en rendez-vous le lundi dès 15h pour l’émission la plus écoutée de CHOQ FM, la radio officielle de l’Université du Québec à Montréal !

 

***Hyperliens vers les sources des informations discutées sur l’émission***

CHOQ.FM – François Marginean pour l’Autre Monde – 21 Novembre 2011 – L’intégrale

Retrouvez tous les liens sur le blog « Les Nouvelles Internationales » ici :
http://lesnouvellesinternationales.blogspot.com/2011/11/l…

L’Autre Monde du 21 Novembre 2011 découpé par sujets traités c’est ici :
http://www.youtube.com/playlist?list=PL842FCB5BABF7EDA3&a…

Télécharger l’émission intégrale du 21 Novembre 2011 pour une écoute audio au format mp3 ici :
http://archives.choq.fm/2011-11-21/128_129.mp3

Le blog de l’Autre Monde c’est ici :
http://lesnouvellesinternationales.blogspot.com/

François Marginean sur les 7 du Québec :
http://les7duquebec.wordpress.com/category/francois-margi…

François Marginean sur Centpapiers :
http://www.centpapiers.com/author/fran%C3%A7ois-marginean

Pour vous abonner en Podcast à l’Autre Monde, utilisez ce lien :
http://archives.choq.fm/xml/lautremonde.xml#

Pour vous abonner aux tweets de l’Autre Monde c’est ici :
http://twitter.com/choqlautremonde

La chaine principale Youtube de l’Autre Monde :

www.youtubeuserstef2892

La chaine de secours N°1 :

www.youtubeuserchoqlautremonde

La chaine de secours N°2

www.youtubeuserchoqfmlautremonde

 

Libye – Kadhafi, ce héros / Gaddafi, this hero !

 

Capture d’écran Arrai Tv

Mais dit, qui a décrété que le bien était du côté occidental et le mal côté africain ? L’Européen serait donc le peuple élu de Dieu ? En tant qu’Européen, moi, je ne le suis pas, je ne fais pas parti de ce peuple élu. La question est donc de savoir de quel Dieu s’agit-il. Sur quelle base a eu lieu ladite élection. Les « qui » ont voté. Le lieu de l’élection. Les électeurs ? Diantre.

Mais, en réalité, ceux qui font les lois dites universelles, une fois qu’ils sont coincés, ils renversent la table et font à leur tête. Mais, aujourd’hui, en Libye, les impondérables sont là. Certains diront la main de Dieu. Après avoir mené une guerre non conventionnelle, pratiqué la torture, le meurtre, commis des crimes de guerre et contre l’humanité accompagnés de rapine, l’Occident est dos au mur. Vous ne pouvez pas semer la haine et la terreur et penser que les populations vous recevront à bras ouvert.

Le CNT a beau proposer de l’argent aux chefs de tribus, rien ne sera plus comme avant. D’un autre côté, L’OTAN est prisonnière de ses promesses. Empêtrée dans une logique morbide et mortifère. Elle ne peut plus s’arrêter. « Le Mensonge peut courir un an, la vérité le rattrape en un jour », dit le sage Haoussa. Nous y sommes presque, en Libye. Après avoir fait peser le spectre du massacre par Kadhafi, le constat est inverse. Le peuple libyen est massacré par l’OTAN. Le CNT ne peut se maintenir au pouvoir que par la terreur…

Néanmoins, par obligation surtout, le mensonge cède peu à peu la place à la vérité. Mais, par habitude, le CNT et ses patrons de l’OTAN vont encore en créer de nouveau, convaincus que l’alchimie prendra toujours. Hélas, non. Le vrai-faux charnier d’Abou Salim n’a tenu que 2 jours. Oui, il est impossible de mentir tout le temps. L’accalmie de la nuit s’évanouit et les ténèbres deviennent des aliénés. Le jour, qui est encore offusqué derrière quelques arbres apparaîtra et les Libyens comprendront.

Les exactions cesseront un jour, celle contre les kadhafistes, les Libyens dans leur ensemble, ou les Africains de peau noire qui sont encore martyrisés à Tripoli (vidéo), dans les zones sous contrôle du CNT. La vidéo en dessous est très violente et triste de voir des Libyens « arabes » rire d’un mort. Quand on pense que certains pays d’Afrique noire ont reconnu ces renégats de Benghazi, il faut avouer que l’Afrique ne mérite pas les dirigeants qu’elle a. Il faut tous les virer.

Le discours, hier, du guide libyen, est bienvenu pour galvaniser ses troupes, les Libyens, les partisans de la vérité. Cette dernière triomphera, quelque soit le temps qu’il faudra, avec ou sans Mouammar Kadhafi, ce héros des temps moderne dont l’Afrique a tant besoin. OTAN/CNT, malgré vos magouilles, vous ne pourrez pas faire tomber Kadhafi. Il est dans le coeur des Libyens et votre enlisement est bien la preuve que vous avez encore menti. Il n’y a pas de révolution libyenne. Si c’était le cas, ça se saurait.

Merci Colonel !

Libye – OTAN, ces criminels en col blanc.(vidéos)

Jusqu’à quand les gens vont-ils rester silencieux face à la dialectique morbide et mortifère de l’OTAN sur sa « protection des civils » ? Elle nous rabâche ce mensonge depuis 7 mois en Libye alors qu’elle est entrain de perpétrer, sous nos yeux, un véritable génocide en Grande Jamahariya.  Quel cynisme, quel mensonge face à la souffrance ? De […]

Algérie: réponse aux mensonges et divagations du courtisan M. Mnebhi

TRIBUNE LIBRE DE DJERRAD AMAR Franchement, en lisant seulement le titre et les 5 premières lignes de l’article, j’ai deviné du coup sa provenance. Car il n’y a que le Maroc et ceux qui se font appeler « l’opposition algérienne à l’étranger » ainsi quelques critiques indépendants non structurés qui passent leur temps, à tort ou à […]

Libye – Le dernier mensonge de l’Otan.

 

Telle une mouche qui patauge dans la bouse, le sort est de plus en plus critique pour l’Otan en Libye. Elle est tellement enlisée dans sa guerre en Libye qu’elle ne sait plus quoi inventer. Elle a détruit Tripoli et ne sait plus quoi faire ou trouver des endroits à bombarder. Du coup, elle transforme sa guerre en ridicule en passant par un conflit non conventionnel. De mémoire d’homme, c’est bien la première fois qu’on entend un tel mensonge. Jamais auparavant, on a entendu dire qu’une télévision était une arme de destruction massive, mise en place pour tuer des populations civiles ou les terroriser. Graduellement, et toute honte bue, la guerre en Libye a eu plusieurs étapes.

Tout d’abord, les « grands » de ce monde, incapables de s’attaquer à la Corée du Nord, affirmaient, la main sur le coeur, qu’il est hors de question que cette guerre soit menée pour le départ de Mouammar Kadhafi. Trompés par les salmigondis des renégats de Benghazi ? pas du tout. C’était le but, et ils ont trompé tout le monde croyant que le guide libyen n’avait pas chez lui, un soutien populaire.

En réalité, s’il faut chercher ceux qui terrorisent les populations civiles en Libye, c’est bien l’Otan. Et pour cause. Voici déjà 6 mois que Tripoli est le théâtre des vrombissements incessants des avions français et britanniques. Les nuisances sont telles que, il est pratiquement impossible de dormir la nuit.  L’attaque de la télévision a causé la mort de 3 journalistes et blessé 15 autres. Sont-ils des militaires ? Or, les pauvres ne faisaient que leur travail de journalistes. Bien sûr, personne ne protestera en Occident ni en Afrique. L’impunité se poursuit, avec encore une fois, la violation flagrante de la résolution 1973 de l’ONU.

Le porte-parole de l’OTAN, le colonel Roland Lavoie, donne de la voix dans une voie sans issue, louvoie et se fourvoie. Petit exercice de litote pour faire un peu rire nos amis Libyens qui viennent de plus en plus faire un tour sur ce blog, depuis que j’ai eu les faveurs de leur télévision. Pour l’Otan, l’Occident donc, la liberté d’expression est à géométrie variable. Il faut faire taire l’ennemi. Le droit de s’exprimer ne doit que leur revenir. Drôle de conception de la démocratie qu’ils veulent instaurer en Libye. Voici ce que Laurent Lavoie a déclaré:

« Il y a quelques heures, l’OTAN a mené une frappe aérienne de précision qui a neutralisé trois émetteurs de la TV satellite d’Etat à Tripoli ». Comme le dit le savant Haoussa, « Le mensonge peut courir cent ans, mais la vérité le rattrape en un jour. » Une façon de vouloir couvrir leurs crimes et de poursuivre leur entreprise de mise à mort du peuple libyen sans image.

Libye – Le dernier mensonge de l’Otan.

 

Telle une mouche qui patauge dans la bouse, le sort est de plus en plus critique pour l’Otan en Libye. Elle est tellement enlisée dans sa guerre en Libye qu’elle ne sait plus quoi inventer. Elle a détruit Tripoli et ne sait plus quoi faire ou trouver des endroits à bombarder. Du coup, elle transforme sa guerre en ridicule en passant par un conflit non conventionnel. De mémoire d’homme, c’est bien la première fois qu’on entend un tel mensonge. Jamais auparavant, on a entendu dire qu’une télévision était une arme de destruction massive, mise en place pour tuer des populations civiles ou les terroriser. Graduellement, et toute honte bue, la guerre en Libye a eu plusieurs étapes.

Tout d’abord, les « grands » de ce monde, incapables de s’attaquer à la Corée du Nord, affirmaient, la main sur le coeur, qu’il est hors de question que cette guerre soit menée pour le départ de Mouammar Kadhafi. Trompés par les salmigondis des renégats de Benghazi ? pas du tout. C’était le but, et ils ont trompé tout le monde croyant que le guide libyen n’avait pas chez lui, un soutien populaire.

En réalité, s’il faut chercher ceux qui terrorisent les populations civiles en Libye, c’est bien l’Otan. Et pour cause. Voici déjà 6 mois que Tripoli est le théâtre des vrombissements incessants des avions français et britanniques. Les nuisances sont telles que, il est pratiquement impossible de dormir la nuit.  L’attaque de la télévision a causé la mort de 3 journalistes et blessé 15 autres. Sont-ils des militaires ? Or, les pauvres ne faisaient que leur travail de journalistes. Bien sûr, personne ne protestera en Occident ni en Afrique. L’impunité se poursuit, avec encore une fois, la violation flagrante de la résolution 1973 de l’ONU.

Le porte-parole de l’OTAN, le colonel Roland Lavoie, donne de la voix dans une voie sans issue, louvoie et se fourvoie. Petit exercice de litote pour faire un peu rire nos amis Libyens qui viennent de plus en plus faire un tour sur ce blog, depuis que j’ai eu les faveurs de leur télévision. Pour l’Otan, l’Occident donc, la liberté d’expression est à géométrie variable. Il faut faire taire l’ennemi. Le droit de s’exprimer ne doit que leur revenir. Drôle de conception de la démocratie qu’ils veulent instaurer en Libye. Voici ce que Laurent Lavoie a déclaré:

« Il y a quelques heures, l’OTAN a mené une frappe aérienne de précision qui a neutralisé trois émetteurs de la TV satellite d’Etat à Tripoli ». Comme le dit le savant Haoussa, « Le mensonge peut courir cent ans, mais la vérité le rattrape en un jour. » Une façon de vouloir couvrir leurs crimes et de poursuivre leur entreprise de mise à mort du peuple libyen sans image.

Fukushima – L’effroyable mensonge

Par François Marginean

Image Flickr par dr_mike

On s’attend normalement à lire en arrivant ici, mais aujourd’hui, j’aimerais vous proposer ce segment de mon émission de radio L’Autre Monde traitant de la situation du nucléaire à Fukushima et ailleurs dans le monde, incluant le dossier de notre centrale nucléaire Gentilly-2, ici au Québec, qui a reçu le feu vert (insensé) pour sa rénovation et remise en service. Cet exposé dure à peine plus d’une heure et est beaucoup plus économique en temps que d’écrire ou de lire un article qui contiendrait toutes les informations partagées dans ce tronçon de l’émission.

Les médias corporatifs et les gouvernements, sans oublier tous les acteurs de l’industrie nucléaire, nous mentent et ne nous tiennent pas informés de la réelle situation. Le cas de Fukushima est foudroyant en ce sens. La couverture médiatique et informationnelle est de loin pire que lors de l’accident de Tchernobyl.

Un exemple frappant, parmi de nombreux autres, est qu’il aura fallu attendre DEUX MOIS pour admettre et entendre de la bouche de Tepco, du gouvernement japonais et américain et des autres autorités officielles compétentes en la matière, que les coeurs des réacteurs des unités no.1,2 et 3 avait fusionné, fondu, chose qu’ils savaient depuis le début, quelques jours seulement après le tremblement de terre et le tsunami. En fait, les coeurs avaient déjà commencé à fusionner quelques heures après l’arrêt des systèmes de refroidissement le 11 mars 2011.

Comment peut-on faire confiance à ces gens? C’est la même situation à la grandeur de l’industrie de l’énergie nucléaire.

Oui, l’énergie nucléaire est sécuritaire. Jusqu’à temps qu’un accident se produise. Après, c’est hors de contrôle et on a affaire à des déchets qui sont dangereux et radioactifs pour des périodes allant de quelques secondes à des milliards d’années.

Dire que Nikola Tesla avait découvert et fait fonctionner une technologie permettant de créer de l’énergie à partir des neutrinos, « du vide ». Une énergie vraiment propre et infinie, produisant de l’électricité qu’il pouvait transmettre à travers les airs sans fil électrique il y a plus de 100 ans!

Évidemment que les grands cartels de l’énergie et de sa distribution n’étaient pas très heureux de cela. Tesla, qui est de loin un des plus importants génies que la Terre ait portés, était multimillionnaire il y a 100 ans, de par ses créations géniales. Mais JP Morgan et d’autres l’ont ruiné, retiré ses fonds de recherches, et il a terminé sa vie comme un pauvre, ignoré. Un coup décédé, toutes ses inventions les plus importantes concernant la production d’énergie libre ont été rapidement mis sous clé, soustrait à l’héritage de l’humanité qui aurait dû vivre avec l’énergie libre depuis 100 ans maintenant. Mais non, nous sommes toujours esclaves du charbon, du pétrole, du nucléaire et des réseaux de distribution par les barons, les cartels, l’oligarchie de l’industrie de l’énergie.

Je vous laisse donc à l’écoute de ce compte rendu de la situation du nucléaire en général et de Gentilly-2 en particulier. Attention – contient un langage qui pourrait froisser certaines oreilles sensibles.

Pour trouver la source des informations discutée sur l’Autre Monde c’est ici :
http://lesnouvellesinternationales.blogspot.com/

L’Autre Monde du 11 Juillet 2011 découpé par sujets traités c’est ici :
http://www.youtube.com/playlist?list=PL6F9C5503AC2352E7

Télécharger l’émission intégrale du 07 Juillet 2011 pour une écoute audio au format mp3 ici :
http://archives.choq.fm/2011-07-11/128_129.mp3

Pour vous abonner en Podcast à l’Autre Monde, utilisez ce lien :
http://archives.choq.fm/xml/lautremonde.xml#

Pour vous abonner aux tweets de l’Autre Monde c’est ici :
http://twitter.com/choqlautremonde

Libye – Otan: Chronique d’un mensonge élucidé.

 

J’ai été agréablement surpris, hier, en découvrant que la Panapresse (Agence de presse africaine) m’avait consacré un article. Je tiens à vous le faire partager ce dimanche. Il est donc parfois jouissif de voir son travail relayé voire reconnu par des tiers dont vous ne connaissez pas vraiment le nom. Du moins des personnes qui parlent de vous. Néanmoins, je connais l’Institution Panapresse. Bon dimanche. Allain Jules

Libye Raid OTAN – Les récentes bavures militaires de l’OTAN en Libye et les voix discordantes des membres de l’Alliance qui ont commencé à s’élever à propos de l’opération militaire en cours, viennent corroborer les mensonges véhiculés par le camp occidental sur cette guerre en Libye, affirme le chercheur Allain Jules. Dans un article publié par le «Nouvel Observateur» intitulé «L’implacable vérité sur le mensonge occidental», Allain Jules affirme que «le peuple occidental a fait le constat amer que la guerre contre la Libye de Mouammar Kadhafi lui a été vendue sur des plateaux de télévision avec maestria». Il rappelle les pronostics des experts qui «pensaient réellement que le conflit allait durer une semaine, voire deux», affirmant à l’égard du guide Kadhafi que «hélas, le donateur de l’Afrique et pourfendeur de l’Europe tient toujours bon».
Autre mensonge révélé par M. Jules concerne la nature des hommes qui conduisent «la révolution libyenne» qu’il a qualifié «d’hommes de l’Est libyen, de l’ancienne Cyrénaïque du roi Idriss Senoussi qui ont cru bon de prendre les armes pour déstabiliser un pays dont tous les indicateurs étaient au vert».

Il a également mentionné les conclusions d’une mission du Centre international de recherches et d’études sur le terrorisme et l’aide aux victimes du terrorisme (CIRET-AVT) soulignant que la «révolution libyenne n’est ni démocratique, ni spontanée. Il s’agit d’un soulèvement armé de la partie orientale du pays, dans un esprit de revanche et de dissidence qui tente de s’inscrire dans la dynamique du printemps arabe dont il ne relève cependant pas».

Selon M. Jules, la situation sur le terrain démontre une impasse totale «après trois mois de turpitudes et face à la résistance du régime Kadhafi qui a multiplié des appels à la paix et malgré les bombardements de l’OTAN, rien n’y fait. Tous les scénarii sont préparés, notamment celui d’un assassinat de Kadhafi et même d’une nouvelle violation de la résolution 1973 de l’ONU, avec un déploiement des troupes au sol ne peuvent masquer l’échec cuisant de cette guerre qui déssert chaque jour davantage les puissances occidentales».

Il a dénoncé l’exigence des pays occidentaux réclamant le départ du guide  Mouammar Kadhafi, affirmant que cette revendication «ne réside sur rien et est aussi une violation manifeste du droit international. Aucun peuple ou dirigeant du monde n’a de droit sur un président d’un quelconque pays».

Pour ce bloggeur, le pot-aux-roses a été découvert avec toutes les promesses faites «par les renégats de Benghazi à ceux qui font la révolution à leur place. Non seulement, une base israélienne sera installée à la frontière avec l’Algérie, mais le CNT a promis de reconnaître l’Etat d’Israël».

Sur le plan économique, M. Jules a affirmé que l’opposition à Benghazi  pour combler le tout octroiera des décennies de concessions pour l’exploitation du pétrole libyen et du gaz, remettant en cause la nationalisation de ces produits qui font de la Libye le pays d’Afrique qui a le Produit intérieur brut le plus élevé.

Panapresse le 24/06/2011

Pour la route, mon passage à Télésud


Délinquance des mineurs : Ciotti recycle le vieux mensonge de Sarkozy…

…et des journalistes d’une filiale de Nice Matin bidonnent un sujet de TF1 avec son attachée de presse jouant les mères désemparées.

« On constate aujourd’hui que 5% des mineurs délinquants qui récidivent, plusieurs fois souvent, commettent 50% des actes de délinquance », affirme Eric Ciotti (sur cette vidéo, au bout d’1mn 50) en octobre 2010. Pourquoi l’exhumer aujourd’hui ? C’est que nous l’avons entendu ces jours-ci à la volée réitérer cette déclaration et avons mené une petite recherche pour en connaître les termes exacts. Et c’est bien ce que nous pensions : il s’agit d’un gros mensonge. Lorsque Ciotti le prononçait en 2010, c’était pour justifier la mesure d’incarcérer leurs parents (qui sera finalement abandonnée). Aujourd’hui, il s’agit d’illustrer combien est nécessaire la nouvelle batterie de mesures répressives préconisées par le député des Alpes-Maritimes dans son rapport remis à Nicolas Sarkozy. Un mensonge, disions-nous, expliquons-le : Ciotti prétend que 50% des actes de délinquance sont commis par 5% de mineurs récidivistes. Ça nous rappelle quelque chose. Billet de décembre 2006, Insécurité : encore une manipulation de Sarkozy : « Pour justifier le principe de la peine plancher qui lui est si cher, le ministre de l’intérieur candidat assène le chiffre suivant : 50% des crimes seraient commis par des récidivistes. Il l’a dit sur France 2, durant l’émission A vous de juger, et répété lors de Ripostes, sur France 5. Or seuls 32% des crimes sont élucidés, et l’on ignore donc l’identité des auteurs de 68% des crimes ! Et il est évidemment plus facile de coincer un coupable lorsque celui-ci est récidiviste. Le chiffre sarkoziste de 50% de crimes commis par des récidivistes est donc une belle escroquerie intellectuelle, ainsi qu’une contre-vérité. N’insultons pas l’intelligence de l’agité de la place Beauvau en plaidant une erreur : il ne peut être que pleinement conscient de la fausseté de son affirmation. Ça s’appelle de la manipulation. » Comme c’est amusant. Quand Sarkozy affirmait que la moitié des crimes étaient le fait de récidivistes, c’était déjà bien n’importe quoi. Mais Ciotti dépasse son maître. La moitié des actes de délinquance en général sont le fait de 5% de mineurs récidivistes ? Et on le laisse proférer pareille ânerie ? Le Bulletin mensuel de mai publié par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales indique par exemple, pour les atteintes aux biens, un taux d’élucidation de 15,62%. Donc on ne sait pas qui a fait le coup dans 84,38% des cas, mais Ciotti, lui, le sait : ce sont 5% de mineurs récidivistes les coupables ! C’est tellement énorme que nous désespérons de constater que nos confrères, comme à l’époque du mensonge de Sarkozy, ne font pas leur travail le plus élémentaire en claquant le beignet à la tête de noeud niçoise.

Mais c’est bien connu, l’UMP ne recule devant aucune malhonnêteté – c’est même à ça qu’on la reconnaît, entre autres vilénies. Celle que nous allons narrer n’est vraiment pas mal, dans le genre. On se souvient des militantes du  parti présidentiel se faisant passer pour de banales mères de famille applaudissant Luc Chatel : « Les « ménagères » qui se trouvaient dans le rayon fournitures scolaires du supermarché avaient effectivement l’air très au courant du dossier « Essentiels de la rentrée » que le ministre de l’Education venait promouvoir, rapportait France Info en août 2009. Toutes semblaient par ailleurs enchantées de l’initiative, ont noté plusieurs journalistes. Certaines de ces mères de famille seraient même arrivées dans la même voiture avant le ministre. Et en seraient reparties de la même façon. Mieux : selon France 2, d’autres auraient « remis en rayon les fournitures scolaires ». L’une de ces consommatrices, Virginie Meyniel, est une élue de Vulaines-sur-Seine, une commune voisine… dirigée par l’UMP. Elle a expliqué à Célia Quilleret, reporter à France Info, qu’elle se trouvait là, à près de 50 kilomètres de chez elle, « par hasard ». Bien sûr, version officielle : Chatel n’était absolument pas au courant. Pas plus que ne l’est notre bon Eric Ciotti cette fois-ci : « Nicolas Sarkozy participait hier à une table ronde sur l’absentéisme scolaire dans les Yvelines, lit-on à nouveau sur France Info à la date du 24 juin. Le président vante alors le bilan de la loi « Ciotti », qui prévoit notamment la suppression des allocations familiales pour les parents d’élèves absentéistes. C’est une loi qui est à l’initiative d’Eric Ciotti, président UMP du conseil général des Alpes-Maritimes. Dans son département, cette mesure existe depuis deux ans. TF1 cherche donc à faire le bilan de cette disposition, et une équipe se rend à Nice et à Cannes à la rencontre du monde éducatif et des parents d’élèves. Le reportage est diffusé dans le journal de 13h, hier. Il débute par le témoignage d’une mère de famille qui demande de l’aide au conseil général : « j’ai un enfant qui ne va plus à l’école, il commence à sécher » dit cette jeune femme, qui témoigne à visage découvert mais sans que son nom soit cité. Sauf que cette femme, quelqu’un la reconnaît : Jacques Victor, conseiller général communiste des Alpes Maritimes affirme qu’elle est l’une des attachées de presse du conseil général. Et effectivement, Eric Ciotti le reconnaît très vite : il s’agit bien d’une de ses collaboratrices… et elle n’a pas d’enfants. Le président du conseil général affirme cependant qu’il n’était pas au courant. Il explique avoir découvert le reportage en direct au journal de 13h, avoir immédiatement appelé la jeune femme : « je l’ai réprimandé fortement, car cela m’a choqué. Elle m’a dit avoir voulu rendre service à l’équipe de tournage, sans y avoir un problème ». Suite à cette affaire, l’attachée de presse a présenté sa démission cet après-midi. » On aime le résumé de l’affaire par 20 minutes : «J’ai un enfant qui ne va plus à l’école, qui commence à sécher et je suis un peu inquiète.» Cette femme, qui se dit «désemparée» dans un sujet du 13 heures de TF1 n’a pas d’enfants. C’est l’attachée de presse d’Eric Ciotti, le député et président UMP du conseil général des Alpes-Maritimes qui a mis en place le «contrat de responsabilité parentale» dont le reportage est censé démontrer les résultats «apparemment positifs». C’était bien essayé. L’AFP précise que les journalistes ayant tourné le sujet de TF1 sont en réalité ceux d’une filiale de Nice Matin. Qui ne connaissaient certainement pas l’attachée de presse du président de leur Conseil général, nous dira-t-on peut-être.

Libye – Le droit de dire la vérité sur les mensonges de l’Otan

 

Muammar Gaddafi plays chess with Kirsan Ilyumzhinov, the president of the international chess federation, on state television yesterday

Kadhafi jouant aux échecs hier, en compagnie de Kirsan Ilioumjinov ( président de la Fédération Internationale des Echecs et ancien gouverneur)

Selon l’article 19 de la Constitution française, « tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. » Mais pourquoi veut-on empêcher la vérité de sortir par rapport à ce conflit libyen ? Figurez-vous que les fameux viols au Viagra de femmes libyennes ne sont pas le fait des soldats de Kadhafi mais des exactions des renégats de Benghazi.  Bien sûr, aucun média occidental ne fera état de cette barbarie. C’est une histoire que personne ne couvrira, de France en Belgique, en passant par les Etats-Unis ou l’Angleterre. Il faut par tous les moyens diaboliser le régime libyen. C’est assez étonnant aujourd’hui de voir la cocue Hillary Clinton demander instamment aux Gouvernements africains de désavouer tous les ambassadeurs libyens favorables à Kadhafi. Au nom de quoi ? Or, ces criminels de l’Otan n’ont voulu rien savoir, quand l’Union africaine (UA) a demandé un cessez le feu, pour régler ce conflit à l’africaine.

Les témoignages des réfugiés affluent mais, nos médias ne les diffusent pas. Allez savoir pourquoi. En effet, ce qui se passe dans les zones occupées par les rebelles libyens se passe de commentaires. Au début, ces criminels s’en prenaient aux noirs. Aujourd’hui, ils s’en prennent aux femmes. Maisons après maisons, ils interrogent leurs victimes. La ville de Misrata dont on dit qu’elle est bombardée par les forces loyalistes voit des soldats armés sortir des jeunes femmes de leurs lits avec leurs armes: « Êtes-vous pour nous ou pour Kadhafi ? » interrogent-ils ? Gare à celles qui sont neutres. C’est le viol garanti et la tête tranchée. Un régime de terreur où, les démocrates autoproclamés règnent par l’influence des armes.

C’est ainsi donc que les femmes, les filles, sont embarquées dans des camions, en directions de lieux tenus secrets, pour des séances de viols collectifs par les renégats de Benghazi. Mais, certaines sont violées devant leur famille. Quelle Libye veulent-ils diriger ? Pourquoi l’Otan permet ça ? Hier, les soldats de l’apocalypse ont envoyé leurs protégés attaquer la ville pétrolière de Bréga reprise par l’armée loyaliste. Échec et mat. Qui vous en dira un mot ? Personne. On verra bien comment ce pays pourra être pris depuis les airs.Une guerre ne se gagne pas dans les airs. On verra bien comment les renégats et criminels de Benghazi dirigeront un pays où, tout le monde est armé. Ces criminels de l’Otan ont plus tué de Libyens en 3 mois que Kadhafi en 40 ans.

Libyan women hold portraits of Colonel Gaddafi during a pro-regime protest in Tripoli yesterday

Défilé Pro-Kadhafi hier à Tripoli

Libye – Dans les méandres des vendeurs de mort de l’Otan

 

La jactance, le mensonge, l’hyper « puissance », l’hypocrisie et la mort sont les derniers avatars de ces gens en perdition qui, pour masquer leur incompétence et leur faiblesse réelle, ne peuvent que faire la guerre. La guerre sans au préalable une discussion, n’est que source du mal et le nouveau nazisme. Il faut imposer son point de vue, lui, unique et sans exclusive. L’ultime syncrétisme de ces ignobles personnages dit de la communauté internationale, retranchés derrière ce machin nommé l’ONU qui ne prône que la mort pour les faibles est, un sursaut d’orgueil car, la fin approche. La fin de cette imposture qui dure depuis des siècles. La fin du mensonge triomphant car, tout le monde sait aujourd’hui que, l’esclavage puis la colonisation ont été…humanitaire. Aujourd’hui, rebelote, en Libye, c’est aussi une guerre humanitaire avec des bombes au dessus des têtes de ceux qu’on veut sauver.

Mais faut-il encore vous faire un dessein ? Mais si, Kadhafi mange des petits enfants. Il boit le sang des femmes. Il casse les os des vieillards. Tiens, les propos qu’on lui prête, lui le menteur pourtant qu’on croit uniquement pour le piéger, c’est que ses « tanks allaient commettre un carnage à Benghazi ». Ce fou à lier le pensait vraiment dit Sarkozy. Ah, les messieurs « vérité » te le disent donc, c’est véridique. Le dieu Obama l’a dit aussi : « L’Otan a permis d’éviter un carnage à Benghazi ». C’est sûr, il dit vrai !

Que c’est mignon de voir des gens qui prônent la paix et la démocratie à coup de milliards de dollars, de canons et de bombes parce qu’ils aiment, que dis-je, adorent le peuple libyen ! Ce peuple qu’un petit groupuscule d’aliénés mentaux représente,  connus aussi comme voyous, bandits de grands chemins liés à Al-Qaïda, renégats, aussi, eux, de bons arabes que ces occidentaux aiment  tellement parce qu’ils ne se préoccupent pas de leur peuple, de ses richesses qu’ils sont prêts à brader, pourvu qu’ils soient au pouvoir. Ah, mais au juste, qui payera la facture colossale de la guerre ? Le pétrole et le gaz libyen évidemment. Belle contrepartie.

Libye – Dans les méandres des vendeurs de mort de l’Otan

 

La jactance, le mensonge, l’hyper « puissance », l’hypocrisie et la mort sont les derniers avatars de ces gens en perdition qui, pour masquer leur incompétence et leur faiblesse réelle, ne peuvent que faire la guerre. La guerre sans au préalable une discussion, n’est que source du mal et le nouveau nazisme. Il faut imposer son point de vue, lui, unique et sans exclusive. L’ultime syncrétisme de ces ignobles personnages dit de la communauté internationale, retranchés derrière ce machin nommé l’ONU qui ne prône que la mort pour les faibles est, un sursaut d’orgueil car, la fin approche. La fin de cette imposture qui dure depuis des siècles. La fin du mensonge triomphant car, tout le monde sait aujourd’hui que, l’esclavage puis la colonisation ont été…humanitaire. Aujourd’hui, rebelote, en Libye, c’est aussi une guerre humanitaire avec des bombes au dessus des têtes de ceux qu’on veut sauver.

Mais faut-il encore vous faire un dessein ? Mais si, Kadhafi mange des petits enfants. Il boit le sang des femmes. Il casse les os des vieillards. Tiens, les propos qu’on lui prête, lui le menteur pourtant qu’on croit uniquement pour le piéger, c’est que ses « tanks allaient commettre un carnage à Benghazi ». Ce fou à lier le pensait vraiment dit Sarkozy. Ah, les messieurs « vérité » te le disent donc, c’est véridique. Le dieu Obama l’a dit aussi : « L’Otan a permis d’éviter un carnage à Benghazi ». C’est sûr, il dit vrai !

Que c’est mignon de voir des gens qui prônent la paix et la démocratie à coup de milliards de dollars, de canons et de bombes parce qu’ils aiment, que dis-je, adorent le peuple libyen ! Ce peuple qu’un petit groupuscule d’aliénés mentaux représente,  connus aussi comme voyous, bandits de grands chemins liés à Al-Qaïda, renégats, aussi, eux, de bons arabes que ces occidentaux aiment  tellement parce qu’ils ne se préoccupent pas de leur peuple, de ses richesses qu’ils sont prêts à brader, pourvu qu’ils soient au pouvoir. Ah, mais au juste, qui payera la facture colossale de la guerre ? Le pétrole et le gaz libyen évidemment. Belle contrepartie.

Bernard-Henri Levy Botul – Une honte française

 

Botul / AFP

Ce n’est pas une surprise pour les différentes personnes qui s’insurgent de plus en plus de la main mise médiatique de Bernard-Henri Botul Levy sur les médias. La même dialectique morbide et mortifère, la défense des amis, même avec la plus grande mauvaise foi qui soit. Avant l’épisode Dominique Strauss-Kahn, on avait assisté à la défense sans vergogne de Roman Polanski.

BHL était sur le plateau de FOG, hier,  pour s’emporter inutilement. Il n’y a que la presse anglo-saxonne qui a pris la mesure de ce falsificateur, désinformateur et « intellectuel faussaire » comme le dirait Pascal Boniface le directeur de l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), dans sa nouvelle publication « Les intellectuels faussaires »,  ne fait que s’humilier. De BHL à Robert Badinter, le degré d’hypocrisie, de nausée, du ridicule et de mauvaise foi a atteint son paroxysme.

De voir ou écouter BHL aujourd’hui est à gerber. Pour lui, ceux qui parlent de DSK sont « Les justiciers du dimanche ». Il poursuit « J’aurais voulu qu’on oublie Strauss-Kahn un peu plus ». Il dénonce « Cette jouissance à vouloir le voir tomber » alors que c’est DSK qui est possédé par le sexe. Tout le monde le sait d’ailleurs. Dragueur….mon œil !  Et la pire des conclusions de DSK : « Aujourd’hui qu’il soit coupable ou non, DSK a déjà été puni ». Quel clown !



BHL revolté par le traitement des médias DSK… par peanutsie

France – Les immigrés rapportent plus qu’ils ne coûtent

Diantre !

Les nouvelles de France ne sont pas bonnes pour les faiseurs d’opinions de la peur, de la haine et de la désinformation. Leur propagandastaffel vient de prendre un sacré coup de poignard et, c’est l’UMP et le FN qui ne vont pas être contents. En effet, des parlementaires de tous bords ont rendu public mercredi dernier, à l’Assemblée nationale, un rapport d’audit de 332 pages mené pendant près d’un an sur la politique d’immigration de la France pour «éclairer l’approche des phénomènes migratoires».

Ce  qui sort de ce rapport mené de main de maître conjointement avec 35 chercheurs et experts, les parlementaires (députés, sénateurs et représentants français au Parlement européen) à l’origine de la démarche entendent bien «peser» sur le sujet ou «interpeller» leurs formations respectives rapporte l’AFP…

Ce qui est très interessant, au moment ou des petits soldats font des immigrés des assistés avec notamment l’affaire du RSA montée en boucle par Laurent Wauquiez le petit télégraphiste du FN,  c’est que ces derniers rapportent plus à la France plus qu’ils ne….coûtent.

Et si on ajoute le prix de la carte de séjour que certains payent sans être même régularisés, ce serait le bouquet. Et toc.

Stop au racisme !

Corse – nouveau cheval de bataille de BHL après la Libye

Il est vraiment incorrigible cet homme !

Après la Libye où il défend mordicus les brigands et/ou insurgés de Benghazi, ce petit groupuscule de scélérats et renégats contre le pouvoir en place, Bernard-Henri-Botul Levy s’en prend cette fois-ci aux Corses. A la minorité des Corses qu’il considère comme des gangsters. Mais, avec sa sempiternelle façon d’amalgamer, il propose que, pour un certain temps, le tourisme dans l’île soit boycottée.

Une logique morbide du grand homme comme à son habitude. Si encore ce sont ces gangsters qui possèdent les hôtels ou du moins le secteur touristique, ce serait peut-être compréhensible. En revanche, Le ministère du Tourisme avait publié un Mémento du tourisme en 2009 qui rassemble l’essentiel des statistiques du tourisme corse. On apprit alors que la taxe de séjour communale en Corse représente 2 549 592 € et est perçue directement par 40 communes seulement. A ces 40 communes, viennent s’ajouter 609 305€ pour 5 groupements de communes à fiscalité propre, composés de 43 communes en tout. Ainsi 3 158 977€ sont perçus au titre de la taxe de séjour pour un total de 83 communes sur les 360 que compte l’île.

Le tourisme est en quelque sorte, une mère nourricière pour l’île. Mais, pas seulement. Puisque le ministre des Affaires étrangères, ministre de la Défense et stratège de guerre  cumulant aujourd’hui la Place Beauvau en tant que ministre de l’Intérieur lance un appel au boycott d’une région française, il sera certainement écouté. Mais, dans ce futur imbroglio, ceci entraînera indubitablement la chute vertigineuse des transporteurs low cost et des compagnies de ferries, sans compter celui des propriétaires des villas en location. Ils vivent grâce à la Corse. De nombreux emplois seront aussi perdus…

La saison 2010, selon l’Agence de tourisme de la Corse (ATC) n’a pas été bonne (voir tableau en PDF). Si on ajoute les rodomontades ou bulles puantes de Bernard-Henri-Botul Levy, il faut craindre le pire. L’homme ne montre jamais le même entrain lorsqu’il s’agit d’Israël. Il est aussi étrangement silencieux sur la situation syrienne. Toujours dans l’excès, il croit avoir la science infuse. Une vraie plaie pour la France cet homme !

Côte d’Ivoire – Laurent Gbagbo l’ennemi des Ivoiriens.

TRIBUNE LIBRE DE PROSPÈRE YAO KONAN

Je suis meurtri, estomaqué et énervé, quand je vois ce que Laurent Koudou Gbagbo a fait de mon pays, de notre pays, de la belle Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, on sait peu à peu le mal que cet homme et ses affidés ont fait à notre pays, mon pays, la belle Côte d’Ivoire. On découvre, les yeux exorbités, le mal considérable qu’il a causé à mon pays, notre pays, la belle Côte d’Ivoire.

J’accuse Laurent Gbagbo d’avoir usurpé le pouvoir de mon pays, de notre pays, la belle Côte d’Ivoire qu’il a dirigé durant 10 ans. Son illégitimité a duré 5 ans, parce qu’il refusait d’organiser des élections. 10 ans au pouvoir, sans au moins construire une seule route, un seul hôpital, une seule école, une seule université. Rien. Au contraire même, il a préparé la guerre qu’il a perdu. Il a préparé les élections qu’il a aussi perdu…

J’accuse Laurent Gbagbo, d’avoir trompé tous les Ivoiriens, d’avoir envoûté ses proches par des pratiques mystiques alors qu’il se disait chrétien. Et que dire e cet homme qui, un jour à la télévision, affirma que ce ne sont pas seulement ses proches qui se sont enrichis sous sa présidence, mais les autres aussi. J’ouvris les yeux à ce moment-là. Aujourd’hui, ceux qui disaient haut et fort qu’ils mettent au défi quiconque fournira une preuve d’un compte à l’étranger, sont déshabillés ou déstabilisés car, la plupart ont été trompés par Laurent Gbagbo qui a placé plus de 55 millions d’euros en Suisse…en son nom et non de la Côte d’Ivoire. Quoi penser encore ?

J’accuse Laurent Gbagbo d’avoir corrompu avec des espèces sonnantes et trébuchantes, certains Africains dits intellectuels, pour la plupart des Camerounais: Calixthe Beyala, Gaston Kelman, Celestin Monga et Achille Mbembe. Ces derniers ont ridiculisé le Cameroun, faisant montre de la faillite de l’intellectualisme camerounais. Ils ont pris fait et cause, dans une guerre inter-ethnique et anti-coloniale par procuration en Cote d’Ivoire. Les mêmes sont aujourd’hui aux abonnés absents dans leur propre pays, où un homme, Paul Biya, est président depuis 30 ans, sans partage.

J’accuse Laurent Gbagbo d’avoir trompé la jeunesse. Ces soi disant « compatriotes » dans lesquels j’ai failli m’enrôler, heureusement que je m’étais rendu ici en France. Personne ne leur a montré le chemin, le vrai, celui de la connaissance. Au contraire, ils ont été élevés dans la haine de l’autre, la drogue, la propagande, pour quelques billets de…CFA dévalué. La seule vraie alternative qu’on leur a proposé, ce fut à la fin du règne de ce foi à lier de Gbagbo: intégration dans l’armée, pour combattre les « rebelles » , les « étrangers… Burkinabé ». Rien que ça, après des années à mille francs de récompense, à chaque manifestation. Quelle folie !

J’accuse enfin Laurent Gbagbo, d’être à l’origine de la situation qui a prévalu hier, et qui prévaut encore aujourd’hui dans mon pays, notre pays, la belle Côte d’Ivoire. Entre vol, gabegie, propagande mensongère, tuerie, escroquerie, trafic d’influence, cet homme, Laurent Gbagbo, c’est le vrai ennemi des Ivoiriens. Il n’a jamais aimé la Côte d’Ivoire et sa place est là où il faut, à Korhogo… Il finira comme il commencé, dans les égouts de l’histoire…

Que Dieu bénisse notre pays, la Côte d’Ivoire !

Libye – Chronique d’un échec annoncé des coalisés et des insurgés.

TRIBUNE LIBRE DE DJERRAD AMAR

Il y a une succession et concordance d’évènements qui doivent obéir à une funeste stratégie qui consiste à diviser, à susciter les conflits, à créer la haine et l’adversité entre les nations ciblées ! Après la Tunisie et l’Égypte voilà le Yémen et le Bahreïn suivis de la Libye et la Syrie. La particularité est que certaines révoltes populaires sont réelles, spontanées et légitimes par contre d’autres sont suscitées selon un agenda, une stratégie pour des objectifs hégémoniques ou colonialistes visant surtout des pays anti-impérialistes, anti-hégémoniques ou anti-sionistes ; à savoir la Libye et la Syrie. Le plus diabolisé, au point où cela frise l’aliénation, est bien Kadhafi. Il a été déployé pour lui une monstrueuse machine de propagande que mènent des chaînes occidentales et les chaînes des pétromonarchies du Golf; ces gadgets médiatiques au service de la CIA et du MI6.

Ce qui se déroule en Libye est maintenant clair et net. Il s’agit, après plus de 40 jours, d’agression et de bombardements –de la part d’une coalition d’ex pays colonialistes aidés par les États-Unis, le Qatar et les Émirats– qui détruisent les infrastructures de base, tuent les populations civiles de toutes les couches sociales, y compris des enfants et des bébés. La télé libyenne a comptabilisé 5120 vols de reconnaissance des avions de combat et 2006 frappes de missiles, au 3 mai 2011.

Depuis le début du conflit, les médias occidentaux et arabes du Golf n’ont jamais montré de foules de civils sans armes demandant le départ de Kadhafi ! Aucune chaîne n’a été capable de nous montrer la population manifester contre Kadhafi car toutes les manifestations, que censure ces chaînes, sont pro-Kadhafi. Un défi officiel a d’ailleurs été lancé à la ‘communauté internationale’ d’organiser un référendum à ce sujet sous l’égide de l’ONU. Refus ! Les slogans les plus utilisés sont «Dieu, Mouammar et la Libye, c’est tout !», «Le peuple veut Mouammar le colonel» ou «le peuple veut la vengeance du martyr». Les seules images de contestataires qui sont apparues dans ces chaînes montrent des bandes de rebelles flanqués d’armes légères et lourdes y compris des chars ou bien des images «trafiquées» de faits qui ne se sont pas déroulées émises en ‘boucle’ sous le sceau «urgent» ou bien enfin des débats maladroitement orientés que contredisent toujours des téléspectateurs échappant au contrôle ! On ne montre surtout pas ces assassinats (filmés), par dizaines, de personnes – que l’on soupçonne «pro-Kadhafi» ou «mercenaires»  à son service alors qu’ils sont soldats de l’armée régulière (1/3 des libyens sont noirs de peau) – par l’égorgement à l’épée puis pendus des pieds et brulés ou cette vidéo montrant un barbu arracher le cœur d’un supplicié pour le porter à la bouche ou encore ces viols de femmes et jeunes filles par les bandes de criminels que protège l’aviation de l’Otan. La propagande occidentale immorale ne montre pas ces images terribles et ces faits qui se sont déroulés principalement à Misrata.

Aucune des accusations imputées à Kadhafi en particulier celles des « bombardements de civils par son aviation » n’ont été vérifiées et aucune exactitude des faits par les observateurs et journalistes sur place à ce jour. Les résolutions 1970 et 1973 ont été adoptées dans la précipitation et illégalement, sur des rapports de médias, suppôts des pays agresseurs et ce, sans vérification comme l’exigent les textes de l’ONU. Ce qui les rend de fait caduques. Le but de la ’1973? – exigeant d’instaurer un « no fly zone » pour « protéger les civils » – était sournois, car c’était en fait pour venir en aide aux insurgés, sur le point d’être mis en déroute, par l’armée régulière libyenne. Franchement, en quoi les bombardements de Tripoli, des infrastructures de bases, des zones civiles, des casernes, des écoles, des hôpitaux, des habitations, répondent-ils à cette résolution que Kadhafi a appliquée dès son adoption? Des médias de Russie ont montré que plus de civils ont été tués par l’intervention occidentale que par les forces gouvernementales se battant contre les rebelles. Le journal russe ‘Komsomolskaïa Pravda’ a publié des rapports d’expatriés russes en Libye affirmant que l’aviation de Kadhafi n’a jamais bombardé de zones résidentielles: cela avait été fait par les bombardements français et britanniques, affirment-ils.

Même les plus éveillés et clairvoyants ont été pris dans ‘l’ambiance’ de cette formidable campagne planétaire de désinformation et de confusion, dirigée et planifiée, sur ce qui se déroule – au même moment- dans le monde arabe et musulman. Beaucoup ont épousé, dans le cas de la Libye, la cabale médiatique internationale pour «l’arrêt du massacre en Libye» par Kadhafi. Même l’Iran, le Hezbollah du Liban et le Hamas palestinien ont accompagné ce bal en ‘hurlant’ avec les loups. Se sont-ils fait piéger avec une telle facilité ?

Les expressions « brigades de Kadhafi » ou « mercenaires de Kadhafi » ne sont que propagande pour, d’une part, faire croire que le guide est « lâché » par son armée et, d’autre part, pour cacher l’engagement de mercenaires par la coalition. L’heure n’est plus sur ce débat. Il est même dépassé par le temps qui les a mis en évidence. Il est donc clair qu’il s’agit maintenant d’une guerre d’essence colonialiste pour instaurer un pouvoir lige, comme du temps du roi Idriss destitué par Kadhafi, que mènent principalement la France, l’Angleterre et l’Italie, aidés par les États-Unis. Ils ont été introduits sur les terres libyennes par un ramassis d’agents libyens de la CIA et du MI6, composés d’ex-ministres congédiés pour corruption, de quelques militaires renégats qui ont, pour certains, fait la révolution de 1969 avec Kadhafi, de groupes d’Al-Qaïda, d’ex prisonniers islamistes graciés, d’une ‘armée’ de prisonniers libérés de Benghazi et de jeunes désœuvrés ou d’abrutis pour en faire de la ‘chair à canon’; encadrés par des mercenaires occidentaux de la CIA, du SAS britannique, de la DST française et du Mossad que soutiennent financièrement et logistiquement deux «grandes démocraties monarchiques arabes» : le Qatar et les Émirats. Ces monarchies ‘éclairées’ du 21ème siècle qui soutiennent maintenant les «révolutions populaires» pour l’instauration de régimes démocratiques chez leurs «frères arabes». Nous avons même vu des adolescents et des enfants militarisés selon les images diffusées par d’autres chaines.

L’architecte, représentant la France, qui a fait sous-traiter «l’opération Libye», est ce milliardaire « humaniste», ce philosophe « communautariste », Français de corps, Israélien d’âme et sioniste de conviction, le pèlerin des causes sionistes Bernard-Henri Levy que certains libyens prononcent ‘Levny’. Il a piétiné le drapeau vert national libyen à Benghazi sous les cris de joie d’une foule hétéroclite – lançant des slogans anti-israéliens – sans savoir qui était réellement ce personnage. La mission de BHL en Libye fait suite à la mission accomplie… au Soudan.

Remarque : Nous avons tous constaté que depuis que l’occident a obtenu la division du Soudan, le procureur Ocampo, qui a fait de l’arrestation de Bachir une obsession, ne parle plus de son inculpation. Lui qui criait à qui voulait l’entendre « continuer à faire preuve de son caractère purement judiciaire, ainsi que de son indépendance totale… » alors que beaucoup d’analystes le considèrent au service des lobbies. Revoilà cet Ocampo se saisir du «dossier Libyen» – construit sur des rapports d’Al Jazeera traduit en anglais – imputant à Kadhafi les méfaits de la coalition, des renégats de Benghazi et sur des témoignages sélectionnés qu’il présente «crédibles». On comprend bien dès-lors que le «génocide du Darfour» était un mensonge, un leurre, une épée de Damoclès pour des objectifs stratégiques qu’avait relayé Bernard-Henri Lévy avec son «SOS Darfour». Revoilà également ce même BHL en mission en Libye pour les mêmes objectifs avec les mêmes mensonges.

Mais la coalition s’apercevant sans aucun doute d’une imminente défaite, puisque aucun des objectifs n’a été atteint jusque-là malgré plus de 40 jours de bombardements, elle réunit à Rome le «Groupe de contact», mis en place en mars à Londres, composé des pays agresseurs  pour décider de la « future Libye » par le renforcement des pressions sur Kadhafi, le financement du CNT en utilisant les avoirs du peuple Libyen. A Rome, Alain Juppé a déclaré que « La Russie, par exemple, est invitée des parties prenantes de la future Libye, c’est-à-dire le conseil, plusieurs tribus qui se sont dissociées de Kadhafi et ceux qui ont compris qu’il n’y avait plus d’avenir avec Kadhafi ». Mais la Russie et la Chine ont vite mit les choses au clair. Sergueï Lavrov réplique, que cette fonction de ‘contrôle’ n’étant pas été déléguée au ‘Groupe de contact sur la Libye’ «… le Conseil de sécurité est le seul à pouvoir contrôler leur application (…) Le Conseil de sécurité possède ce mandat en vertu de la Charte de l’Onu, et il ne l’a délégué ni au Groupe de contact (sur la Libye) ni à qui que ce soit ». Au même moment BHL retourne illégalement à Benghazi pour une autre mission consistant à jouer cette fois sur les structures tribales ; se «rappelant» leur importance sociale, leur pouvoir d’influence et leur légitimité.  Ce qui est juste, car les tribus restent à l’avant-garde, le fer de lance de la résistance face à l’adversité, la force déterminante dans les choix politiques. Dans cette deuxième visite – où il a posé devant aussi des avions de combat, des chars, des pièces d’artillerie, des maisons brulées ou détruites – il déclare que plusieurs tribus importantes ont rejoint la «révolution». Ce qui est totalement faux, car il s’agit d’une poignée d’infidèles inconnus qu’ils ont fait passer pour des représentants de tribus pensant faire adhérer d’autres. Il s’agit aussi d’une diversion et d’un autre mensonge, car rappelons que dès le début des frappes de l’Otan, les principaux chefs de tribus et personnalités charismatiques, qui représentent l’écrasante majorité du peuple Libyen, se sont réunis avec leur Guide pour le soutenir et lui renouveler leur foi à la révolution de 1969. Kadhafi a reçu aussi des centaines de représentants de jeunes des principales villes et tribus, par vague, sur presque une semaine.

Mais la réponse la plus cinglante et déterminante est cette formidable mobilisation des Cheikhs, chefs de tribus et personnalités influentes de plus 2000 tribus qui viennent de se réunir – ce 5 mai – à Tripoli durant 2 jours dans le cadre de la « Conférence nationale des tribus libyennes » sous les thèmes « Unité de la Libye », « Non à l’écoulement du sang », « Non à la fitna (division) », « Condamnation de l’ingérence et de l’intervention étrangère », « Foi à la révolution de 1969 ». Au terme de cette conférence une série de décisions, recommandations, propositions ont été prises en particulier : arrêt de l’effusion de sang, dépôt des armes des insurgés, amnistie, condamnation des ingérences et bombardements de la coalition, condamnation des attitudes de certains États Arabes, condamnation des fatwa irresponsables, poursuite judiciaire des États et personnes  impliqués dans le drame Libyen devant les instances internationales, déblocage immédiat des avoirs du peuple libyen, renouvellement du soutien à Kadhafi, foi aux institution en place, avenir de la Libye qui « appartient aux libyens exclusivement » et bien d’autres dispositions. Signalons la remarquable intervention de l’invité algérien (membre du FLN) qui a été particulièrement appréciée. Que peuvent bien opposer à ces 2000 congressistes cette poignée de colonialistes de l’Otan,  ce ‘cheikh’ BHL et ses 10 ou 20 félons, ces opportunistes alliés des forces du mal que sont le Qatar et les Émirats, 2 minuscules monarchies riches sous protectorat Américain. Que peuvent-ils opposer, avec leur «Conseil de Transition» (que les libyens dénomment de ‘Traitrise’) aux imposantes manifestations quotidiennes de soutien à Kadhafi y compris à Benghazi dont la population, meurtries, reste prise en otage par les groupes criminels dits «révolutionnaires» de l’OTAN ? La réprimer par les armes comme cela a été fait, par deux fois, il y a quelques jours alors qu’elle réclamait ses droits ? C’est-à-dire les salaires, entre autres, que les responsables de Tripoli affirment, avec preuves à l’appui, avoir versé pour une période de 6 mois au trésor de Benghazi. Où est donc passé cet argent qui devait permettre aux benghazis de vivre décemment au lieu de les faire dépendre, de façon humiliante, de l’aide extérieure alors que leur pays a toujours été fournisseur d’aide aux pays dans le besoin. Même la grande caravane dépêchée par les associations  de Tripoli sur Benghazi, transportant les vivres, a été  accueillies par les armes et « retournée à l’envoyeur ». Des morts et des blessés ont été enregistrés. Quels autres mensonges encore sont programmés au sein de l’OTAN par Sarkozy et BHL ces deux myrmidons qui veulent paraitre ce qu’ils ne pourront jamais être ? Grands dommages qu’ils utilisent les principes de l’authentique France de De Gaulle, pour servir d’autres intérêts que ceux de la France !

En fait, il ne leur reste que le débarquement dont-ils savent parfaitement qu’il sera couteux, suicidaire et inutile, car il y a un principe, chez les musulmans, qui oblige l’union sacré contre tout ennemi extérieur quel que soit les divergences intérieures du moment. C’est d’ailleurs la grave faute impardonnable, considérée ‘hérésie’, qu’ont commis les «révolutionnaires» en faisant appel à l’intervention de forces étrangères pour les aider à prendre le pouvoir par la force en échange du partage des richesses du pays. Ils savent aussi que dans le cas d’une intervention terrestre – que les libyens souhaitent tout en sachant, qu’elle n’est rabâchée que dans un but subversif – un million de libyens sont déclarés mobilisables et près au combat (on les voit déjà circuler en arme dans les villes ou lors des manifestations). Un analyste/commentateur a soutenu que ce qui se déroule, à ce jour, n’est qu’une infime partie des capacités de la Libye. La stratégie, semble-t-il est de mettre à nu d’abord les visées des «insurgés» et de l’OTAN devant l’opinion nationale et internationale. Ce qui suppose que les vraies choses décisives n’ont pas encore commencé.

Une autre question. Pourquoi cette coalition s’emploie-t-elle à faire taire la télé libyenne ? (brouillage des communications voire atteinte partielle d’un de ces bâtiments lors d’un bombardement de la ville de Tripoli). Actuellement, 3 chaînes sur les 7 ont des difficultés de diffusion. Sûrement parce qu’elle a réussi, avec ses modestes moyens, à démonter jour après jour le complot, le mensonge à grande échelle et surtout à faire découvrir la nature véritable de BHL et ses liens avec Israël et le sionisme ou la mise à nu de chacun des membres du CNT «collabo», de l’ex ambassadeur à l’ONU, de ces «opposants» qui apparaissent selon un rôle sur Aljazeera, Alarabia, Alhurra, BBC et France 24 ! Avec des preuves par l’image et documents authentiques ces personnes apparaissent comme de vulgaires renégats, de méprisants traitres aimant le pouvoir, l’argent et amateurs de la bonne chair. Un des ex opposants qui a vécu avec eux durant 20 ans aux États-Unis – qu’il a quitté à cause, dit-il, de leur fourberie, de leurs liens avec la NED/CIA et le MI6 ainsi que leur changement de nationalité – ne cesse d’expliquer avec détail leurs frasques et leur félonie par l’image et documents à l’appui ! Les plus visées et fustigés sont Abdeljalil, Bouchena, Hafter, Younes, Tarhouni, Chemam, Chelgham et Dogha. Pour les libyens, ces lugubres personnages qui ne représentent qu’eux-mêmes et qui ont «vendu» leur pays et leur honneur pour le pouvoir et l’argent à des forces extérieures n’obtiendront finalement rien et ce, en plus du mépris que  leur « employeur » leur réservera pour leur traitrise à leur pays.

Nous avons constaté que l’assassinat du plus jeune fils (étudiant) de Kadhafi ainsi que 3 de ses petits-fils a renforcé de façon impressionnante les liens de solidarité entre les libyens et avec leur Guide ; à voir l’impressionnant cortège accompagnant les dépouilles, les dizaines de groupes de jeunes des villes et des tribus qui ont annoncé leur engagement aux combats, l’apparition de groupes qui ont juré leur revanche sur les responsables (et leur famille) de la tragédie libyenne. Certains voient dans cette sorte de menace une pratique sordide moyenâgeuse. Certes,  mais quels moyens légaux laissent-on pour se protéger quand les lois et règles internationales sont bafouées par ceux-là même qui les ont érigés, c’est-à-dire les pays riches et puissants souvent ex-colonisateurs. Quand les instances de l’ONU, ONG et autres unions sont détournées pour les rendre auxiliaires et faire valoir des lobbyings associatifs imposants leur politique, leurs objectifs, leur idéologie par la force souvent. Quand ces ‘instances’ sont devenue des attrape-nigauds pour les pays surtout africains ! Quand l’agresseur n’a pas de morale ou de règle, pourquoi faut-il les exiger des victimes. L’agresseur s’encourage toujours des règles qu’il n’applique pas dans l’impunité. Ce qui est sûr, c’est qu’il est moins tenté d’attaquer ou de menacer s’il sent que la victime potentielle peut lui infliger les mêmes dommages en usant des mêmes méthodes avec moins de moyens.

La coalition, dans cette aventure contre la Libye, se trouve dans le désarroi. Elle ne sait plus si elle doit s’impliquer encore plus ou si elle doit se retirer. Dans le premier elle n’arrive pas à compromettre d’autres pays alors que dans le second cas, ce sera un signe d’échec humiliant et politiquement suicidaire. Les frappes ne donnent rien de significatif ; plutôt plus de haine et de détermination en plus des condamnations et leurs ‘insurgés’ reculent. Pour l’anecdote, un haut gradé Anglais a reproché aux forces libyennes d’adopter une tactique qu’il juge «immorale» car l’aviation de la coalition n’arrive pas à les atteindre. Il aurait préféré, l’idiot, que les combattants s’exposent mieux aux frappes. Comme ils ont éliminé la colonne des insurgés « par erreur » alors qu’ils étaient informés de sa position. Quelle déchéance !

On sort maintenant des ‘cartes’ aléatoires trouvées ou proposées qui sont celles des «tribus» qu’ils n’arriveront jamais à pénétrer ou bien l’armement des insurgés dont-ils devinent la mauvaise foi ou l’utilisation à d’autres fins. Une situation que résume une maxime maghrébine ainsi : « D’un côté c’est très chaud et de l’autre c’est brûlant ». Réitérons cette pertinente analyse d’Adrien Jaulmes …  « Là où il y a quinze jours tout le monde se joignait à une révolte qui semblait devoir renverser Kadhafi, on se met à réfléchir et à penser à la suite. Et les mêmes mécanismes collectifs qui ont donné son élan à la rébellion ont commencé ces derniers jours à jouer en sens inverse. » C’est donc l’impasse totale qui présage l’échec.

L’objectif était immoral, la stratégie était construite sur du mensonge, l’ONU a légiféré sur du faux, la résolution 1973 a été détournée, les civils à « protéger » ont été tués, alors l’échec ne peut donc qu’être inexorable !
______

Pour aller plus loin, voir aussi :

>>> Le complot et la grande manipulation

>>> Les événements de Libye: La revanche et le complot !

>>> Libye : Le complot, l’agression et l’engrenage.


Bin Laden mort ? Bien sûr, ça fait 10 ans qu’on le sait !

Ils nous prennent vraiment pour des imbéciles!

Ça fait presque 10 ans que l’on sait que Ossama Bin Laden est mort. Les derniers articles que j’avais écrit à ce sujet datent de 2007 et 2008:

Ossama Bin Laden est mort depuis plusieurs années — Merci Benazir Bhutto

(28 décembre 2007)
Et ce dernier que je vous présente de nouveau ici:
Mission impossible: attraper le défunt Bin Laden

(18 novembre 2008)

Zbigniew Brzezinski et Tim Osman (Ossama Bin Laden)

Pour ce faire, vous aurez surement besoin d’une pelle! On serait en mesure de croire qui si Ossama Bin Laden était mort, nous en aurions entendu parler depuis le temps. Mais ceci est présumer qu’il n’existe aucun avantage pour l’establishment d’avoir un ennemi juré qui menace de tout faire sauter à n’importe quelle minute. La justification de courir après les méchants terroristes permet d’étendre l’empire qui a besoin de contrôler les ressources naturelles pour assurer sa survie et son hégémonie. Ceci est bien illustré dans le roman 1984 de George Orwell par le personnage de Emmanuel Goldstein et dans les films hollywoodiens où on assiste toujours au même scénario des bons occidentaux (souvent Américains!) qui vont mener des guerres à l’étranger pour défaire les vilaines crapules.

Il est pratique pour l’élite d’unir le peuple dans la peur d’un ennemi commun qui est insaisissable, mais toujours menaçant. C’est le racket typique de protection du crime organisé: si vous refusez de payer l’argent pour assurer votre “protection”, vous aurez la fâcheuse tendance à passer au feu… Les gouvernements ne sont certainement pas étrangers à cette façon de procéder. C’est la formule Problème-Réaction-Solution. On crée un problème auquel le public va réagir, après quoi on offre une solution déjà préparée qui fera avancer notre agenda qui n’aurait pas eu autrement l’appui populaire comme c’est souvent le cas lorsque les gouvernements veulent partir une guerre, couper dans nos droits et libertés et consolider leur pouvoir sur nos vies. C’est la stratégie de la tension. C’est vieux comme le monde. Un exemple frappant est l’Opération Gladio.

Ceci étant dit, retournons à ce que je disais plus haut: si Bin Laden était mort, nous en aurions entendu parler. Mais encore là, c’est présumer que les médias nous rapportent que la vérité, qu’ils soient impartiaux et indépendants. Malheureusement, ce n’est pas le cas. De plus, il est certain que nous avons été bien mal informé quant à l’identité et l’histoire réelle de Bin Laden, qui ironiquement fut au point de départ recruté par la CIA pour combattre les Soviétiques durant la guerre soviéto-afghane. Tim Osman était apparemment le nom qu’il lui était donné par la CIA. Al Qaïda est un Frankenstein crée par la CIA. Zbigniew Brzezinski, le mentor de Barack Obama, s’en est vanté. Il fut d’ailleurs visité par la CIA alors qu’il se trouvait dans un hôpital à Dubaï deux mois avant les attaques du 11 septembre 2001. C’est que notre terroriste favori, qui n’est pas recherché en relation pour les événements du 9/11 (voir ici aussi), souffrait de problèmes rénaux en phase terminale, affecté possiblement de l’hépatite C et/ou de typhoïde.

Il demeure que si on se donne la peine de faire quelques recherches soi-même, on peut trouver plusieurs traces dans les médias traditionnels et alternatifs concernant la mort de Bin Laden.

Voici les plus importantes:

- La dernière fois qu’une transmission de Ossama Bin Laden fut détectée remonte au 14 décembre 2001. (voir aussi cet article)

- Le président George W. Bush et l’ancien Secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, ont laissé entendre à la fin décembre 2001 qu’ils savaient qu’Ossama était mort, même son de cloche par les analystes des services du renseignement.

- L’ancien président pakistanais Pervez Musharraf a annoncé en janvier 2002 que Bin Laden est probablement mort de défaillance des reins.

- Le président de l’Afghanistan, Hamid Karzaï, déclara en octobre 2002 “Le plus qu’on n’entend pas parler de lui, et plus le temps passe, plus il y a la possibilité qu’il est soit mort ou sérieusement blessé quelque part.

- En juillet 2002, le chef de la division du contre-terrorisme du FBI déclarait que Bin Laden était “probablement” mort.

- Les services secrets de la France et de l’Arabie Saoudite déclarent qu’il est mort.

- Jetez un coup d’oeil sur ces articles publiés dansé: le New York Times; CNN; UK Telegraph; Washington Post;

- Des informations à propos de son testament furent diffusées sur CNN ainsi que d’autres par rapport à son décès par Fox News et le Pakistan Observer, Al Wafd qui est un journal important en Égypte.

- Les fausses vidéo produites depuis 2001 ont semé la confusion dans la population. Pourtant, nombreux sont les experts qui ont analysé ces dites vidéo et qui en sont arrivé à la conclusion qu’elles n’étaient pas véritablement produites par Bin Laden. À ce sujet, voir ces articles: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7.

Pour terminer, il est primordial de savoir que même si le sombre Ossama Bin Laden était encore vivant, il faudrait questionner le gouvernement américain à savoir pourquoi ils ont décidé d’organiser la fuite de quelques milliers de Talibans et de membres du réseau Al Qaïda de la ville de Kunduz en Afghanistan vers le Pakistan en novembre 2001, suite à l’invasion des forces américaines.

Voir cette vidéo.

Allez, assez d’indices agent 007! C’est le temps de se mettre à la tâche, une récompense de $US25 millions vous attend pour sa capture!

Bin Laden mort ? Bien sûr, ça fait 10 ans qu’on le sait !

Ils nous prennent vraiment pour des imbéciles!

Ça fait presque 10 ans que l’on sait que Ossama Bin Laden est mort. Les derniers articles que j’avais écrit à ce sujet datent de 2007 et 2008:

Ossama Bin Laden est mort depuis plusieurs années — Merci Benazir Bhutto

(28 décembre 2007)
Et ce dernier que je vous présente de nouveau ici:
Mission impossible: attraper le défunt Bin Laden

(18 novembre 2008)

Zbigniew Brzezinski et Tim Osman (Ossama Bin Laden)

Pour ce faire, vous aurez surement besoin d’une pelle! On serait en mesure de croire qui si Ossama Bin Laden était mort, nous en aurions entendu parler depuis le temps. Mais ceci est présumer qu’il n’existe aucun avantage pour l’establishment d’avoir un ennemi juré qui menace de tout faire sauter à n’importe quelle minute. La justification de courir après les méchants terroristes permet d’étendre l’empire qui a besoin de contrôler les ressources naturelles pour assurer sa survie et son hégémonie. Ceci est bien illustré dans le roman 1984 de George Orwell par le personnage de Emmanuel Goldstein et dans les films hollywoodiens où on assiste toujours au même scénario des bons occidentaux (souvent Américains!) qui vont mener des guerres à l’étranger pour défaire les vilaines crapules.

Il est pratique pour l’élite d’unir le peuple dans la peur d’un ennemi commun qui est insaisissable, mais toujours menaçant. C’est le racket typique de protection du crime organisé: si vous refusez de payer l’argent pour assurer votre “protection”, vous aurez la fâcheuse tendance à passer au feu… Les gouvernements ne sont certainement pas étrangers à cette façon de procéder. C’est la formule Problème-Réaction-Solution. On crée un problème auquel le public va réagir, après quoi on offre une solution déjà préparée qui fera avancer notre agenda qui n’aurait pas eu autrement l’appui populaire comme c’est souvent le cas lorsque les gouvernements veulent partir une guerre, couper dans nos droits et libertés et consolider leur pouvoir sur nos vies. C’est la stratégie de la tension. C’est vieux comme le monde. Un exemple frappant est l’Opération Gladio.

Ceci étant dit, retournons à ce que je disais plus haut: si Bin Laden était mort, nous en aurions entendu parler. Mais encore là, c’est présumer que les médias nous rapportent que la vérité, qu’ils soient impartiaux et indépendants. Malheureusement, ce n’est pas le cas. De plus, il est certain que nous avons été bien mal informé quant à l’identité et l’histoire réelle de Bin Laden, qui ironiquement fut au point de départ recruté par la CIA pour combattre les Soviétiques durant la guerre soviéto-afghane. Tim Osman était apparemment le nom qu’il lui était donné par la CIA. Al Qaïda est un Frankenstein crée par la CIA. Zbigniew Brzezinski, le mentor de Barack Obama, s’en est vanté. Il fut d’ailleurs visité par la CIA alors qu’il se trouvait dans un hôpital à Dubaï deux mois avant les attaques du 11 septembre 2001. C’est que notre terroriste favori, qui n’est pas recherché en relation pour les événements du 9/11 (voir ici aussi), souffrait de problèmes rénaux en phase terminale, affecté possiblement de l’hépatite C et/ou de typhoïde.

Il demeure que si on se donne la peine de faire quelques recherches soi-même, on peut trouver plusieurs traces dans les médias traditionnels et alternatifs concernant la mort de Bin Laden.

Voici les plus importantes:

- La dernière fois qu’une transmission de Ossama Bin Laden fut détectée remonte au 14 décembre 2001. (voir aussi cet article)

- Le président George W. Bush et l’ancien Secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, ont laissé entendre à la fin décembre 2001 qu’ils savaient qu’Ossama était mort, même son de cloche par les analystes des services du renseignement.

- L’ancien président pakistanais Pervez Musharraf a annoncé en janvier 2002 que Bin Laden est probablement mort de défaillance des reins.

- Le président de l’Afghanistan, Hamid Karzaï, déclara en octobre 2002 “Le plus qu’on n’entend pas parler de lui, et plus le temps passe, plus il y a la possibilité qu’il est soit mort ou sérieusement blessé quelque part.

- En juillet 2002, le chef de la division du contre-terrorisme du FBI déclarait que Bin Laden était “probablement” mort.

- Les services secrets de la France et de l’Arabie Saoudite déclarent qu’il est mort.

- Jetez un coup d’oeil sur ces articles publiés dansé: le New York Times; CNN; UK Telegraph; Washington Post;

- Des informations à propos de son testament furent diffusées sur CNN ainsi que d’autres par rapport à son décès par Fox News et le Pakistan Observer, Al Wafd qui est un journal important en Égypte.

- Les fausses vidéo produites depuis 2001 ont semé la confusion dans la population. Pourtant, nombreux sont les experts qui ont analysé ces dites vidéo et qui en sont arrivé à la conclusion qu’elles n’étaient pas véritablement produites par Bin Laden. À ce sujet, voir ces articles: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7.

Pour terminer, il est primordial de savoir que même si le sombre Ossama Bin Laden était encore vivant, il faudrait questionner le gouvernement américain à savoir pourquoi ils ont décidé d’organiser la fuite de quelques milliers de Talibans et de membres du réseau Al Qaïda de la ville de Kunduz en Afghanistan vers le Pakistan en novembre 2001, suite à l’invasion des forces américaines.

Voir cette vidéo.

Allez, assez d’indices agent 007! C’est le temps de se mettre à la tâche, une récompense de $US25 millions vous attend pour sa capture!

Bin Laden mort ? Bien sûr, ça fait 10 ans qu’on le sait !

Ils nous prennent vraiment pour des imbéciles!

Ça fait presque 10 ans que l’on sait que Ossama Bin Laden est mort. Les derniers articles que j’avais écrit à ce sujet datent de 2007 et 2008:

Ossama Bin Laden est mort depuis plusieurs années — Merci Benazir Bhutto

(28 décembre 2007)
Et ce dernier que je vous présente de nouveau ici:
Mission impossible: attraper le défunt Bin Laden

(18 novembre 2008)

Zbigniew Brzezinski et Tim Osman (Ossama Bin Laden)

Pour ce faire, vous aurez surement besoin d’une pelle! On serait en mesure de croire qui si Ossama Bin Laden était mort, nous en aurions entendu parler depuis le temps. Mais ceci est présumer qu’il n’existe aucun avantage pour l’establishment d’avoir un ennemi juré qui menace de tout faire sauter à n’importe quelle minute. La justification de courir après les méchants terroristes permet d’étendre l’empire qui a besoin de contrôler les ressources naturelles pour assurer sa survie et son hégémonie. Ceci est bien illustré dans le roman 1984 de George Orwell par le personnage de Emmanuel Goldstein et dans les films hollywoodiens où on assiste toujours au même scénario des bons occidentaux (souvent Américains!) qui vont mener des guerres à l’étranger pour défaire les vilaines crapules.

Il est pratique pour l’élite d’unir le peuple dans la peur d’un ennemi commun qui est insaisissable, mais toujours menaçant. C’est le racket typique de protection du crime organisé: si vous refusez de payer l’argent pour assurer votre “protection”, vous aurez la fâcheuse tendance à passer au feu… Les gouvernements ne sont certainement pas étrangers à cette façon de procéder. C’est la formule Problème-Réaction-Solution. On crée un problème auquel le public va réagir, après quoi on offre une solution déjà préparée qui fera avancer notre agenda qui n’aurait pas eu autrement l’appui populaire comme c’est souvent le cas lorsque les gouvernements veulent partir une guerre, couper dans nos droits et libertés et consolider leur pouvoir sur nos vies. C’est la stratégie de la tension. C’est vieux comme le monde. Un exemple frappant est l’Opération Gladio.

Ceci étant dit, retournons à ce que je disais plus haut: si Bin Laden était mort, nous en aurions entendu parler. Mais encore là, c’est présumer que les médias nous rapportent que la vérité, qu’ils soient impartiaux et indépendants. Malheureusement, ce n’est pas le cas. De plus, il est certain que nous avons été bien mal informé quant à l’identité et l’histoire réelle de Bin Laden, qui ironiquement fut au point de départ recruté par la CIA pour combattre les Soviétiques durant la guerre soviéto-afghane. Tim Osman était apparemment le nom qu’il lui était donné par la CIA. Al Qaïda est un Frankenstein crée par la CIA. Zbigniew Brzezinski, le mentor de Barack Obama, s’en est vanté. Il fut d’ailleurs visité par la CIA alors qu’il se trouvait dans un hôpital à Dubaï deux mois avant les attaques du 11 septembre 2001. C’est que notre terroriste favori, qui n’est pas recherché en relation pour les événements du 9/11 (voir ici aussi), souffrait de problèmes rénaux en phase terminale, affecté possiblement de l’hépatite C et/ou de typhoïde.

Il demeure que si on se donne la peine de faire quelques recherches soi-même, on peut trouver plusieurs traces dans les médias traditionnels et alternatifs concernant la mort de Bin Laden.

Voici les plus importantes:

- La dernière fois qu’une transmission de Ossama Bin Laden fut détectée remonte au 14 décembre 2001. (voir aussi cet article)

- Le président George W. Bush et l’ancien Secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, ont laissé entendre à la fin décembre 2001 qu’ils savaient qu’Ossama était mort, même son de cloche par les analystes des services du renseignement.

- L’ancien président pakistanais Pervez Musharraf a annoncé en janvier 2002 que Bin Laden est probablement mort de défaillance des reins.

- Le président de l’Afghanistan, Hamid Karzaï, déclara en octobre 2002 “Le plus qu’on n’entend pas parler de lui, et plus le temps passe, plus il y a la possibilité qu’il est soit mort ou sérieusement blessé quelque part.

- En juillet 2002, le chef de la division du contre-terrorisme du FBI déclarait que Bin Laden était “probablement” mort.

- Les services secrets de la France et de l’Arabie Saoudite déclarent qu’il est mort.

- Jetez un coup d’oeil sur ces articles publiés dansé: le New York Times; CNN; UK Telegraph; Washington Post;

- Des informations à propos de son testament furent diffusées sur CNN ainsi que d’autres par rapport à son décès par Fox News et le Pakistan Observer, Al Wafd qui est un journal important en Égypte.

- Les fausses vidéo produites depuis 2001 ont semé la confusion dans la population. Pourtant, nombreux sont les experts qui ont analysé ces dites vidéo et qui en sont arrivé à la conclusion qu’elles n’étaient pas véritablement produites par Bin Laden. À ce sujet, voir ces articles: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7.

Pour terminer, il est primordial de savoir que même si le sombre Ossama Bin Laden était encore vivant, il faudrait questionner le gouvernement américain à savoir pourquoi ils ont décidé d’organiser la fuite de quelques milliers de Talibans et de membres du réseau Al Qaïda de la ville de Kunduz en Afghanistan vers le Pakistan en novembre 2001, suite à l’invasion des forces américaines.

Voir cette vidéo.

Allez, assez d’indices agent 007! C’est le temps de se mettre à la tâche, une récompense de $US25 millions vous attend pour sa capture!

Bin Laden mort ? Bien sûr, ça fait 10 ans qu’on le sait !

Ils nous prennent vraiment pour des imbéciles!

Ça fait presque 10 ans que l’on sait que Ossama Bin Laden est mort. Les derniers articles que j’avais écrit à ce sujet datent de 2007 et 2008:

Ossama Bin Laden est mort depuis plusieurs années — Merci Benazir Bhutto

(28 décembre 2007)
Et ce dernier que je vous présente de nouveau ici:
Mission impossible: attraper le défunt Bin Laden

(18 novembre 2008)

Zbigniew Brzezinski et Tim Osman (Ossama Bin Laden)

Pour ce faire, vous aurez surement besoin d’une pelle! On serait en mesure de croire qui si Ossama Bin Laden était mort, nous en aurions entendu parler depuis le temps. Mais ceci est présumer qu’il n’existe aucun avantage pour l’establishment d’avoir un ennemi juré qui menace de tout faire sauter à n’importe quelle minute. La justification de courir après les méchants terroristes permet d’étendre l’empire qui a besoin de contrôler les ressources naturelles pour assurer sa survie et son hégémonie. Ceci est bien illustré dans le roman 1984 de George Orwell par le personnage de Emmanuel Goldstein et dans les films hollywoodiens où on assiste toujours au même scénario des bons occidentaux (souvent Américains!) qui vont mener des guerres à l’étranger pour défaire les vilaines crapules.

Il est pratique pour l’élite d’unir le peuple dans la peur d’un ennemi commun qui est insaisissable, mais toujours menaçant. C’est le racket typique de protection du crime organisé: si vous refusez de payer l’argent pour assurer votre “protection”, vous aurez la fâcheuse tendance à passer au feu… Les gouvernements ne sont certainement pas étrangers à cette façon de procéder. C’est la formule Problème-Réaction-Solution. On crée un problème auquel le public va réagir, après quoi on offre une solution déjà préparée qui fera avancer notre agenda qui n’aurait pas eu autrement l’appui populaire comme c’est souvent le cas lorsque les gouvernements veulent partir une guerre, couper dans nos droits et libertés et consolider leur pouvoir sur nos vies. C’est la stratégie de la tension. C’est vieux comme le monde. Un exemple frappant est l’Opération Gladio.

Ceci étant dit, retournons à ce que je disais plus haut: si Bin Laden était mort, nous en aurions entendu parler. Mais encore là, c’est présumer que les médias nous rapportent que la vérité, qu’ils soient impartiaux et indépendants. Malheureusement, ce n’est pas le cas. De plus, il est certain que nous avons été bien mal informé quant à l’identité et l’histoire réelle de Bin Laden, qui ironiquement fut au point de départ recruté par la CIA pour combattre les Soviétiques durant la guerre soviéto-afghane. Tim Osman était apparemment le nom qu’il lui était donné par la CIA. Al Qaïda est un Frankenstein crée par la CIA. Zbigniew Brzezinski, le mentor de Barack Obama, s’en est vanté. Il fut d’ailleurs visité par la CIA alors qu’il se trouvait dans un hôpital à Dubaï deux mois avant les attaques du 11 septembre 2001. C’est que notre terroriste favori, qui n’est pas recherché en relation pour les événements du 9/11 (voir ici aussi), souffrait de problèmes rénaux en phase terminale, affecté possiblement de l’hépatite C et/ou de typhoïde.

Il demeure que si on se donne la peine de faire quelques recherches soi-même, on peut trouver plusieurs traces dans les médias traditionnels et alternatifs concernant la mort de Bin Laden.

Voici les plus importantes:

- La dernière fois qu’une transmission de Ossama Bin Laden fut détectée remonte au 14 décembre 2001. (voir aussi cet article)

- Le président George W. Bush et l’ancien Secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, ont laissé entendre à la fin décembre 2001 qu’ils savaient qu’Ossama était mort, même son de cloche par les analystes des services du renseignement.

- L’ancien président pakistanais Pervez Musharraf a annoncé en janvier 2002 que Bin Laden est probablement mort de défaillance des reins.

- Le président de l’Afghanistan, Hamid Karzaï, déclara en octobre 2002 “Le plus qu’on n’entend pas parler de lui, et plus le temps passe, plus il y a la possibilité qu’il est soit mort ou sérieusement blessé quelque part.

- En juillet 2002, le chef de la division du contre-terrorisme du FBI déclarait que Bin Laden était “probablement” mort.

- Les services secrets de la France et de l’Arabie Saoudite déclarent qu’il est mort.

- Jetez un coup d’oeil sur ces articles publiés dansé: le New York Times; CNN; UK Telegraph; Washington Post;

- Des informations à propos de son testament furent diffusées sur CNN ainsi que d’autres par rapport à son décès par Fox News et le Pakistan Observer, Al Wafd qui est un journal important en Égypte.

- Les fausses vidéo produites depuis 2001 ont semé la confusion dans la population. Pourtant, nombreux sont les experts qui ont analysé ces dites vidéo et qui en sont arrivé à la conclusion qu’elles n’étaient pas véritablement produites par Bin Laden. À ce sujet, voir ces articles: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7.

Pour terminer, il est primordial de savoir que même si le sombre Ossama Bin Laden était encore vivant, il faudrait questionner le gouvernement américain à savoir pourquoi ils ont décidé d’organiser la fuite de quelques milliers de Talibans et de membres du réseau Al Qaïda de la ville de Kunduz en Afghanistan vers le Pakistan en novembre 2001, suite à l’invasion des forces américaines.

Voir cette vidéo.

Allez, assez d’indices agent 007! C’est le temps de se mettre à la tâche, une récompense de $US25 millions vous attend pour sa capture!

Bin Laden mort ? Bien sûr, ça fait 10 ans qu'on le sait !

Ils nous prennent vraiment pour des imbéciles!

Ça fait presque 10 ans que l’on sait que Ossama Bin Laden est mort. Les derniers articles que j’avais écrit à ce sujet datent de 2007 et 2008:

Ossama Bin Laden est mort depuis plusieurs années — Merci Benazir Bhutto

(28 décembre 2007)
Et ce dernier que je vous présente de nouveau ici:
Mission impossible: attraper le défunt Bin Laden

(18 novembre 2008)

Zbigniew Brzezinski et Tim Osman (Ossama Bin Laden)

Pour ce faire, vous aurez surement besoin d’une pelle! On serait en mesure de croire qui si Ossama Bin Laden était mort, nous en aurions entendu parler depuis le temps. Mais ceci est présumer qu’il n’existe aucun avantage pour l’establishment d’avoir un ennemi juré qui menace de tout faire sauter à n’importe quelle minute. La justification de courir après les méchants terroristes permet d’étendre l’empire qui a besoin de contrôler les ressources naturelles pour assurer sa survie et son hégémonie. Ceci est bien illustré dans le roman 1984 de George Orwell par le personnage de Emmanuel Goldstein et dans les films hollywoodiens où on assiste toujours au même scénario des bons occidentaux (souvent Américains!) qui vont mener des guerres à l’étranger pour défaire les vilaines crapules.

Il est pratique pour l’élite d’unir le peuple dans la peur d’un ennemi commun qui est insaisissable, mais toujours menaçant. C’est le racket typique de protection du crime organisé: si vous refusez de payer l’argent pour assurer votre “protection”, vous aurez la fâcheuse tendance à passer au feu… Les gouvernements ne sont certainement pas étrangers à cette façon de procéder. C’est la formule Problème-Réaction-Solution. On crée un problème auquel le public va réagir, après quoi on offre une solution déjà préparée qui fera avancer notre agenda qui n’aurait pas eu autrement l’appui populaire comme c’est souvent le cas lorsque les gouvernements veulent partir une guerre, couper dans nos droits et libertés et consolider leur pouvoir sur nos vies. C’est la stratégie de la tension. C’est vieux comme le monde. Un exemple frappant est l’Opération Gladio.

Ceci étant dit, retournons à ce que je disais plus haut: si Bin Laden était mort, nous en aurions entendu parler. Mais encore là, c’est présumer que les médias nous rapportent que la vérité, qu’ils soient impartiaux et indépendants. Malheureusement, ce n’est pas le cas. De plus, il est certain que nous avons été bien mal informé quant à l’identité et l’histoire réelle de Bin Laden, qui ironiquement fut au point de départ recruté par la CIA pour combattre les Soviétiques durant la guerre soviéto-afghane. Tim Osman était apparemment le nom qu’il lui était donné par la CIA. Al Qaïda est un Frankenstein crée par la CIA. Zbigniew Brzezinski, le mentor de Barack Obama, s’en est vanté. Il fut d’ailleurs visité par la CIA alors qu’il se trouvait dans un hôpital à Dubaï deux mois avant les attaques du 11 septembre 2001. C’est que notre terroriste favori, qui n’est pas recherché en relation pour les événements du 9/11 (voir ici aussi), souffrait de problèmes rénaux en phase terminale, affecté possiblement de l’hépatite C et/ou de typhoïde.

Il demeure que si on se donne la peine de faire quelques recherches soi-même, on peut trouver plusieurs traces dans les médias traditionnels et alternatifs concernant la mort de Bin Laden.

Voici les plus importantes:

- La dernière fois qu’une transmission de Ossama Bin Laden fut détectée remonte au 14 décembre 2001. (voir aussi cet article)

- Le président George W. Bush et l’ancien Secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, ont laissé entendre à la fin décembre 2001 qu’ils savaient qu’Ossama était mort, même son de cloche par les analystes des services du renseignement.

- L’ancien président pakistanais Pervez Musharraf a annoncé en janvier 2002 que Bin Laden est probablement mort de défaillance des reins.

- Le président de l’Afghanistan, Hamid Karzaï, déclara en octobre 2002 “Le plus qu’on n’entend pas parler de lui, et plus le temps passe, plus il y a la possibilité qu’il est soit mort ou sérieusement blessé quelque part.

- En juillet 2002, le chef de la division du contre-terrorisme du FBI déclarait que Bin Laden était “probablement” mort.

- Les services secrets de la France et de l’Arabie Saoudite déclarent qu’il est mort.

- Jetez un coup d’oeil sur ces articles publiés dansé: le New York Times; CNN; UK Telegraph; Washington Post;

- Des informations à propos de son testament furent diffusées sur CNN ainsi que d’autres par rapport à son décès par Fox News et le Pakistan Observer, Al Wafd qui est un journal important en Égypte.

- Les fausses vidéo produites depuis 2001 ont semé la confusion dans la population. Pourtant, nombreux sont les experts qui ont analysé ces dites vidéo et qui en sont arrivé à la conclusion qu’elles n’étaient pas véritablement produites par Bin Laden. À ce sujet, voir ces articles: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7.

Pour terminer, il est primordial de savoir que même si le sombre Ossama Bin Laden était encore vivant, il faudrait questionner le gouvernement américain à savoir pourquoi ils ont décidé d’organiser la fuite de quelques milliers de Talibans et de membres du réseau Al Qaïda de la ville de Kunduz en Afghanistan vers le Pakistan en novembre 2001, suite à l’invasion des forces américaines.

Voir cette vidéo.

Allez, assez d’indices agent 007! C’est le temps de se mettre à la tâche, une récompense de $US25 millions vous attend pour sa capture!

Sarkozy-Berlusconi: deux mythomanes à Rome

AFP/ANDREAS SOLARO 

C’est presque pathétique. Risible, ridicule, moche. Quoi ? La politique politicienne à laquelle se sont livrés le président français Nicolas Sarkozy et le président du Conseil italien Silvio Berlusconi. Les deux hommes se sont lancés à corps perdu dans un poker menteur qui laisse pantois. Jamais dans l’histoire de l’Europe on a vu un tel tombereaux de mensonges-passez-moi l’expression, mais comment qualifier cette tragi-comédie romaine ?

Le maëlstrom du carnage européen semble s’inscrire dans la vision hypocrite des deux quidams, empêtrés dans des salmigondis dont l’hypocrisie est le principal fait. Tels des arracheurs de dents, ils ont menti, menti, et encore menti...jusqu’au bout. la bulle de savon de la démagogie a pris la place d’une vérité qu’on refuse de voir, se cachant comme l’autruche face au danger.

Ainsi donc, ces deux clowns sont convaincus que l’Europe c’est eux. Ils peuvent à loisir triturer le trait, modifier la Constitution, écraser les lois, outrepasser le droit. C’est le comble. On a donc assisté, hier, à une repoussante tragi-comédie romaine où ne manque pas même la grimace devenue courante de l’union sacrée !

Une horde de barbares envahissent semble-t-il l’Italie et bientôt la France. Or, la vérité est ailleurs. A force de courir derrière le Front national, le constat est plutôt amer. La France est le pays européen où l’immigration est la plus faible. Qui l’eût cru ? C’est la révélation de Georges Lemaître, économiste spécialiste des migrations à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui plombe les mensonges du FN et de Sarkozy, ces alliés, idiots  utiles de la désinformation.

La couardise de nos deux tartuffes qui prennent les immigrés en otage pour leurs basses besognes se retournera contre eux, quand on sait qu’ils n’ont organisé ce sommet que pour l’inauguration des chrysanthèmes. La modification de Schengen ne peut émaner de deux pays, encore moins de deux hommes. Tout ça pour ça ? Ils ne sont pas dignes de la France et de l’Italie.

Côte d’Ivoire – La torture photoshop d’Henri Dacoury Tabley !

 

DÉMONSTRATION D’UN FAUX GROSSIER

C’est un texte fait par le journaliste camerounais Lambert Fotso Tchamekwen, spécialiste de l’image avec mon léger rajout en rouge.

Abidjan – Je ne saurais continuer de rester silencieux quand pour une n-ième fois, au lieu de servir la vérité, prôner la réconciliation, certains continuent de mettre le feu, d’attiser à la haine. Toute honte bue, la propagandastaffel est en marche. Qui n’a pas commenté avec frénésie le faux grossier de ces montages. Les photos du prétendu passage à tabac de M. Dakoury sont archi-fausses : après un agrandissement à 300 % à l’écran, j’ai pu faire les constats suivants :

1- Le visage de M. Dakoury a été rajouté sur la première photo. Il suffit de regarder ses contours anormalement flous. L’amateur a appliqué au moment de la substitution de visages un flou dégressif d’environ 3 points, alors qu’il est recommandé d’utiliser l’outil « doigt » de Photoshop pour faire fondre l’élément rajouté dans l’image de départ ;

2- Les couleurs : la photo d’où a été le visage de M. Dakoury avait une dominante de cyan avec faible contraste alors qu’on a autour de lui une dominante de jaune avec un contraste relativement élevé ;

3- Les lumières : la scène se déroule dans une pièce où convergent deux sources lumineuses (une venant de l’ouverture de droite et une lampe basse à gauche) ; tous les visages présentent des reflets de ces sources de lumière, sauf curieusement celui de la victime ;

4- Le sujet : quel est ce supplicié qui paraît presque souriant ; pire encore, sur la deuxième photo, une barbiche noire a subitement poussé. A croire que la scène a duré des semaines, voire des mois...pourquoi pas une éternité.

La crise ivoirienne a malheureusement fourni aux critiques du journalisme une impressionnante collection de cas de manipulation par l’image. De grâce, chers forumistes, gardons la tête froide.

Libye – La proposition de Kadhafi pour la paix

 

Abdul-Ati al-Obeidi/ Petros Karadjias/AP 

Le colonel Kadhafi vient de mettre à rude épreuve, la sincérité de l’attaque contre son régime. En effet, la Jamahiriya arabe libyenne est prête à faire superviser des élections libres, sous l’égide des Nations unies. Un préalable: un cessez-le-feu effectif, et cette organisation dans les 6 mois à venir. Cette déclaration a été faite, hier, mercredi, dans le quotidien britannique The Guardian, par la voix du ministre libyen des Affaires étrangères, Abdul Ati al-Obeidi. « Proposition indécente » diront les bellicistes, coincés, et prisonniers de leurs promesses. Veulent-ils, in fine, le chaos ? Nous verrons comment ils prendront cette proposition de paix, qui ne saurait être calculée, dans la mesure où, après le refus du cessez-le-feu par les renégats de Benghazi, on saura enfin s’ils ont pour seul dessein, la prise du pouvoir, aidé comme ils sont par cette coalition hypocrite.

Les médias anglo-saxons sont parfois ou toujours même, plus objectifs que les médias francophones. C’est ainsi que cette information que nous avons vérifié ici et là ne semble pas avoir l’écho qu’il mérite, notamment dans les mass-médias hexagonaux. Selon le ministre de Kadhafi, Abdul Ati al-Obeidi, celui qui a repris le poste ministériel après la désertion de Moussa Koussa, dans The Guardian donc, les partisans du guide libyen Mouammar Kadhafi sont prêts à former un gouvernement national de transition chargé de gouverner pendant la période précédant les élections. La fameuse « communauté internationale » (les grandes capitales occidentales) qui a pour cheval de bataille la fin de Mouammar Kadhafi fera probablement fi de ne pas avoir entendu cette proposition. Or, c’est le vrai chemin de la paix, à défaut, le chaos s’installera, malgré l’envoie d’instructeurs français et britanniques sur le terrain auprès de ceux qui mettent « leur pays », à feu et à sang.

Alors que la « communauté internationale » avait annoncé que l’opération visait à sécuriser les populations civiles, et que c’est le peuple libyen qui doit s’investir dans la suite à donner à son pays à savoir qui dirigera leur destin, doit-elle ensuite exiger le départ de Mouammar Kadhafi ? Ce serait alors une violation de souveraineté, alors que rien ne laisse vraiment la place à une paix durable avec le départ de Kadhafi. Tout d’abord, ses fidèles n’accepteront pas cette issue, ensuite, les nouvelles autorités n’auront aucune légitimité car, leur mise en place, par l’étranger, sape la fierté arabe, même comme la Libye n’est pas forcément un pays arabe, puisque le sud du pays est peuplé à majorité de noirs. La démocratie ne saurait être importée, guidée par l’extérieur. Nicolas Sarkozy ou David Cameron accepteront-ils qu’un pays tiers, viennent exiger un tel ou tel autre à la tête de leur pays ? Non, probablement.

Après plus d’un mois de conflit, on verra donc où peuvent aller les rois du monde. Veulent-ils vraiment la paix en Libye ou simplement les produits des matières premières ? Craignent-ils, vu la vraie popularité de Kadhafi, qui ne s’est pas démentie ces derniers jours . L’enlisement est certain. Les populations de Tripoli ne dorment plus depuis plus d’un mois mais, la France, sans vergogne, annonce qu’elle va intensifier ses frappes. Pour encore et toujours détruire les infrastructures libyennes et gagner tous les marchés de reconstructions ?

Wait and see !

Syrie – Encore les Etats-Unis du cynique Obama !

Damas – Ah, le printemps arabe !

Obama et Assad 

 

Damas – Ah, le printemps arabe !

Ces peuples avides de liberté, qui vivent dans la terreur des dictateurs veulent se libérer. Le mimétisme persiste,  de Tunisie en Égypte, en passant par la Libye seul pays qui résiste malgré l’inégalité. Comment un pays peuplé d’à peine 6 millions d’habitants peut-il se battre contre une coalition de plusieurs pays occidentaux, ces rois du monde ? Après donc ces pays pré-cités, c’est au tour de la Syrie de Bachar al-Assad, qui traverse une secousse

Dans son édition d’hier, le Washington Post révèle, selon un télégramme de Wikileaks,  que le Département d’État américain d’Hillary Clinton,  a secrètement financé les groupes d’opposition politique et des projets connexes, y compris donc, une chaîne de télévision par satellite, Barada tv, dont la programmation est essentiellement orientée contre le régime syrien.

Où George Bush Jr. pêchait pas bellicisme excessif, Barack Obama, lui, ruse, et passe par des nigauds assoiffés de pouvoir, pour créer le chaos dans les pays dont il sait que le pouvoir en place n’est pas favorable à Israël et aux Etats-Unis. Ainsi, ces opposants de pacotille seront peut-être mis en place, avec en filigrane, probablement, le renoncement définitif au plateau du Golan. Le Golan, région du sud-ouest de la Syrie occupée par Israël suite à la guerre des Six Jours de 1967 et annexée par l’État hébreu le 14 décembre 1981. Cette annexion de la région a été condamnée par le Conseil de sécurité des Nations unies et n’a jamais été reconnue par la communauté internationale…

Seul le pouvoir compte donc pour ces gens, au détriment de la souveraineté de leur pays. Pire, par rapport au Golan, que des condamnations, mais aucune résolution pour restituer ce territoire à la Syrie. Cherchez l’erreur ! Passons. Ah, on se souvient de ce discours hypocrite de Barack Obama au Caire, en Égypte, en juin 2009 ! Ce n’était qu’un leurre. Mais, puisque Bahreïn est favorable à Washington, les États-Unis permettent que l’Arabie Saoudite-favorable aussi aux USA-, s’associe à la répression de vrais démocrates aux mains nues. Une dichotomie américaine qui doit être condamnée. Le poker menteur de l’oncle Sam s’accentue donc, avec Barack Obama, plus dangereux que George W. Bush.

Barack Hussein Obama est un monstre froid !