Il pleut (Jacques Brel)

IL PLEUT (LES CARREAUX DE L’USINE)
Jacques Brel

Il pleut
C’est pas ma faute à moi
Les carreaux de l’usine
Sont toujours mal lavés
Il pleut
Les carreaux de l’usine
Y en beaucoup d’cassés

Les filles qui vont danser
Ne me regardent pas
Car elles s’en vont danser
Avec tous ceux là
Qui savent leur payer
Pour pouvoir s’amuser
Des fleurs de papier
Ou de l’eau parfumée
Les filles qui vont danser
Ne me regardent pas
Car elles s’en vont danser
Avec tous ceux là…

Il pleut
C’est pas ma faute à moi
Les carreaux de l’usine
Sont toujours mal lavés
Les corridors crasseux
Sont les seuls que je vois
Les escaliers qui montent
Ils sont toujours pour moi
Mais quand je suis
Seul sous les toits
Avec le soleil
Avec les nuages
J’entends la rue pleurer
Je vois les cheminées
De la ville fumer
Doucement dans mon ciel à moi
La lune danse
Pour moi le soir
Elle danse danse
Elle danse danse
Et son haleine
Immense halo me caresse
Le ciel est pour moi
Je m’y plonge le soir
Et j’y plonge ma peine

Il pleut
Et c’est ma faute à moi
Les carreaux de l’usine
Sont toujours mal lavés
Il pleut
Les carreaux de l’usine
Moi j’irai les casser

carreaux-de-l-usine

Les droits d’auteurs de ce texte appartiennent aux instances concernées. Il est publié ici, sur un espace citoyen sans revenu et libre de contenu publicitaire, à des fins strictement documentaires et en complète solidarité envers son apport intellectuel, éducatif et progressiste.

avatar

Équipe de l'édition

L’équipe vous offre ici sa mixture. Elle assume et elle assure...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *