Altération d’un poème de Brecht


.

QUESTIONS QUE POSE UN OUVRIER QUI LIT
Bertolt Brecht – 1935 (version légèrement altérée 2014)

(Un ajout malicieux mais pertinent
s’est glissé dans ce célèbre poème
de Bertolt Brecht (1898-1956).
Le voyez vous?)

.

Qui a construit Thèbes au sept portes?
Dans les livres, on donne les noms des Rois.
Les Rois ont-ils traîné les blocs de pierre?
Babylone, plusieurs fois détruite,
Qui tant de fois l’a reconstruite?
Dans quelles maisons
De Lima la dorée logèrent les ouvriers du bâtiment?

Quand la Muraille de Chine fut terminée,
Où allèrent, ce soir-là les maçons?
Rome la grande
Est pleine d’arcs de triomphe. Qui les érigea?
De qui les Césars ont-ils triomphé? Byzance la tant chantée.
N’avait-elle que des palais
Pour ses habitants? Même en la légendaire Atlantide
Hurlant dans cette nuit où la mer l’engloutit,
Ceux qui se noyaient voulaient leurs esclaves.

Le jeune Alexandre conquit les Indes. Tout seul?
Julian Assange fit couler des dizaines de milliers de documents sensibles dans le Grand Public Mondial.
Tout seul aussi?

César vainquit les Gaulois.
N’avait-il pas à ses côtés au moins un cuisinier?

Quand sa flotte fut coulée, Philippe d’Espagne
Pleura. Personne d’autre ne pleurait?
Frédéric II gagna la Guerre de sept ans.
Qui, à part lui, était gagnant?

À chaque page une victoire.
Qui cuisinait les festins?
Tous les dix ans un grand homme.
Les frais, qui les payait?

Autant de récits,
Autant de questions.

Les droits d’auteurs de ce texte appartiennent aux instances concernées. Il est publié ici, sur un espace citoyen sans revenu et libre de contenu publicitaire, à des fins strictement documentaires et en complète solidarité envers son apport intellectuel, éducatif et progressiste.

avatar

Trouvailles

Sur la route rhizomatique de tout cheminement intellectuel apparaissent de temps en temps des trouvailles...

3 pensées sur “Altération d’un poème de Brecht

  • avatar
    8 juin 2014 à 5 05 14 06146
    Permalink

    Tout politicien traditionnel, à propos d’un progrès réalisé par des epsilons : « Je me félicite que ».

    Répondre
    • avatar
      8 juin 2014 à 6 06 32 06326
      Permalink

      Je seconde.

      Les politicards se symbolisent solidement eux-mêmes quand ils posent une superbe gerbe de fleurs conçue par d’autres, en la touchant du bouts des doigts quand d’autres la transportent vraiment, sur un monuments qu’ils n’ont pas construit, dédié aux morts qu’il n’ont pas su protéger.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *