L’hymne aux paumés (Higelin)

third-world-slums

L’hymne aux paumés
Jacques Higelin (1976)

Toi qui viens d’un pays sans frontière
Hors-la-loi, poète déraciné,
Toi qui vas sans regarder en arrière
Au-devant de ta propre vérité
Si parfois ton âme désespère
Quand les hommes t’ont humilié,

Lance une prière à l’Univers entier,
Où que tu sois, je te rejoindrai

Et toi qui es resté fidèle à toi-même

Et que ni la haine, ni la peur n’a touché
Si tu te sens rejeté par tes frères,
Si l’amour t’a abandonné,

Lance une prière à l’Univers entier,
Où que tu sois, je te rejoindrai

Alors appelle, appelle-moi,
Appelle et réponds-moi,
Où que tu sois, appelle-moi,
Qui que tu sois, je t’aime,
Appelle-moi.

Les droits d’auteurs de ce texte appartiennent aux instances concernées. Il est publié ici, sur un espace citoyen sans revenu et libre de contenu publicitaire, à des fins strictement documentaires et en complète solidarité envers son apport intellectuel, éducatif et progressiste.

avatar

Trouvailles

Sur la route rhizomatique de tout cheminement intellectuel apparaissent de temps en temps des trouvailles…

2 pensées sur “L’hymne aux paumés (Higelin)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *