Grèves (Anton Pannekoek)

Cet article d’Anton Pannekoek est paru en anglais dans la revue Western Socialist, en janvier 1948, et en français dans une brochure d’Echanges et Mouvement, Pourquoi les mouvements révolutionnaires du passé ont fait faillite (septembre 1998).

Dans le mouvement ouvrier on distingue deux formes de lutte, qualifiées généralement de lutte politique et de lutte économique. La première est centrée sur les élections au parlement ou dans des corps analogues, la seconde concerne les grèves pour de meilleurs salaires et conditions de travail. Dans la seconde moitié du 19e siècle les socialistes pensaient couramment que la première forme de lutte avait une importance fondamentale et qu’elle était révolutionnaire parce que, visant à conquérir le pouvoir politique, elle révolutionnait la structure de la société, abolissait le capitalisme et instaurait un système socialiste. La seconde n’étant qu’un moyen pour obtenir des réformes, maintenir ou améliorer le niveau de vie au sein du capitalisme, acceptait donc ce système comme la base de la société. La pratique du parlementarisme devait bientôt démontrer que cette distinction n’était pas juste. Dans le Manifeste Communiste, Marx avait déjà signalé quelques mesures de réformes qui devaient préparer la révolution future. Par la suite, les parlementaires socialistes ont constamment travaillé et lutté pour obtenir des réformes ; les partis socialistes auxquels ils appartenaient ont élaboré tout un programme de « revendications immédiates « qui leur ont permis de gagner un nombre croissant d’électeurs, d’abord et surtout en Allemagne, puis dans d’autres pays d’Europe. Le but final de la révolution socialiste a graduellement été relégué à l’arrière-plan. Au nom de la lutte pour le socialisme, ce que cette lutte politique a réellement obtenu c’est d’assurer à la classe ouvrière une place reconnue dans la société capitaliste, avec un certain standard des conditions de vie et de travail, jamais vraiment sûr, bien entendu, toujours instable, mais existant quand-même, toujours disputé et devant être défendu.

Ces deux formes de lutte, le syndicalisme avec ses grèves, et le socialisme parlementaire, n’ont plus été que des instruments de réforme, la plupart du temps manipulés par les mêmes personnes, des chefs syndicaux siégeant au parlement. La doctrine réformiste affirmait qu’avec ces moyens, en cumulant les réformes parlementaires et la démocratie industrielle dans les usines, on allait graduellement transformer le capitalisme en socialisme.

Mais le capitalisme en fit autrement. Ce que Marx avait exposé dans ses études économiques sur la concentration de capital est devenu une réalité bien plus forte que ce qu’il avait probablement imaginé. La croissance et le développement du capitalisme au 20e siècle a entraîné une quantité de phénomènes économiques et sociaux nouveaux. Tout socialiste qui est pour une lutte de classe sans compromissions doit étudier attentivement ces changements, car d’eux dépend la manière dont les travailleurs doivent agir pour remporter la victoire et la liberté ; beaucoup de vieilles conceptions de la révolution peuvent maintenant prendre une forme plus définie. Ce développement a énormément augmenté le pouvoir du capital, il a donné à de petits groupes monopolistiques le pouvoir de dominer toute la bourgeoisie, ce qui a encore plus attaché le pouvoir d’Etat au grand capital. Il a renforcé dans la classe les instincts de mort, manifestes dans la montée de courants réactionnaires et fascistes. Il a affaibli la lutte des syndicats contre le capital, les rendant moins enclins à lutter ; leurs dirigeants sont devenus plus que jamais des médiateurs et même des agents du capital, dont le travail consiste à imposer aux travailleurs les conditions de travail insatisfaisantes que dicte le capital. De plus en plus les grèves prennent la forme de grèves sauvages, éclatant contre la volonté des dirigeants syndicaux, mais qui en prennent la direction dès que possible pour arrêter la lutte. Alors que sur le terrain politique tout est collaboration et harmonie entre les classes – dans le cas des PC cela s’accompagne d’un semblant de discours révolutionnaire – ces grèves sauvages deviennent de plus en plus la seule expression de luttes dures et réelles des travailleurs contre le capital.

Après la guerre ces tendances sont devenues plus intenses. La reconstruction – réparation des destructions et de la pénurie de forces productives – est une reconstruction capitaliste. La reconstruction capitaliste implique une accumulation de capital plus rapide, une augmentation des profits plus forte, une baisse du niveau de vie des ouvriers. Le pouvoir d’Etat acquiert la fonction importante d’organiser la vie des affaires. Dans l’Europe dévastée il devient la force fondamentale ; ses hauts fonctionnaires deviennent les directeurs d’une économie planifiée, réglementant la production et la consommation. Sa fonction spécifique est de maintenir les ouvriers soumis et d’étouffer tout mécontentement par des moyens physiques ou spirituels. En Amérique, où il est soumis au grand capital, c’est sa fonction principale. Les travailleurs ont maintenant contre eux le front uni du pouvoir d’Etat et de la classe capitaliste, généralement soutenu par les dirigeants des partis et des syndicats qui aspirent à négocier, avec les patrons et les cadres d’entreprise, les salaires et les conditions de travail. Et le mécanisme capitaliste d’augmentation des prix fait que le niveau de vie des ouvriers baisse à grande vitesse.

En Europe, en Angleterre, en Belgique, en France, en Hollande – et en Amérique aussi – les grèves sauvages se multiplient, menées encore par de petits groupes qui n’ont pas une conscience claire de leur rôle social ni d’autres buts, mais qui démontrent un esprit de solidarité splendide. Elles défient le gouvernement travailliste en Angleterre et sont hostiles au Parti Communiste qui est au gouvernement en France et en Belgique.
Maintenant les travailleurs commencent à sentir que le pouvoir d’Etat est leur ennemi principal ; leurs grèves sont autant contre ce pouvoir que contre le pouvoir des maîtres capitalistes. Les grèves deviennent un facteur politique ; et quand les grèves prennent une ampleur telle qu’elles mettent à plat certaines branches d’industrie et qu’elles secouent le coeur même de la production, elles deviennent des facteurs politiques de premier ordre. Les grévistes eux-mêmes ne s’en rendent peut-être pas compte – de même que la plupart des socialistes -, ils n’ont peut-être aucune intention d’être révolutionnaires, mais ils le sont. Et graduellement ils prendront conscience, par nécessité, de ce qu’ils font d’instinct, et leurs actions deviendront plus directes et efficaces.

Ainsi, les rôles s’inversent peu à peu. L’action parlementaire n’est plus qu’une foire d’empoigne entre politiciens et ne sert qu’à duper les gens ou, au mieux, à rafistoler le vieux capitalisme pourri. En même temps, les grèves de masse des travailleurs tendent à attaquer sérieusement le pouvoir d’Etat, cette forteresse du capitalisme, et à devenir des facteurs plus efficaces de prise de conscience et de pouvoir social de la classe ouvrière. Certes, il y a encore un long chemin à faire ; tant qu’on verra les ouvriers se mettre en grève et reprendre le travail sur un simple mot d’ordre d’un chef ambitieux, ils ne seront pas mûrs pour de grandes actions d’auto-libération. Mais si on regarde les développements et les changements qui se sont opérés au cours du dernier demi-siècle, on ne peut que reconnaître l’importance de ces véritables luttes de la classe pour nos idées sur la révolution sociale.

On pourra étudier une autre fois les conséquences que cela entraîne pour les socialistes, du point de vue de l’élargissement du travail de propagande.


Voir aussi : Pourquoi les mouvements révolutionnaires du passé ont fait faillite

Parti et classe

Anton Pannekoek:Le Syndicalisme

PANNEKOEK : « L’acte personnel » ; « La destruction comme moyen de lutte »

Lénine philosophe

Communisme de conseils. Bibliographie de la gauche germano-hollandaise


Présentation d’Echanges (texte français)

Une trouvaille de Robert Bibeau

Les droits d’auteurs de ce texte appartiennent aux instances concernées. Il est publié ici, sur un espace citoyen sans revenu et libre de contenu publicitaire, à des fins strictement documentaires et en complète solidarité envers son apport intellectuel, éducatif et progressiste.

avatar

Trouvailles

Sur la route rhizomatique de tout cheminement intellectuel apparaissent de temps en temps des trouvailles...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *