Société, tu m’auras pas (Renaud)

renaud_sechan
.

Société, tu m’auras pas
Renaud Séchan (1975)

Y’a eu Antoine avant moi
y’a eu Dylan avant lui
après moi qui viendra?
Après moi c’est pas fini.
On les a récupérés,
oui, mais moi on m’aura pas.
Je tirerai le premier
et j’viserai au bon endroit.

J’ai chanté dix fois, cent fois
j’ai hurlé pendant des mois,
j’ai crié sur tous les toits
ce que je pensais de toi,
société, société,
tu m’auras pas.

J’ai marché sur bien des routes,
j’ai connu bien des pat’lins,
partout on vit dans le doute,
partout on attend la fin.
J’ai vu occuper ma ville
par des cons en uniformes
qu’étaient pas vraiment virils,
mais qui s’prenaient pour des hommes.

J’ai chanté dix fois, cent fois
j’ai hurlé pendant des mois,
j’ai crié sur tous les toits
ce que je pensais de toi,
société, société,
tu m’auras pas.

J’ai vu pousser des barricades,
J’ai vu pleurer mes copains,
J’ai entendu les grenades
tonner au petit matin.
J’ai vu ce que tu faisais
du peuple qui vit pour toi,
j’ai connu l’absurdité
de ta morale et de tes lois.

J’ai chanté dix fois, cent fois
j’ai hurlé pendant des mois,
j’ai crié sur tous les toits
ce que je pensais de toi,
société, société,
tu m’auras pas.

Demain, prends garde à ta peau,
à ton fric, à ton boulot,
car la vérité vaincra,
la Commune refleurira
Mais en attendant, je chante,
et je te crache à la gueule
cette petite chanson méchante
que t’écoutes dans ton fauteuil.

J’ai chanté dix fois, cent fois
j’ai hurlé pendant des mois,
j’ai crié sur tous les toits
ce que je pensais de toi,
société, société,
tu m’auras pas.

Les droits d’auteurs de ce texte appartiennent aux instances concernées. Il est publié ici, sur un espace citoyen sans revenu et libre de contenu publicitaire, à des fins strictement documentaires et en complète solidarité envers son apport intellectuel, éducatif et progressiste.

avatar

Trouvailles

Sur la route rhizomatique de tout cheminement intellectuel apparaissent de temps en temps des trouvailles…

Une pensée sur “Société, tu m’auras pas (Renaud)

  • avatar
    18 septembre 2016 à 12 12 10 09109
    Permalink

    oh rage , oh desespoir
    oh vieillesse ennemie ….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *