Pub Royal (Les Cowboys fringants)

Pub Royal
Les Cowboys fringants

Elle voulait faire la paix, avec son lourd passé
Elle s’est pris un billet, pour un endroit éloigné
On y’avait dit qu’c’était beau, les aurores boréales
Dans le ciel de Chibougamau, rien à voir avec Montréal
Elle s’est trouvé une vraie job, comme serveuse au Pub Royal
Elle s’est acheté une belle robe, se trouver cute ça fait pas de mal

À tous les matins quand le soleil, se sortait la tête du lac
Elle remerciait un boutte de ciel, que sa vie soit encore intacte
Que dans le chaos le fouillis, elle se soit trouver un coin de nord
Pour tranquillement refaire sa vie, enfin se fondre dans le décors

C’était plus qu’une jolie fille, elle avait quelque chose de discret
De la douleur dans les pupilles, et des manches longues au mois de juillet
Elle avait bien aimé, mettre l’aiguille dans ses veines
Engourdir son humanité, noyer ses souvenirs qui reviennent

Mais même en changeant de nom et de couleur de cheveux
Demandant tous les soirs pardon, à quelque chose qui s’approche de dieu
Il reste toujours au fond d’elle, des tiroirs qui ferment pas bien
Qui tous les jours lui rappellent, qu’on est bien seul sur le chemin

On y’avait dit que c’était beau, les aurores boréales
Dans le ciel de Chibougamau, rien à voir avec Montréal

Les droits d’auteurs de ce texte appartiennent aux instances concernées. Il est publié ici, sur un espace citoyen sans revenu et libre de contenu publicitaire, à des fins strictement documentaires et en complète solidarité envers son apport intellectuel, éducatif et progressiste.

avatar

Trouvailles

Sur la route rhizomatique de tout cheminement intellectuel apparaissent de temps en temps des trouvailles...

Une pensée sur “Pub Royal (Les Cowboys fringants)

  • avatar
    17 décembre 2016 à 16 04 56 125612
    Permalink

    Cela me tire les larmes..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *