Il y en a qui prient, il y en a qui fuient (René Tavernier)

.

Il y en a qui prient, il y en a qui fuient

René Tavernier (1943)

.

Il y en a qui prient, il y en a qui fuient,
Il y en a qui maudissent et d’autres réfléchissent,
Courbés sur leur silence, pour entendre le vide,
Il y en a qui confient leur panique à l’espoir,
Il y en a qui s’en foutent et s’endorment le soir
Le sourire aux lèvres.

Et d’autres qui haïssent, d’autres qui font du mal
Pour venger leur propre dénuement.
Et s’abusant eux-mêmes se figurent chanter.
Il y a tous ceux qui s’étourdissent…

Il y en a qui souffrent, silence sur leur silence,
Il en est trop qui vivent de cette souffrance.
Pardonnez-nous, mon Dieu, leur absence.
Il y en a qui tuent, il y en a tant qui meurent.

Et moi, devant cette table tranquille,
Écoutant la mort de la ville,
Écoutant le monde mourir en moi
Et mourant cette agonie du monde.

Les droits d’auteurs de ce texte appartiennent aux instances concernées. Il est publié ici, sur un espace citoyen sans revenu et libre de contenu publicitaire, à des fins strictement documentaires et en complète solidarité envers son apport intellectuel, éducatif et progressiste.

avatar

Trouvailles

Sur la route rhizomatique de tout cheminement intellectuel apparaissent de temps en temps des trouvailles…

6 pensées sur “Il y en a qui prient, il y en a qui fuient (René Tavernier)

  • avatar
    31 mai 2014 à 6 06 01 05015
    Permalink

    Tavernier a capturé ici l’essence de l’aile douloureuse du sentiment militant.

    Répondre
  • avatar
    31 mai 2014 à 11 11 29 05295
    Permalink

    Moïse arrive au temple du pharaon. Ce pharaon dieu matérialiste qui a enivré les esprits des 7 péchés capitaux. Les épisodes légendaires bibliques sont en copié-collés avec notre ère. L’image de ces femmes en dit long…les droits de l’homme et le veau d’or n’en font qu’un et en plus générateur du polythéisme !
    Je pense que ces femmes souffrent de quelques choses, mais quoi ? J’aimerai bien savoir qu’elles sont les motifs de leurs actions. Que pourrait-on construire comme vie positive avec leur vision ? Pour moi le sexe est un voile de fumée pour approcher les médias !…

    Répondre
      • avatar
        31 mai 2014 à 14 02 09 05095
        Permalink

        Je vous comprends. Mais quelle énergie les anime ? Pour quel pouvoir, je suis dubitatif !

        Répondre
          • avatar
            31 mai 2014 à 16 04 09 05095
            Permalink

            Cette poésie se médite en faisant des ronds dans l’eau.
            Elles seront vagues que l’instant de leur printemps, après il sera temps de se recouvrir.
            Alors si ça les amuse…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *