La Marseillaise (Aragon)

Vichy-1-Rottenecards_8819031_bf2ts63fbf

La Marseillaise (1934)
Louis Aragon

Allons enfants
de
la
Mais je vous demande un peu ce que patrie a à voir avec ce grand partage du monde entre quelques-uns et l’énorme troupeau dépossédé
Qui chante en russe d’ailleurs ici
Debout, peuple travailleur, le jour de gloire est arrivé.
…………………………………
La Marseillaise…
Je salue ici
Ceux qui se mutinèrent au Chemin-des-Dames
En mil neuf cent dix-sept.
Je salue ici
Ceux qui surgirent de la boue avec
A la bouche un grand cri,
Et tournèrent leurs armes du côté de la Marseillaise.
Et ceux qui dirent feu
Sur eux
Sont encore de ce monde.
…………………………………
Je salue ici
Le prolétariat contre la guerre
Pour la transformation de la guerre
En révolution.
Je salue ici l’Internationale contre la Marseillaise.
Cède le pas, ô Marseillaise,
À l’Internationale, car voici
L’automne de tes jours, voici
L’octobre, où sombrent tes derniers accents.
…………………………………
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons.
On va bien voir lequel est le plus rouge,
Du sang du bourgeois ou du sang de l’ouvrier.
Debout,
Peuple travailleur.
Debout,
Les damnés de la terre…

Les droits d’auteurs de ce texte appartiennent aux instances concernées. Il est publié ici, sur un espace citoyen sans revenu et libre de contenu publicitaire, à des fins strictement documentaires et en complète solidarité envers son apport intellectuel, éducatif et progressiste.

avatar

Trouvailles

Sur la route rhizomatique de tout cheminement intellectuel apparaissent de temps en temps des trouvailles…

Une pensée sur “La Marseillaise (Aragon)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *