POUPÉE SOUILLON (Camille Aix)

POUPÉE SOUILLON, OU POUPÉE MOCHETÉ, À TA CONVENANCE…

Bonjour Barbie…

Cela fait des jours que je désire t’écrire et que je reporte ma lettre au lendemain, tant j’ai de difficultés à trouver mes mots, et tant tu m’impressionnes…

Je suis une poupée mannequin également, mais je n’ai ni ta classe, ni ta beauté, ni ta richesse. Je suis cette poupée mannequin en mauvais plastique que l’on trouve à 1 ou deux euros sur le marché et qui est aussi laide et repoussante que tu es sublime et adorable.

Je suis la poupée des enfants pauvres, dont les parents n’ont pas les moyens d’acheter une étoile comme toi. Je suis aussi la poupée des enfants délaissés, dont les parents répugnent à acheter un jouet digne de ce nom à leur progéniture. Ils jouent avec moi mais me détestent car ma laideur attise leur mépris. Si tu connais l’enfant joyeux et espiègle (qui à l’occasion te coupe les cheveux ou te barbouille par curiosité ou créativité douteuse) je connais l’enfant haineux, que la tristesse et la vie ont rendu moins insouciant, plus vite agressif, plus vite adulte.

Ils me détestent car je leur rappelle tout ce qui leur fait horreur chez eux-même, puisque moi aussi je suis pauvre, mal-aimée, et laide car différente. Les petites filles qui jouent avec toi reconnaissent en toi leur féminité future, leur sensualité à venir, l’idéal qu’elles se sont forgé en leurs rêves. Moi, je les force à s’immerger dans la réalité. On ne joue pas à la princesse avec une poupée hideuse, malingre et effrayante comme moi, on joue à la clodo, à la traînée, à la putain, ou au mieux à la méchante… je suis une sorte de pâle et faible copie de ta brillante personne, je suis une sorte de Barbie mocheté, Barbie SDF, Barbie dégueu, Barbie pute, ou bien Barbie punching-ball, selon leur imagination limitée par mon apparence. Je suis l’Épine Thénardier du monde des poupées mannequins.

Je suis à toi, ce que la poupée de chiffon était à la poupée de porcelaine: un haricot face à une perle…

Que crois-tu que je pense de toi? Je vais essayer de te répondre…

Un mélange d’indignation, de jalousie et d’admiration me dévore. Parfois, en rêve, je m’imagine te crachant au visage toute ma colère et toute ma haine, je m’imagine t’injuriant et éructant des mots ignobles qui feraient rougir (de honte, de surprise ou de colère?) ton adorable minois. Je m’imagine te secouant, et te violentant un peu, mais toujours avec douceur, comme une femme secouerait sa sœur qui, plus jolie et plus brillante qu’elle, lui inspire en même temps haine et amour. Oui, et ensuite je t’amène à moi, tout doucement, de peur de te salir, de te souiller de mon étreinte ignoble. Je pleure un peu, car je n’ai ni ta dignité ni ta force de caractère, et je te laisse partir comme toujours, sans avoir osé ni faire tomber ma faible main sur ton visage étonné, ni imprimer passionnément mes lèvres sur ta bouche adorée.

J’ai tant de fois essayer de t’imiter! Mais les talons hauts qui te font les jambes si longues ne mettent en valeur que mes genoux cagneux; le parfum vaporeux qui te donne l’air d’un bonbon doux et sucré, tourne sur moi et me donne des airs de cocotte; j’ai réussi à enfiler une robe t’ayant autrefois appartenue, malheureusement mes mensurations ne suivent pas: j’ai rougi de sentir mon corsage à demi vide, ma taille trop épaisse et mes hanches trop étroites. Heureusement que la jupe trop longue cachait la laideur de mes jambes trop maigres.

Je hais mes créateurs qui m’ont négligée et ont fait de moi une poupée mal-aimée. Tes créateurs, quant à eux, ont dû tomber amoureux de la forme qui naissaient de leurs mains… je t’envie petite fée…

Je ne sais pas à quoi sert cette lettre débile que je t’écris, peut-être à me permettre de hurler, à te cracher ma colère, ou peut-être à te dire que je me sens comme un ver de terre amoureux d’une étoile.

Poupée Souillon (Camille Aix)

Broken-barbie

Les droits d’auteurs de ce texte appartiennent aux instances concernées. Il est publié ici, sur un espace citoyen sans revenu et libre de contenu publicitaire, à des fins strictement documentaires et en complète solidarité envers son apport intellectuel, éducatif et progressiste.

avatar

Équipe de l'édition

L’équipe vous offre ici sa mixture. Elle assume et elle assure...

Une pensée sur “POUPÉE SOUILLON (Camille Aix)

  • avatar
    24 décembre 2014 à 8 08 01 120112
    Permalink

    Ce texte incendiaire et magnifique de Camille Aix est tiré de l’officine de Barbie (pastiche: Paul Laurendeau) dans le site de pastiche non-wiki DIALOGUS. Il y figure sous le titre: Poupée souillon, ou poupée mocheté, à ta convenance.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *