Liberté (Paul Éluard)

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désirs
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

Paul Éluard, Poésie et Vérité, Paris, Éditions de la main à la plume, 1942.

Les droits d’auteurs de ce texte appartiennent aux instances concernées. Il est publié ici, sur un espace citoyen sans revenu et libre de contenu publicitaire, à des fins strictement documentaires et en complète solidarité envers son apport intellectuel, éducatif et progressiste.

avatar

Trouvailles

Sur la route rhizomatique de tout cheminement intellectuel apparaissent de temps en temps des trouvailles...

8 pensées sur “Liberté (Paul Éluard)

  • avatar
    26 avril 2014 à 7 07 31 04314
    Permalink

    J’ai souvent fait rire de moi en disant que la LIBERTÉ est sur un pied d’égalité avec la SANTÉ.
    Mon raisonnement est :
    À quoi sert la SANTÉ si tu es condamné à la prison à vie et à quoi sert la LIBERTÉ si tu es cloué sur un lit d’hôpital.
    Avec les deux (SKY IS THE LIMIT)
    Ça vaut ce que ça vaut
    Merci Éluard

    Répondre
    • avatar
      28 avril 2014 à 19 07 23 04234
      Permalink

      Juste pour préciser que je ne suis pas nécessairement d’accord avec tout ce que dit le type dans la vidéo, mais pour l’absence de constitution, l’histoire lui donne raison. Pour le reste du vidéo, je crois qu’il charrie un peu.

      Répondre
      • avatar
        29 avril 2014 à 6 06 36 04364
        Permalink

        Vous savez A.L. au sujet de la vidéo la vie est une partie de poker et dans les règles du Poker le Bluff est permis.
        Ma définition d’un Bluff est un petit mensonge et s’il est découvert personne ne vous en tiendra rigueur.
        Si chacun d’entre nous examine de près son CV, il est plus que probable que vous trouverez un petit Bluff. (ou deux)
        De mentionner que vous avez 9 ans d’expérience quand vous savez très bien que vous n’avez seulement que 7 est un Bluff.
        Par contre mentionner que vous avez 2 ans d’expérience quand vous n’avez jamais travaillé dans ce domaine est un mensonge et si découvert n’aura pas le même impacte.
        Je crois que ce vidéo et tous les autres sont un mélange de vérités et de Bluff c’est à nous de faire le départage.
        Ce n’est qu’une opinion
        P.S. Pour être dans la catégorie des Bluff, quand je te dis que j’ai pris une truite de 5 livres, l’important est que j’en ai AU MOINS PRIS UNE. 🙂

        Répondre
  • avatar
    29 avril 2014 à 7 07 56 04564
    Permalink

    « Être libérer de » est la seul définition réaliste de la liberté même si c’est d’une façon négative le reste n’est que purs illusions. Sur la liberté, les hommes ne savent pas ce qu’ils disent et de plus ils n’agissent pas dans le sens de ce qu’ils disent donc conclusion on ne peut se fier aux hommes au sujet de la liberté.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *