LA TOILE D’ARAIGNÉE (Louise Demers)

LA TOILE D’ARAIGNÉE (1981)
(Louise Demers 1952-2014)

Vieille maison
Briques roses
Toit de chaume
Rêves d’antan
Chèvrefeuille et muguet

Dans le grenier
De paisibles fantômes
Rendent au passé
Un hommage muet

C’est ridicule
À vingt-neuf ans
De croire encore
Aux fées et aux géants

Je suis somnambule
Du temps présent
Ne me réveillez pas
Avec vos arguments
Je somnole et attends

Une araignée
Au plafond de mes songes
Tisse en silence
Folie douce, illusions

Enchevêtrée
Dans le fil de ses contes
Je perdrai mes ailes
En trouvant la raison

Le tisserand de nos péchés
Garde la clé qui ouvrira le monde
Le tisserand de nos péchés
C’est l’amour dans sa tombe
Qui somnole et attend

J’ai poussé dans un jardin d’édifices
Où les légendes sont sarclées par les grands
Il y en a une qui parle d’un Antéchrist
Mais celle-là, je la conte pas à mes enfants

Le tisserand de nos péchés
Garde la clé qui ouvrira le monde
Le tisserand de nos péchés c’est l’amour dans sa tombe
Qui somnole et attend.

.

Les droits d’auteurs de ce texte appartiennent aux instances concernées. Il est publié ici, sur un espace citoyen sans revenu et libre de contenu publicitaire, à des fins strictement documentaires et en complète solidarité envers son apport intellectuel, éducatif et progressiste.

avatar

Équipe de l'édition

L’équipe vous offre ici sa mixture. Elle assume et elle assure...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *